Les classes double niveau sont-elles une bonne idée ?

De plus en plus de classes double niveau voient le jour en maternelle. Tandis que les enseignants vantent leur efficacité, nous avons décidé d’étudier la question sérieusement.

Les classes double niveau sont-elles une bonne idée ?
Quels sont les résultats des classes mélangées en maternelle ?

À la rentrée, votre enfant a probablement été intégré dans une classe double niveau, c’est-à-dire une classe qui mélange des enfants qui posent leur premier pied dans une école, mais aussi des « moyens » et des plus « grands ». En France, plus de 80 % des écoles maternelles ont mis en place ces classes qui réunissent des écoliers de tous âges et niveaux. Mais alors que les interrogations vont bon train, il convient de se demander si l’efficacité de ces structures est bien réelle.

Classe double niveau : une affaire de pédagogie

Il faut savoir que le concept des classes double niveau ne date pas d’aujourd’hui. En effet, il est souvent utilisé dans certaines zones rurales où les classes dites multi-âges sont mises en place par manque de moyens et d’effectifs. En 2017, toutefois, les classes mélangées sont majoritairement établies sur demande des enseignants. En effet, ces derniers veulent appliquer des méthodes pédagogiques particulières, travailler différemment.

BON À SAVOIR :

Les classes multi-niveaux et multi-âges ne sont soumises à aucun arrêté ministériel. C’est effectivement l’équipe pédagogique qui prend l’initiative de façonner les classes de cette manière.

Une pédagogie qui rend l’enfant plus sociable

Le premier constat positif que l’on peut établir vis-à-vis des classes double niveau, c’est qu’elles aident les enfants à mieux grandir. En effet, elles rendent les enfants plus sociaux, favorisent la coopération entre eux, et ce quel que soit leur âge. D’après plusieurs psychologues, les classes de ce genre instaurent une sorte de respect entre chaque enfant, qui devient dès lors plus attentif.

Qui plus est, les classes mélangées, contrairement à celles qui délimitent les enfants selon leur âge ou leurs performances scolaires, ne stigmatisent pas ces derniers. Si l’un d’eux éprouve des difficultés à l’école, il n’est pas pointé du doigt ou jugé.

Apprentissage et autonomie plus rapides

Lorsque les plus petits sont en classe avec des « grands », ils deviennent rapidement plus autonomes. Aidés par des enfants plus vieux de quelques années, ils apprennent plus vite, les premiers faisant office de tuteurs. Naturellement, les effets de cette pédagogie sont aussi bénéfiques pour les plus grands, qui se responsabilisent et deviennent des modèles pour les plus jeunes.

Aider à mettre le manteau de son copain plus petit, intervenir durant un exercice pour lui donner les moyens de mieux le comprendre, la classe double niveau est finalement une superbe leçon de vie : elle favorise l’empathie et encourage l’aide à autrui.

BON À SAVOIR :

L’efficacité des classes double niveau est prouvée. L’impact sur l’avenir scolaire des plus petits est très positif puisqu’une fois arrivé en moyenne ou grande section, le plus petit sera déjà capable de chercher l’information par lui-même. Stimulé par les plus grands, il aura déjà développé la volonté de grandir, d’apprendre à lire notamment, par refus de rester un « petit ».

Transformer la notion d’apprentissage

L’intérêt de cette forme d’éducation est justement de ne pas faire des capacités scolaires une priorité. Ainsi, un critère de sélection est établi afin de déterminer si l’enfant doit passer l’année scolaire avec les plus grands ou les plus petits. Plutôt que l’âge ou les résultats scolaires, c’est la maturité de l’enfant qui est prise en considération, sa capacité à être autonome.

Il est clair que les parents peuvent avoir du mal à appréhender cette notion. Pour autant, les partisans de la classe double niveau refusent de croire que l’objectif de tout enfant est de « savoir lire en CP ». En vérité, c’est la capacité à apprendre à vivre avec les autres et à comprendre le monde qui prime sur les bonnes vieilles notes.

A lire aussi :

Continuer à lire