Les différentes formes de financement pour entreprendre

Créer une entreprise nécessite de l’argent. Alors qu’elles sont toutes les sources de financement possible ? Tour d’horizon

Les différentes formes de financement pour entreprendre
Entre financement personnel et bancaire

Trouver des fonds pour lancer son activité peut vite devenir un parcours du combattant notamment lorsque l’on recourt aux établissements bancaires classiques. Mais, il existe différents modes de financement. Découvrez notre check-list.

Le financement personnel

Pour les plus prévoyants mais aussi ceux qui ont eu la possibilité d’épargner, l’utilisation de fonds personnels est la solution la plus facile pour lancer sa création d’entreprise. Pas d’argent à rembourser, vous restez totalement maître à bord. En cas de défaillance de l’entreprise, aucune entité externe ne sera à vos trousses pour réclamer un remboursement. Mais soyons pragmatique et réaliste, cette hypothèse ne concerne qu’une minorité d'entrepreneur, la majorité est obligé de recourir à des financements externes.

Le financement externe

Lorsque l’on parle de financement externe, il faut s’attacher à en distinguer quatre types :

  • L’entourage
Certains entrepreneurs n’hésitent pas (à juste titre) à faire appel à l’entourage (amis, familles) pour financer en partie leur projet entrepreneurial. Pourquoi pas ? A condition de respecter un certain mode opératoire. Cela passe par la réalisation systématique d’une reconnaissance de dettes. Il s’agit d’un acte sous seing privé entre les intéressés ou un acte authentique réalisé par un notaire. A noter que tout prêt supérieur à 760 euros doit être déclaré au fisc.

  • Le crowdfunding
D’autres ont recours au financement participatif connu aussi sous le nom de crowdfunding. Et le principe est assez simple… Sur une plateforme dédiée et réglementée, les porteurs de projets présente son projet qui sera vu et choisi par des particuliers. L’entrepreneur pourra alors bénéficier d’un don, d’une participation aux fonds propres ou d’un prêt rémunéré. En contrepartie, la plateforme ponctionnera une petite commission (de 5 à 10%).

  • Les structures de financement non bancaires
En cas de refus de financement des établissements bancaires classiques, il est possible de recourir à des structures comme BPI France. Elles peuvent octroyer un prêt à la création d’entreprise (PCE) sans caution personnelle, ni garantie à condition de contracter en plus un concours bancaire représentant deux fois le PCE. Il y aussi les prêts d’honneur à taux zéro ou taux réduit.


Un crédit rapide en ligne ? Si vous souhaitez comparer les différents crédits en ligne, c'est par ici.
  • Les banques traditionnelles
Les fonds obtenus par les moyens cités ci-dessus vont servir de levier pour obtenir un prêt bancaire classique. C’est la condition sine qua none. Impossible d’emprunter sans une seconde source de financement. En plus, celles-ci vont exiger certaines garanties comme une hypothèque ou un cautionnement. Une caution qu’il est possible d’obtenir auprès de certains organismes comme France Active par exemple.

En dehors des schémas classiques, les business angels permettent de lever des fonds plus importants qui se chiffrent en millions d’euros. Pour en trouver, direction le site de la fédération des réseaux de Business Angels.


A lire aussi :