Zoom sur le crédit jeune actif

Les banques ont mis en place des produits dédiés tels que le crédit jeunes actifs. Mais quelle est la limite d’âge pour y prétendre ? Est-ce avec ou sans apport ?

Zoom sur le crédit jeune actif
Crédit jeune actif : attention à l’'âge…

Obtenir un crédit n’est pas une mince affaire. Quel que soit l’âge, les banques veulent s’assurer de récupérer leurs fonds à l’échéance du contrat. Alors quand on démarre dans la vie active, on a plein de projets mais pas forcément eu le temps de thésauriser. La solution ? Le crédit jeune actif avec ou sans apport.
 

Qu’est-ce qu’un jeune actif ?

Mais qui est considéré comme jeune actif ? Selon la définition de l’Institut National des Statistiques et des Etudes Economiques (INSEE), c’est celui qui a une activité professionnelle ou en recherche active d’emploi. Son âge ? Entre 25 et 39 ans. Une fourchette qui permet aux établissements bancaires de fixer leur propre limite contractuelle.
 

Le crédit jeune actif des banques

Pour les moins de 36 ans, la banque en ligne LCL propose un prêt immobilier Jeunes Actifs allant jusqu’à 100% de l’acquisition. Attention, cela ne comprend pas les frais de notaire et les garanties. Ils bénéficient de frais de dossiers réduits de moitié et de l’assurance emprunteur à des conditions spécifiques. Chez CIC, le prêt jeunes actifs se nomme « Prêt Première Habitation » dédié au primo-accédant âgés de moins de 28 ans. Un moyen d’accéder à la propriété avec ou sans apport.

Le crédit mutuel propose, lui, les prêts « Modulimmo » accessible à toute personne majeure et pouvant être associés à des prêts aidés. Ils donnent la possibilité d’adapter les mensualités en fonction du budget, à la hausse ou à la baisse. Dans le cas d’une réduction des mensualités, la durée du crédit ne pourra être prolongée plus de trois ans. Enfin, « ils peuvent rembourser jusqu’à 100% du projet ».
 
Plus d'infos ?Recevez plus d'infos sur ce thème, toutes nos astuces pour économiser au quotidien et bien plus encore ! C'est par ici. 

Le prêt conventionné…

  • Le PTZ
Accessible jusqu’au 31 décembre 2017, le prêt à taux zéro (PTZ) permet de financer l’achat d’un premier bien immobilier dans l’ancien (si travaux) et dans le neuf, et ce, sur une durée de 12 à 25 ans. Ne couvrant qu’une partie des coûts d’acquisition, il doit être complété nécessairement par un crédit immobilier classique. Sous conditions de ressources, le revenu fiscal d’un célibataire ne peut dépasser 36 000 euros en Zone A (région parisienne) pour un prêt plafonné à 39 000 euros.
 
  • Le PEL
Détenir un Plan Epargne Logement (PEL) revêt un double intérêt. D’une part, il permet de placer jusqu’à 61 200 euros sur 10 ans maximum avec un versement annuel minimum de 540 euros. D’autre part, la possibilité, au bout de quatre ans, de souscrire un prêt immobilier à taux avantageux. Sans compter la prime d’état d’un montant maximum de 1 000 euros.
 
Découvrez tous nos articles ! 

À lire aussi :

Continuer à lire