Comment ne plus subir d’arnaques internet ?

Les arnaques sur Internet sont un fléau. Notre juriste vous explique en détails comment faire contre ses arnaques en ligne.

Comment ne plus subir d’arnaques internet ?
Les arnaques en ligne, un fléau

Besoin d'un conseil juridique ? Trouvez l'avocat qui vous aidera !Internet est un réseau potentiellement dangereux, les arnaques internet sont malheureusement plutôt courantes. Tentons de décortiquer ensemble ces pièges innombrables tendus par la toile.
 

Une définition de l'escroquerie


L'Article L313-1 du Code Pénal définit l'escroquerie comme étant « le fait, soit par l'usage d'un faux nom ou d'une fausse qualité, soit par l'abus d'une qualité vraie, soit par l'emploi de manoeuvres frauduleuses, de tromper une personne physique ou morale et de la déterminer ainsi, à son préjudice ou au préjudice d'un tiers, à remettre des fonds, des valeurs ou un bien quelconque, à fournir un service ou à consentir un acte opérant obligation ou décharge ». 


En prévention, optez pour la technique de l’esquive

 

1) Menez votre enquête

Le phishing (ou hameçonnage) consiste pour un escroc à obtenir des informations confidentielles, simplement en vous les demandant. Pour cela, il n’hésitera pas à usurper l’identité d’une autre personne ou d’une société. Sachez donc que ni votre banque, ni votre fournisseur d’accès Internet ou encore les sites marchands ne vous enverront d’e-mail pour vous demander votre numéro de compte ou votre numéro de carte bleue. Si vous recevez ce genre de message, c'est donc à coup sûr une arnaque !
 

Comment vérifier ?


La vérification de l'adresse web dans la barre d'adresse du navigateur est une première parade. Une attaque simple consiste à utiliser un nom de domaine très proche de celui de votre banque par exemple, en y insérant une faute d'orthographe. Soyez donc vigilants en ce qui concerne la qualité de l'orthographe !

Une autre méthode bien plus élaborée permet de masquer le nom de domaine réel et consiste à utiliser des caractères du répertoire Unicode (codage de texte numérique) ayant l'apparence des caractères de l'alphabet latin. À première vue, l'adresse est identique, mais redirige sur une page différente.
Dès lors, soyez toujours vigilant à ne négliger aucun indice. Cherchez à mieux connaître votre interlocuteur, que ce soit un particulier ou une entreprise.
 

2) S'adresser à la bonne personne

Si vous recevez un mail suspect, rendez-vous sur le site ou contactez directement au téléphone l'organsime pour vérifier l'authenticité du message. Evitez surtout d’utiliser tout lien intégré au mail !

Les escrocs cherchent toujours à profiter d'une vulnérabilité. L’argent, l’amour, la charité, la peur et bien d’autres appats sont employés pour exploiter la victime. Rappelez-vous qu’il n’y a pas plus de miracles sur Internet que dans la vie courante. A titre d’exemple, si vous recevez un courrier d'un inconnu vous proposant une transaction financière des plus intéressantes, il s’agira vraisemblablement d’une arnaque, appelée « scam ». Il vous sera demandé une avance ou des frais quelconques (frais de dossier, notaires, entreprises de sécurité, pots-de-vin etc.).
N'hésitez pas à en parler à votre entourage pour obtenir conseil et réfléchir à la situation avant de vous lancer. Honnêtement, qui croirait être l’heureux gagnant d’une tombola, sans avoir joué à quoique ce soit ?
 

De manière défensive, passez à l’offensive

 

1) N’hésitez pas à dénoncer

Dans le cas de phishing ou de vol de données bancaires, il est important de porter plainte. En portant plainte, vous montrez aux services de l’ordre que vous êtes bien une victime et que vous en subissez les conséquences. Munissez-vous alors des renseignements suivants :
  • références du (ou des) transfert(s) d'argent effectué(s) ;
  • références de la (ou des) personne(s) contactée(s): adresse de messagerie ou adresse postale, pseudos utilisés, numéros de téléphone, fax, copie des courriels ou courriers échangés, et tout autre renseignement utiles.
Si vous êtes en litige avec un site marchand et que vous n’arrivez pas à le résoudre de manière amiable, vous pouvez encore vous rapprocher de la direction départementale de la protection des populations (DDPP) ou direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP) du lieu du siège social de l’entreprise avec qui vous avez un litige, afin de dénoncer les pratiques en cause.

Vous pouvez communiquer l’adresse du site de phishing que vous avez découvert à Phishing Initiative qui est un site créé par Microsoft, Paypal et le CERT-LEXSI. Le site sera vérifié et fermé si la tentative d’arnaque est confirmée. Dans l’hypothèse où vous auriez pris contact avec les escrocs via un site internet de petites annonces, vous pouvez contacter l'administrateur du site.
 

2) Cherchez réparation

Si vos règlements ont été effectués en mandat cash, vous avez peu de chances de récupérer cet argent, par contre, si vous avez utilisé un chèque de banque ou votre carte de crédit, grâce à votre dépôt de plainte, vous pourrez faire annuler les transactions. Si vous constatez un mouvement inexpliqué sur votre compte bancaire lié à une utilisation frauduleuse de votre carte bleue sur internet, faites immédiatement opposition en contactant le service interbancaire des cartes perdues ou volées (pour la France : 0 892 705 705 ; 0,34€/min), service disponible 7 jours sur 7. Cela permettra d’éviter d’autres prélèvements frauduleux.

Demandez par la suite à votre banque le remboursement des sommes prélevées en vertu de l’Article L133-18 du code monétaire et financier. La banque doit vous rembourser immédiatement !

Vous pouvez également déposer un recours en vous adressant à la juridiction territorialement compétente. En fonction de la somme en jeu, vous devrez saisir :
 
  • le juge de proximité,
  • le tribunal d'instance,
  • le tribunal de grande instance.

Sachez enfin que l'escroquerie est punie de cinq ans d'emprisonnement et de 375 000 euros d'amende, tentons au préalable de ne pas en arriver là, mais n’ayons quoiqu’il en soit pas peur du combat.

 
Retrouvez les autres articles de notre juriste :