Chômeur non indemnisé et retraite : quel impact ?

En règle générale, qui dit pensions, dit activités professionnelles. Alors qu’en est-il du chômeur et de sa retraite. On fait le point…

Chômeur non indemnisé et retraite : quel impact ?
Une période de chômage peut impacter les cotisations pour la retraite.

Tout le monde le sait, pour pouvoir valider des trimestres de retraite, il faut exercer une activité professionnelle. A défaut, les périodes de chômage indemnisées sont également prises en compte. Mais l’équation chômeur non indemnisé et trimestres de retraite est-elle valable ? La réponse est oui dans une certaine mesure.

L'impact du chômage non indemnisé sur la retraite


Le chômage indemnisé


Depuis le 1 er Janvier 1980, les chômeurs indemnisés continuent à cotiser à leur retraite s’ils perçoivent les allocations :
  • De retour à l’emploi
  • Spécifique de reclassement
  • Equivalent retraite.

En termes de calcul, les périodes de chômage de 50 jours continues (ou pas) octroyent un trimestre gratuit. Mais toujours dans la limite de 4 trimestres maximum. Si chômage rime avec cumul de trimestres, cela n’entre pas en compte dans le calcul du montant de la retraite. Et pour cause, ce sont les 25 « meilleures » années qui serviront de base de calcul. Les points pour la retraite complémentaire sont également validés.

Le chômage non indemnisé impacte la retraite


  • Après une période indemnisée
Lorsqu’un chômeur arrive en fin de droits de chômage indemnisé ou n’a pu être indemnisé, peut-il cumuler des droits à la retraite ? La réponse est oui car les droits ne cessent pas radicalement. Ainsi, durant un an, il continue de cumuler les trimestres à condition que cela intervienne juste après une période d’indemnisation. Cela peut même aller jusqu’à 5 ans si le chômeur peut se prévaloir de 20 ans de cotisations, s’il est âgée d’au moins 55 ans à la fin de ses périodes d’indemnisation et s’il ne dépend pas à nouveau d’un régime obligatoire.

  • Une première inscription au chômage
Les primo-chômeurs ont également droit à un cumul de 4 trimestres validés sans qu’il y ait eu nécessairement une période indemnisée avant. Et si la première période de chômage a eu lieu après le 31 Décembre 2010, le droits sont portés à un an et demi. De préciser enfin que pour les périodes de chômage non indemnisées antérieures au 1 er Janvier 1980, celles-ci ne doivent pas résulter d’un départ volontaire.

En pratique

S’il fallait autrefois justifier de l’absence d’allocations perçues par le biais d’une attestation de Pôle Emploi, cela a changé. Depuis 2012, la transmission se fait entre administration en interne. A noter que ces droits ne sont valables que pour la retraite de base et non la complémentaire.

A lire aussi :