Agios : définition, calcul,...

Rien n’est gratuit (ou presque) lorsqu’il s’agit de services bancaires. C’est le cas des agios. Fonctionnement, calcul, on vous dit tout…

Agios : définition, calcul,...
Comment éviter de payer les agios ?

Si tout le monde connaît globalement les rouages d’un compte bancaire, ceux qui n’ont jamais été à découvert, ne connaissent pas forcément le mécanisme des agios. Voici une petite piqûre de rappel pour les autres…

Définition des agios

Fin de mois difficile, dépenses imprévues, besoin de trésorerie auquel on ne peut pas faire face… Avoir un compte créditeur n’est pas une chose facile pour certains clients. Une situation qui est problématique pour deux raisons : le client risque à terme d’être interdit bancaire et en attendant, il doit régler des agios à la banque.

Ces frais sont perçus par la banque pour son service rendu, c’est-à-dire lorsqu’elle accorde une forme de crédit à un client. Si votre compte est à découvert de 300 euros, la banque considère que c’est un crédit de 300 euros, et elle applique des intérêts. Ces derniers sont bien plus élevés que dans le cas d’un crédit classique, bien sûr. Si certains agios peuvent être forfaitaires, d’autres dits proportionnels sont calculés au prorata temporis.

Le calcul des agios

Prenons un exemple qui illustre comment sont calculés ces frais prélevés par la banque. Il faut prendre en compte les éléments suivants pour le calcul des agios : le taux pratiqué par la banque et le nombre de jours où le compte a été à découvert.

Sur un trimestre, le compte du client est débiteur de 300 euros du 3 au 20 janvier (soit 17 jours), et de 500 euros du 1er au 27 février (soit 26 jours). Le taux d’intérêt débiteur est de 20% annuel.

Le nombre débiteur du découvert enregistré en janvier est de 300 X 17 = 5 100
Le nombre débiteur du découvert de février est de 500 X 26 = 13 000
La somme de ces nombres débiteurs s’élève à 18 100
Les agios sur le trimestre se calculent ainsi : ( 18 100 X 20 ) ÷ ( 365 X 100 ) = 9,92 euros

Les commissions bancaires qui s’ajoutent

Les agios comprennent des intérêts débiteurs mais ce n’est pas tout… Il faut également y inclure les commissions bancaires d’intervention. C’est le cas lorsque le découvert n’est pas autorisé, dépassé ou que le compte est débiteur au-delà de ce qui est stipulé dans la convention signée. Et là, l’application des frais dépend de la situation du client.

Si le client a une bonne situation financière, le plafond est fixé à 8 euros par opération et 80 euros par mois. Pour les personnes bénéficiant du service bancaire de base, le montant passe respectivement à 4 et 20 euros.

Comment éviter de payer les agios ?

Le plus simple serait évidemment de ne pas être à découvert… Si vous savez que vous allez faire face à des dépenses conséquentes, prenez les devants et demandez à votre conseiller de vous accorder un crédit à la consommation. Le taux sera toujours bien plus faible que si vous devez payer des agios, et vous ne risque pas d’être fiché à la Banque de France tant que vous remboursez votre prêt dans les temps !

Si vous savez que vous avez tendance à trop utiliser le découvert autorisé, optez pour une carte à autorisation systématique de solde. Ainsi, vous ne pourrez plus dépenser de l’argent que vous n’avez pas.

Si vous êtes un très bon client et que vous êtes passé dans le rouge par négligence alors que cela ne vous arrive jamais, vous pouvez demander une rétrocession de frais à votre banque. Certains conseillers acceptent, tout dépend de votre justification et de vos relations avec votre banque.

Si vous pensez que des agios ont été prélevés indûment par votre banque, commencez par reprendre le calcul donné plus haut afin de vérifier les chiffres. Si cela ne correspond pas, vous pouvez le signaler à votre conseiller ou solliciter un médiateur.

A lire aussi :

Continuer à lire