Comment obtenir un crédit immobilier pour acheter à l'étranger ?

Obtenir un crédit immobilier pour financer un projet à l’étranger est envisageable sous certaines conditions. Explications…

Comment obtenir un crédit immobilier pour acheter à l'étranger ?
Acheter à l'étranger : un crédit immobilier plus contraignant

Les crises immobilières étant passées par là, les prix de l’immobilier ont beaucoup baissé dans certains pays comme le Maroc, l’Espagne, la Grèce, le Portugal. Comme le malheur des uns fait le bonheur des autres, de bonnes affaires ont attiré les français voulant acquérir une résidence secondaire à bas prix. Alors comment obtenir un crédit immobilier pour acheter à l’étranger ? Voici quelques éléments de réponses.

Différentes options pour faire un crédit immobilier pour acheter à l’étranger

Faut-il montrer pattes blanches ?

La réponse est sans conteste oui. Pour acquérir un bien immobilier dans l’hexagone, il faut apporter de nombreuses garanties (hypothèques, assurances, cautions). Par conséquent, il semble logique qu’une banque soit encore plus exigeante lorsque le crédit immobilier concerne le financement d’un bien à l’étranger.

Que va demander une banque française ?

Faire un crédit immobilier pour un achat à l’étranger via sa banque locale, c’est accepter d’apporter certaines garanties. Législation, frais, garanties supplémentaires… Les contraintes sont bien réelles. Il peut s’agir en l’occurrence d’une hypothèque sur un bien immobilier ou encore d’un nantissement sur un placement en assurance-vie. Bien entendu, les biens concernés devront se situer en France et ainsi soumis à la législation française.

Quid des banques locales lorsque l’on veut un crédit immobilier pour acheter à l’étranger ?

Il est également possible de financer l’achat d’un appartement ou d’une maison en contractant un crédit immobilier dans le pays concerné. Dans ce cas, il sera nécessaire d’ouvrir un compte bancaire en devises convertibles pour pouvoir transférer l’argent en cas de revente. Un détail à ne pas négliger. De plus, ces comptes bancaires à l’étranger devront être déclarés annuellement à l’administration fiscale.

Qu’en est-il de la législation ?

En matière d’immobilier, les législations diffèrent d’un pays à l’autre. Par exemple, en Espagne, la rédaction de l’acte de vente n’est pas faite par un notaire comme en France mais par un avocat. Le notaire n’intervenant que dans la phase d’enregistrement. L’intervention de deux experts juridiques au lieu d’un va de facto générer un coût supplémentaire.

Les difficultés auxquelles on peut faire face lorsque l’on veut un crédit immobilier pour acheter à l’étranger

Le problème des titres de propriété

Acheter à l’étranger peut s’avérer problématique notamment dans l’ancien. Au Maroc, certains titres de propriété sont adulaires et non fonciers. Et il ne faut jamais acquérir des biens immobiliers ne possédant pas de titres fonciers établis au nom du propriétaire. Le risque étant de voir d’éventuels héritiers exiger leurs “parts” à l’issue de la vente. Bref, la vigilance reste de mise.

Dans certains pays et notamment en Asie, il n’est simplement pas possible d’acheter un bien immobilier lorsque l’on est étranger, ou alors à condition d’être associé à des personnes ayant la nationalité du pays.

Frein à l’obtention du prêt, pourquoi les banques françaises sont-elles réticentes ?

La banque est rassurée lorsque tout est sous contrôle. Cela dépend des pays bien sûr, mais lorsque vous achetez un bien immobilier à l’étranger, de nombreux éléments sont dans le flou. Quelle est la situation géopolitique du pays, que se passera-t-il en cas de crise ? Quelle est la législation régulant la propriété dans le pays en question ? Comme la banque ne peut pas prendre en garantie un bien qui est à l’étranger, il faudra trouver une autre solution pour sécuriser le prêt. Tout cela est plus long, plus compliqué et plus coûteux que d’accorder un crédit immobilier pour un client qui souhaite acquérir un bien sur le territoire français.

Un coût supplémentaire pour un achat hors de nos frontières

Trouver un crédit immobilier en France pour investir dans la pierre à l’étranger est envisageable à condition d’avoir de solides garanties. Mais, au-delà du financement, il faut s’attarder sur les aspects juridiques (taxe à la revente, succession, etc.) qui diffèrent d’un pays à l’autre. Avant de rechercher un financement, le recours à un expert juridique est plus que nécessaire.

Quelques conseils pour obtenir un crédit immobilier pour acheter à l’étranger

Si vous êtes à la recherche d’une résidence secondaire mais que vous n’êtes pas fixé sur un pays en particulier, privilégiez ceux où le climat politique, économique et social est stable.

Le fait de choisir un pays dans la zone euro permettra de réduire les problèmes et les frais liés au taux de change. En effet, le prêt, s’il est accordé dans une banque française, servira à acheter un bien en devises local, ce qui peut être source d’ennuis.

Si vous achetez via une banque locale, mieux vaut maîtriser parfaitement la langue afin de ne pas avoir de surprises dans le contrat de prêt. Vous pouvez également vous faire assister par un juriste qui maîtrise le français et la langue du pays.

Au moment d’acheter, voyez ce qui se passe en cas de revente. Quelles sont les lois en matière de rapatriement des capitaux ? De droits de succession sur les biens situés dans ce pays ?

A lire aussi :