Assurance panne mécanique : comment la choisir ?

Tout ce qu'il faut savoir sur l'assurance panne mécanique pour apprécier l’opportunité de souscrire à cette garantie complémentaire

Assurance panne mécanique : comment la choisir ?
Quelle assurance vous couvre en cas de pannes de voiture ?

L’assurance panne mécanique est une garantie optionnelle mais qui peut néanmoins éviter des déconvenues financières pour les propriétaires de véhicules. A quoi renvoie t’elle exactement et comment la souscrire pour bénéficier d’une protection efficace ?

Assurance panne mécanique : de quoi s’agit-il ?

Un conducteur qui achète une voiture neuve bénéficie d’une garantie en cas de pièce défectueuse d’origine mécanique, électrique, électronique. Cette protection est appelée « garantie constructeur » et ne nécessite aucune démarche particulière de la part du propriétaire du véhicule : elle est gratuite et automatiquement liée à l’acquisition d’un véhicule neuf.

La “garantie constructeur” est cependant temporaire. Selon les cas, elle peut couvrir les défauts sur une période donnée (généralement sur un ou deux ans après l’achat) ou sur un volume de kilomètres prédéfini.

C’est lorsque la couverture de la garantie constructeur expire que l’assurance panne mécanique peut prendre le relais pour assurer les défectuosités du véhicule générant des pannes imprévisibles internes.

Ce que couvre les garanties panne mécanique

L’assurance panne mécanique permet au conducteur de bénéficier de la prise en charge des réparations d’un véhicule (pièces et main d’œuvre) suite à un sinistre affectant par exemple :

  • Le moteur et ses éléments électriques et /ou électroniques
  • Les circuits d’alimentation, d’injection, de refroidissement
  • Les échappements
  • La boîte de vitesses
  • L’embrayage,
  • La direction
  • La suspension
  • Le système de freinage.

Les limites de l’assurance panne mécanique

Les pannes doivent provenir d’une utilisation normale du véhicule. Dès lors, ne sont pas couvertes par l’assurance panne mécanique les problèmes résultant d’un manque d’entretien, d’un sinistre (accident de la route, etc.), de l’usage du véhicule dans des conditions inhabituelles, etc.

Ainsi, elle ne couvre pas :

  • L’usure normale des pièces,
  • Les défauts d’entretiens,
  • Les accidents de la route ou incidents tels qu’un incendie,
  • Les défauts connus par le constructeur,
  • Utiliser un mauvais carburant,
  • Une utilisation non-conforme du véhicule,
  • Etc.

Quand la souscrire ?

L’idée est que l’assurance panne mécanique prenne le relais de la garantie constructeur.

Cette assurance peut néanmoins être souscrite un peu avant l’expiration de la garantie constructeur de façon à assurer une continuité en cas de problème. En effet, les assureurs imposent généralement un délai de carence entre la souscription du contrat et la mise en œuvre de la garantie, organiser le chevauchement des deux contrats de sorte de ne pas avoir de carence d’assurance est une option qui peut être pertinente.

A savoir : l’assurance panne mécanique a la particularité d’être un contrat cessible. Ainsi, lorsque le conducteur souhaitera vendre son véhicule, il pourra céder également cette garantie, ce qui évitera au nouvel acquéreur d’être soumis au délai de carence. Un argument de poids pour la vente !

Comment trouver le bon assureur ?

Pour choisir l’assurance la plus adaptée à sa situation, il faut comparer les prix, mais également le contenu des garanties et leurs modalités de mise en œuvre. L’assurance panne mécanique n’échappe pas à la règle.

Des comparateurs en ligne peuvent permettre d’avoir une vue d’ensemble du marché sur ce type de contrats : assuland.comlargus.fr.

A savoir : l’assurance panne mécanique constitue un contrat d’assurance auto spécifique qui peut être souscrit auprès des assureurs habituels, mais également auprès du constructeur du véhicule dans le cadre du prolongement de la garantie constructeur.

Quelle que soit l’option retenue, une vigilance toute particulière devra être accordée au montant de la franchise en cas de panne mécanique, mais également au coefficient de vétusté appliqué pour la prise en charge des réparations.

En effet, selon le kilométrage du véhicule concerné, la couverture financière pourra être réduite de 20 à 70%, ce qui peut sensiblement changer la rentabilité du contrat.

Quelques exemples de garanties mécaniques

Pour vous aider à choisir la bonne garantie contre les pannes de voiture, l’argus a comparé les garanties mécaniques de certaines banques et assurances. En voici deux :

  • La MAAF :

Elle propose une garantie Capital Panne.
Véhicules concernés : moins de 12 ans et moins de 200 000 km, et à valeur neuve à 50 000 euros.
Franchise : 500 euros par sinistre. Vétusté de 20 % à 70 % selon le kilométrage.
Plafond : 3 000 euros par panne.
Tarif : environ 51 euros par an.
Services inclus : aucun

  • Le Crédit Agricole :

Il propose une garantie Panne +
Véhicules concernés : moins de 6 ans
Franchise, vétusté : 500 euros par sinistre. Vétusté de 30 % à 70 % selon le kilométrage.
Plafond : 1 000 euros par an.
Tarif : environ 24 euros par mois.
Services inclus : assistance remorquage

Renseignez-vous auprès de votre assurance, votre banque ou le constructeur pour être informé des garanties existantes en cas de pannes de voiture. Renault, par exemple, propose la Garantie Losange.

A lire aussi :

Continuer à lire