PEL ou assurance vie : que choisir en 2018 ?

Opter pour le PEL ou l’assurance vie dépend de ses projets à moyen terme ! Focus sur ce qui fait la différence entre ces deux supports et conseils pour choisir le plus adapté à ses besoins.

PEL ou assurance vie : que choisir en 2018 ?
Différences, atouts, stratégies de placement

Suite aux dernières évolutions en matière d’épargne, notamment sur le fonctionnement et la fiscalité des différents produits d’épargne, trouver le dispositif le plus adapté à ses besoins peut être plus difficile. Choisir entre PEL ou assurance vie est une question que se posent de nombreux épargnants.

On fait le point pour comprendre, arbitrer et épargner de la façon la plus optimale en fonction de sa situation.

PEL ou assurance vie : quelles différences ?

Le PEL en quelques mots

Le Plan Epargne Logement (PEL) a pour objet de permettre à l’épargnant de capitaliser pour disposer d’un apport financier afin d’acheter un logement. Ce dispositif, souvent présenté aux côtés du Compte Epargne Logament (CEL) qui a les mêmes objectifs, a eu le vent en poupe ces dix dernières années car au-delà d’un taux de rémunération intéressant, il permettait :

  • D’accéder à un emprunt bancaire à des taux avantageux
  • De bénéficier d’une prime d’Etat allant jusqu’à 1 525 euros
  • De bénéficier d’une fiscalité avantageuse au titre des sommes générées par les intérêts de placement (uniquement soumis aux prélèvements sociaux).

En contrepartie, les sommes placées étaient bloquées pendant au moins quatre ans. Tout retrait des fonds avant cette date anniversaire engendrait la clôture immédiate du PEL et la suspension de tous ses avantages.

Le fonctionnement des PEL ouverts à compter du 1er janvier 2018 a sensiblement évolué et ne présente plus ces atouts. Ceux des PEL souscrits antérieurement à cette date sont maintenus.

L’assurance vie en quelques mots

L’assurance vie est un produit financier qui peut répondre à différents objectifs, aux premiers rangs desquels, l’épargne (à des fins très diverses : acquisition d’un logement à titre de résidence principale ou secondaire, financement d’études, de travaux, etc.) ou la préparation de la transmission de son patrimoine.

Les sommes restent généralement disponibles (il convient cependant de vérifier les termes de l’engagement), et ce, même avant l’échéance du contrat souscrit. Elles peuvent être versées à l’épargnant sous forme d’avances (en fonction de ses besoins) ou être retirées en totalité.

Deux dispositifs impactés par les dernières évolutions fiscales

Que ce soit le PEL ou l’assurance vie, la rentabilité de ces deux supports a été mise à mal par les dernières réformes fiscales, notamment le PEL.

Les prélèvements sociaux ont augmenté (passant de 15,5 % à 17,2%), un prélèvement forfaitaire unique de 30% (également appelé PFU ou flat tax) a par ailleurs été institué, le taux de rémunération net du PEL est passé en dessous de celui du Livret A (soit 0,70%), etc… De quoi se questionner sur l’intérêt de souscrire un de ces produits financiers.

Epargner sur PEL ou assurance vie : tout dépend de la stratégie

L’intérêt de chacun de ce dispositif doit s’analyser à la lumière des projets de l’épargnant : déconnecté de ceux-ci, le comparatif n’a que peu de valeur.

Lorsque l’épargne vise un projet immobilier

En 2018, si l’épargnant souhaite se constituer une réserve financière en vue d’un projet immobilier à moyen terme (à une échéance supérieure ou égale à quatre ans), bien que peu rémunérateur, le PEL sera le bon levier : il permettra d’accéder à des droits à prêt à taux réglementé (2,2%) sur une somme empruntée pouvant aller jusqu’à 92 000 euros.

Ce taux plafond peut paraître aujourd’hui peu attractif car le marché de l’emprunt immobilier permet de bénéficier de taux très bas, mais la situation est susceptible d’évoluer ces prochaines années.

Les sommes placées sur le PEL sont plafonnées à 62 100 euros.

A savoir : le PEL pourra être combiné avec un prêt à taux 0 pour obtenir le coût de l’emprunt le plus bas possible.

En dehors de tout projet immobilier

L’assurance vie est un contrat d’épargne qui permet de sortir des placements classiques et de diversifier ses supports. L’épargnant pourra y placer les fonds qu’il souhaite, sans plafond, contrairement au PEL. Le taux de rendement de l’assurance vie tourne autour de 3,5%, ce qui est fort intéressant au regard de la rémunération des autres produits d’épargne.

Support adaptable aux différents projets, elle permet également de transmettre son patrimoine financier sans taxation. L’épargnant pourra choisir entre une assurance vie en euros ou une assurance vie en unités de compte, sachant que dans le premier cas, le capital placé est garanti, contrairement au second.

Transformer un PEL en assurance vie : c’est possible !

Si le projet immobilier a été abandonné ou financé par d’autres moyens (PEE, héritage, etc.) , l’épargnant pourra convertir son PEL en assurance vie afin d’optimiser ses placements financiers.

Pour cela, les fonds placés sur le PEL doivent être disponibles. Le taux de rémunération du placement sur une assurance vie devra cependant être analysé finement avant tout transfert de fonds, afin de disposer d’une vision claire de la rentabilité de l’opération.

Ainsi :

  • Pour trouver la meilleure assurance vie, les taux d’intérêt devront tous être comparés sur la base de leur valeur nette de prélèvements (PFU)
  • Les différents contrats d’assurance vie devront être étudiés sur leurs volets frais d’entrée, frais de gestion, etc.

A lire aussi :