Comment le Gouvernement a failli tuer l’épargne personnelle?

Le Gouvernement a reculé concernant la fiscalité de l’épargne personnelle des français. A quoi pouvons-nous nous attendre dans le futur ? Éléments de réponse…

Comment le Gouvernement a failli tuer l’épargne personnelle?
L’épargne personnelle au cœur des débats

Le Gouvernement avait prévu d’aligner par le haut les prélèvements sociaux sur les produits d’épargne. En d’autres termes, le budget des ménages allait être atteint en termes négatifs, ce qui se traduirait par une perte de pouvoir d’achat mais aussi une contraction de l’épargne personnelle de nos concitoyens. Une mesure qui, si elle avait été appliquée, aurait rapporté aux alentours de 600 millions d’Euros.

 

Une mesure annulée pour tous les produits financiers ?

Malgré cette annonce qui constitue une bonne nouvelle pour les français, certains produits financiers ne seront pas épargnés par cette mesure. Ce sera le cas, par exemple, de certains contrats d’assurance-vie. Pour le reste, essentiellement les produits les plus populaires tels que le plan d’épargne en actions (PEA), le plan d’épargne logement (PEL) ou encore l’épargne salariale, ceux-ci ne seront pas concernés par cet alignement.

 

Pourquoi ce recul ?

En revenant sur sa décision, le Gouvernement montre des signes de faiblesse qui essayent tant bien que mal d’être minimisés. Plutôt que de parler de couac, nos politiques préfèrent parler d’écoute et de compréhension vis-à-vis des petits épargnants. Un nouveau cafouillage qui s’ajoute à la liste des précédents et qui, peu à peu, fragilisent encore plus l’exécutif.

 

Une mesure injustifiée…

Plusieurs économistes avaient critiqué cette mesure en la qualifiant d’injustifiée car, à la base, cette loi allait être rétroactive. En d’autres termes, cela signifie que les ménages auraient été prélevés sur les gains acquis depuis 1997. De là à y voir une trahison ? Sûrement, et à l’heure où l’exécutif est au plus mal dans les sondages, il est fort à parier que cette mesure aurait été la goutte d’eau qui aurait probablement conduit à de lourdes conséquences (remaniement, dissolution de l’Assemblée…).

 

Alors que les élections municipales approchent, le contexte s’annonce de plus en plus tendu…