Quelles aides financières pour les moins de 25 ans ?

Dans une conjoncture économique difficile, les moins de 25 ans sont les plus touchés par le chômage. À quelles aides financières peuvent-ils prétendre ?

Quelles aides financières pour les moins de 25 ans ?
Les différentes aides financières pour les jeunes

Le pourcentage de personnes vivant dans la précarité est plus élevé chez les jeunes. Difficulté à trouver un emploi à la sortie des études, choix de filières où les débouchés ne sont pas suffisants, marginalisation suite à un accident de parcours, etc. Autant de facteurs qui ont rendu indispensable la mise en place d’aides financières pour les moins de 25 ans.

La plus importante des aides financières pour les moins de 25 ans : le RSA jeune actif

Destiné à lutter contre la pauvreté, le RSA jeune actif est une aide financière effective depuis 2010. Il y a quelques années, il fallait avoir plus de 25 ans pour en bénéficier, la donne a aujourd’hui changé puisque les 18-25 ans peuvent en faire la demande. Le montant du RSA jeune actif va varier suivant le nombre d’enfants à charge et la situation personnelle du bénéficiaire. Pour connaître le montant de l’aide à laquelle vous avez droit, rendez-vous sur le site de la CAF et faites une simulation en ligne.

Les conditions d’attribution sont les suivantes :

  • Le bénéficiaire doit résider en France de manière habituelle.
  • il faut avoir exercé une activité professionnelle pendant au moins deux ans à temps plein pendant les trois ans précédant la demande, sans nécessairement qu’elle ait été continue. Il faut néanmoins cumuler 3 214 heures, contrats de travail à l’appui. Attention, les stages ne sont pas pris en compte dans le calcul de ces heures !

Avoir un enfant à charge ouvre également droit au RSA jeune actif. La demande peut s’effectuer sur le site de la CAF ou avec l’aide d’une assistante sociale qui instruira le dossier.

Les aides pour que les jeunes puissent financer leur logement

Le principal poste de dépense est le loyer, des aides financières pour les moins de 25 ans permettent donc de réduire cette charge importante.

Les jeunes sans emploi ou ayant de faibles revenus peuvent aussi bénéficier de l’allocation logement versée par la caisse d’allocations familiales, de bourses sous conditions de ressources des parents. La mission locale instruit également les demandes du fond départemental d’aide aux jeunes en difficulté. Il concerne les étudiants non boursiers en situation sociale et financière délicate ou aussi les salariés de moins de 25 ans. Les centres communaux d’action sociale sont là pour informer et soutenir les jeunes à la recherche d’une aide financière.

L’obligation d’aider les descendants

L’obligation alimentaire d’un proche, en l’occurrence ici celle des parents, ne cesse pas à la majorité. Si leur enfant est en difficulté les parents sont dans l’obligation légale de l’aider comme le stipule le code civil. Si ceux-ci sont dans l’incapacité de le faire, ce sont les grands parents qui doivent prendre en charge l’enfant en difficulté.

La garantie jeune proposée par les missions locales

Le système de garantie jeune concerne les 16-25 ans ayant quitté le domicile de leurs parents, qui ne bénéficient pas d’aides de leur famille et qui sont sortis du système scolaire. Ce dispositif permet de trouver des solutions pour éviter l’exclusion sociale et professionnelle des jeunes en difficulté. Le niveau des ressources mensuelles du bénéficiaire doit être inférieur au plafond de 484,82 €. À titre exceptionnel, cette condition de plafond peut être mise de côté.

Le contrat garantie jeune est signé avec la mission locale dont le jeune dépend. Un référent sera désigné et le bénéficiaire de l’aide devra se rendre aux entretiens proposés par ce référent et suivre les actions menées par la mission locale. Ce dispositif dure normalement un an. Une allocation de 484,82 € sera alors versée au jeune qui suit ce dispositif.

Pour continuer à bénéficier de l’aide, le jeune doit déclarer ses revenus à la mission locale chaque mois. Cette allocation peut être cumulée avec d’autres dispositifs : aide au logement, certaines aides de pôle emploi, et sous certaines conditions avec un revenu professionnel.

Des aides financières pour les moins de 25 ans en alternance

Ce type de contrat est souvent favorisé par les jeunes qui veulent poursuivre leurs études mais qui ont une problématique financière. C’est également un bon moyen de se préparer au marché du travail.

Chaque région propose différentes aides pour soutenir les jeunes apprentis. Le conseil régional du lieu où le jeune suit son apprentissage pourra vous renseigner sur les différentes possibilités.

L’aide mobili jeune est elle aussi destinée aux jeunes en alternance. Accordée aux moins de 30 ans étant en contrat d’apprentissage ou de professionnalisation, elle permet la prise en charge par Action Logement d’une part du loyer comprise entre 10 et 100 euros suivant les cas. Le montant de l’aide dépend des revenus de l’alternant (qui doivent être inférieurs à 1 498,50 € bruts), cette somme peut être versée au maximum sur une durée de 3 ans. L’aide mobili jeune peut être cumulée avec les APL.

A lire aussi :