Essence, diesel, Gpl, bioéthanol, hybride : Quelle motorisation choisir ?

Diesel, essence, hybride, électrique, comment choisir la motorisation parmi celles qui sont présentes sur le marché ?

Essence, diesel, Gpl, bioéthanol, hybride : Quelle motorisation choisir ?
Quelle motorisation choisir pour sa future voiture ?

Coût à l’achat, location de la batterie dans le cas de l’électrique, coût d’utilisation, autonomie et impact dans la vie pratique. Le choix d’une motorisation se réfléchit d’autant que le moteur thermique résiste, l’hybride progresse et que l’électrique stagne, donc quelle motorisation choisir lors de l’achat d’un véhicule ?

Quelle motorisation choisir : le diesel en net recul

Le diesel n’est plus la motorisation la plus vendue en France, avec une moyenne de 47,3 % des immatriculations en 2017 (source CCFA, Comité des constructeurs français d’automobiles), sa part de marché baisse depuis quelques années (73 % en 2012 et 52% en
2016).

Une diminution certainement due à la prise de conscience que cette motorisation est de moins en moins adaptée à l’usage urbain en raison des solutions technologiques complexes qu’elle embarque pour sa dépollution (filtre à particules, systèmes de recyclage
des gaz d’échappement EGR…).

C’est aussi un engagement d’Emmanuel Macron : d’ici la fin du quinquennat, le litre du gazole coûtera le même prix que le litre de l’essence. Au global, le marché de l’automobile reste très dynamique, + 4,7% cette année, comme quoi on veut bien renoncer au gazole,
mais pas à la voiture.

Les moteurs Diesel présentent toutefois quelques avantages par rapport à ceux à essence : ils sont moins gourmands, donc émettent moins de CO2, et possèdent une plus grande longévité (même si l’écart tend à se réduire).

L’essence a le vent en poupe

Il est enfin majoritaire avec 47,6% des immatriculations en 2017 (source CCFA, Comité des constructeurs français d’automobiles) et depuis quelques années, le moteur à essence bénéficie des innovations de l’industrie automobile. Ainsi, les modèles les plus récents disposent d’un turbocompresseur, qui améliore le confort et le plaisir à bord, ainsi qu’un système d’injection directe qui diminue la consommation.

L’écart du prix du litre de sans plomb et de gazole diminue d’année en année, ce qui rend l’achat d’un véhicule à essence plus intéressant. Il faut donc choisir une auto essence pour une utilisation urbaine et si l’on roule peu dans l’année. Jusqu’à 10 000 km par an, le moteur
à essence est souvent plus avantageux que le diesel.

Le GPL le mal aimé

Le GPL (gaz de pétrole liquéfié) s’utilise par une adaptation du moteur à essence, qui devient alors à bicarburation : le moteur fonctionne indifféremment à l’essence ou au gaz.

En plus de son prix inférieur, le GPL est plus respectueux de l’environnement et affiche un niveau de pollution inférieur à l’essence. Mais ces motorisations sont moins agréables à utiliser car elles engendrent une perte de puissance de 5 à 10 % et une surconsommation
pouvant atteindre les 20 % (par rapport à l’essence).

Le GPL est avantageux par rapport à l’essence pour les gros rouleurs mais son impact sur les ventes de voitures reste
marginal. De plus sur les petites voitures, le boitier GPL impactera le volume de votre coffre.

L’ E85 ou BIOETHANOL : un espoir crédible ?

L’E85 est un mélange à hauteur de 85 % de bioéthanol, un alcool distillé à partir de matières végétales, et 15 % d’essence. Il est utilisé dans les moteurs dit à essence flexifuel, qui peuvent fonctionner indifféremment à l’E85 ou à l’essence sans plomb, voire au mélange
des deux dans un seul et même réservoir.

Avec le carburant bioéthanol, le moteur consomme toutefois environ 30 % de plus. Mais avec un prix au litre de 0,85 euros en moyenne, vous dépenserez 50% de moins.

Un bonus écologique est attribué lors de l’acquisition de la voiture neuve.

Détail intéressant les voitures neuves ou d’occasion disposant de l’E85 bénéficient d’une carte grise gratuite. Avec une conduite responsable, un moteur E85 est tout aussi fiable et endurant qu’un moteur à essence classique.

Au quotidien, l’éthanol est même plus économique qu’un moteur diesel, tout en polluant moins.Seuls 300 stations proposent de l’E85 en France ce qui rend difficile sa propagation dans l’hexagone.

L’hybride une solution futuriste ?

Les consommations en carburant sont très basses, sur un véhicule hybride à condition de conduire intelligemment. Il existe deux types de véhicules hybrides:

Les rechargeables permettent de rouler soit au thermique, soit à l’électrique, soit avec les deux. L’hybride s’utilise mieux à la ville !

Un seul bémol : les voitures hybrides sont plus chères que leurs homologues thermiques.
Le gouvernement considère les véhicules hybrides comme des véhicules propres et ceux-ci disposent d’un droit de circulation lors des pics de pollution. Les hybrides essence les moins polluants peuvent recevoir un bonus écologique de 1 000 €. Les véhicules hybrides semblent fiables et les problèmes remontés sont plutôt rares. Avec des véhicules comme le Toyota Prius qui comptent des propriétaires ayant dépassé facilement les 300000 km vous êtes tranquille.

Quelle motorisation choisir : en 2018 j’achète une hybride ?

Nous le recommandons chaudement ! A condition d’opter pour un hybride essence. Il fait savoir que les hybrides diesel ne reçoivent pas de bonus écologique, parce qu’ils polluent davantage et disposent d’un agrément moindre. Les moteurs hybrides conviennent
également à ceux qui font de la route, mais surtout à ceux qui font de la ville, et vous réaliserez de formidables économies sur ce terrain-là.

Les hybrides rechargeables permettent de rouler en mode tout-électrique pendant une cinquantaine de kilomètres. Si vous habitez en ville, nous vous recommandons d’opter pour cette forme d’hybridation.

L’électrique 2018 une motorisation pas si jeune ?

Un véhicule électrique neuf coûte plus cher qu’un véhicule “classique” thermique. L’Etat se veut incitatif en accordant une aide pouvant grimper jusqu’à 6000 euros. Sur le terrain du coût et de la consommation la comparaison entre une thermique et une électrique
est difficile.

C’est sur le moyen et le long terme que vous verrez une réelle différence car un véhicule électrique s’use peu et ne dispose pas d’embrayage. Donc adieu vidange et autres entretiens récurrents d’un véhicule “classique”.

Enfin si le véhicule est dit propre dans le quotidien il l’est moins dans les faits puisque la majorité de l’électricité produite en France provient de centrales nucléaires.

Les véhicules sont cependant fiables car les pannes sont rares. Si vous circulez comme la moyenne des français par jour c’est à dire moins de 100 kilomètres c’est un bon choix. L’autonomie moyenne des véhicules électriques en 2018 se situe entre 200 et 600 kilomètres selon les modèles.

Les Superchargeurs Tesla existent pour les grands trajets mais Il est aussi possible de louer une voiture thermique pour partir en vacances, recourir au co-voiturage ou opter pour les autocars pour les trajets longue distance. Si vous mettez de côté le prix du véhicule à l’achat, un véhicule électrique est la motorisation la plus économique au quotidien.

A lire aussi :