Accession à la propriété, quels sont les frais annexes ?

L'accession à la propriété est le rêve de nombreux ménages français. Le coût final doit être correctement évalué afin de ne pas avoir de mauvaises surprises.

Accession à la propriété, quels sont les frais annexes ?
L'achat d'un bien immobilier n'est pas une mince affaire, ne sous-estimez pas les frais liés à cet achat !

Lorsque l'on prévoit de devenir propriétaire d'une maison ou d'un appartement, on sous-estime très souvent les dépensées liées à cet achat. En effet, on ne paie pas seulement le prix du bien mais également de nombreux frais annexes qui sont inévitables pour les nouveaux propriétaires. Voici une liste des principales dépenses qui peuvent être engagées lors d'une accession à la propriété.
 

Accession à la propriété, pensez à comptabiliser les frais de notaire

Les frais de notaire sont inévitables car même lorsqu'un bien immobilier est acheté en direct auprès d'un autre particulier, il est nécessaire de formaliser la transaction auprès du notaire. 

Il vous faudra régler les droits de mutation, qui sont constitués des frais d'hypothèque, du droit d'enregistrement ou de la TVA dans le cas d'un bien neuf et du papier timbré.

Le notaire se rémunère quant à lui en prenant un pourcentage du prix de vente du bien. Plus le bien coûte cher, plus le pourcentage diminue. C'est pour cela que la proportion des frais de notaire sur de petits locaux comme des garages ou des dépendances est parfois prohibitif.
 

Passer par une agence immobilière :  est-ce bien utile ?

Les primo accédant qui souhaitent réduire le budget alloué à cet achat seront souvent tentés de ne pas passer par une agence immobilière afin d'éviter le prix de la commission qui est comprise entre 5 et 10 % du prix du bien.

Cependant, le recours à un agent immobilier permet de savoir que le prix fixé est cohérent par rapport au marché et que tous les diagnostics obligatoires à réaliser ont été faits correctement.
 

Accesion à la propriété : les frais bancaires

On pense tout naturellement au taux d'intérêt du crédit immobilier, mais les frais bancaires ne s'arrêtent pas là… Il ne faut pas oublier de prendre en compte les frais de dossier lors de la souscription d'un nouveau prêt.

La banque prendra forcément une garantie et là encore les frais seront à votre charge. Qu'il s'agisse d'une hypothèque, d'une IPPD (inscription de privilège prêteur de deniers) ou d'une caution, les frais doivent être comptabilisés.

À cela, on ajoutera chaque mois le coût de l'assurance liée au prêt immobilier (ce coût est compris dans les mensualités que vous rembourserez pour l'emprunt immobilier). Cette assurance garantie à la banque qu'en cas de décès, d'invalidité ou de perte d'emploi elle sera tout de même remboursée par la compagnie d'assurance.

A lire aussi : 

Continuer à lire