FCPI et FIP : quels sont les avantages de ces placements ?

Comprendre le fonctionnement d’ensemble des placements en FCIP et FIP afin d’étudier l’opportunité d’y consacrer une partie de son capital.

FCPI et FIP : quels sont les avantages de ces placements ?
Placer son épargne dans des entreprises dynamiques

Investir en FCPI ou FIP permet de diversifier ses placements financiers et … de payer moins d’impôts en profitant d’un cadre règlementaire incitatif pour les investisseurs. Toutefois, comme pour tout investissement, il convient d’analyser la pertinence de l’instrument utilisé par rapport à son profil et ses attentes.

FCPI et FIP : de quoi s’agit-il ?

Les FCIP ou FIP sont des fonds communs de placement : ils permettent à des investisseurs d’acheter des parts au sein d’une ou plusieurs entreprises proposant des prises de participation et de se constituer ainsi un capital dont la valorisation suivra l’activité de l’entreprise.

Les FCPI sont des Fonds Communs de Placements dans l’Innovation. Ils concernent les sociétés de type PME du territoire européen (moins de 2 000 salariés) intervenant sur des activités comme l’informatique, les nouvelles technologies, le secteur des télécommunications, etc.

Les FPI renvoient aux Fonds d’Investissements de Proximité. Ils sont constitués à 60% de PME françaises localisées sur quatre régions limitrophes, dont un tiers doit renvoyer à des entreprises créées depuis moins de huit ans.

Des avantages fiscaux

Placer ses fonds en FCIP ou FIP permet à des entreprises récentes, locales et/ou dans des secteurs d’activités à fort potentiel de croissance de trouver des financements externes pour poursuivre leur développement. Ces investissements sont donc largement encouragés par l’Etat qui propose des avantages fiscaux sous la forme de réductions d’impôts.

Ainsi par exemple, un placement en FCPI peut générer une réduction d’impôt comprise entre 18% et 38% du capital investi (les investissements en outre-mer générant l’allègement d’impôts le plus important).

A savoir : une réduction d’ISF est également possible. Celle-ci pourra aller jusqu’à 50% de l’investissement (dans la limite de 18 000 euros) selon la part que la société de gestion consacre aux sociétés éligibles.

Les frais de gestion

Placer son capital dans un fond commun génère des frais de gestion qui avoisinent généralement les 5% annuels. Ces frais sont à prendre en compte dans les simulations financières.

Un placement risqué ?

Investir en FCIP ou FIP présente les risques de tout investissement boursier. Un placement en FCPI est souvent considéré comme un peu plus risqué qu’un placement en FIP : les sociétés ciblées par les investissements n’ont, par nature, pas la même maturité économique, cependant, cela ne présuppose pas automatiquement de leur fragilité.

Se renseigner

Les investissements en FCIP ou FIP sont proposés par des sociétés de gestion. Toutes ne se valent pas et il est recommandé de bien se renseigner sur les performances de celles-ci avant d’envisager tout investissement.

Enfin, optimiser la gestion de son patrimoine pour payer moins d’impôts est une bonne chose, investir en fonction de ses valeurs est encore meilleur. Certains investisseurs pourront ainsi choisir d’orienter leur capital vers la finance solidaire, une autre façon d’encourager une dynamique sociale.

A lire aussi :