Ramonage d'une cheminée : obligations et conseils

Avec l’hiver, se pose la question du ramonage de la cheminée. Quelles sont les obligations en matière de ramonage ? En quoi cela consiste exactement ?

Ramonage d'une cheminée : obligations et conseils
Tout savoir pour remplir cette obligation

Avant de pouvoir profiter sereinement de la chaleur d’un feu de cheminée, il faut la ramoner ! Le ramonage est obligatoire et ramoner sa cheminée doit donc figurer sur la liste des choses à faire avant l’hiver. Le point sur les obligations liées à cette opération et les conseils pratiques pour mener à bien cette mission.

Ramoner sa cheminée : à quoi ça sert ?

Le ramonage consiste à entretenir son conduit de cheminée et de ses raccordements de sorte que l’utilisation de celle-ci soit sans danger pour les occupants de l’immeuble, l’immeuble lui-même, le voisinage.

Il s’agit notamment de prévenir contre les intoxications au monoxyde de carbone, les risques d’incendie, la défaillance des appareils de chauffage associés (poêle, insert, etc.) ou tout simplement leur meilleure performance et donc à des économies d’énergie (une cheminée ramonée a un meilleur tirage).

A savoir : les conduits de cheminée condamnés ne sont pas concernés par l’obligation de ramonage. Toutefois les conduits non utilisés, s’ils ne sont pas condamnés, doivent être ramonés.

Quand ramoner sa cheminée ?

La période de ramonage des cheminées est fixée par voie règlementaire. En application des textes en vigueur, l’opération de ramonage doit être réalisée deux fois par an, dont une au cours de la période d’utilisation de la cheminée en question.

A savoir : les cheminées fonctionnant aux combustibles gazeux (par opposition aux combustibles solides comme le bois ou les granulés de bois) sont soumises à une unique obligation de ramonage annuelle.

Comment est réalisé le ramonage ?

Pour être conforme aux exigences de la règlementation, le ramonage doit être réalisé avec un “hérisson”. Il s’agit d’un outil spécifique à ce type d’opération qui permet de nettoyer le conduit et ses raccordements sur toute leur longueur. Généralement métallique, il peut également être en nylon.

Attention ! Le ramonage chimique n’est pas considéré comme permettant de remplir les obligations de ramonage incombant aux utilisateurs d’une cheminée. Rien n’empêche ces derniers d’y recourir, mais ils devront par ailleurs réaliser le ramonage mécanique.
Le ramonage est une opération de courte durée (de 30 minutes à 1h30 selon les installations et le degré d’entretien de celles-ci).

A qui revient cette obligation de ramonage : au propriétaire, au locataire, à la copropriété ?

La personne en charge du ramonage dépend de la nature de l’appareil de chauffage lié à la cheminée. Il est important de connaître ses obligations en la matière pour éviter la mise en cause de sa responsabilité en cas de dommages.

Nature de l’installation de chauffage liée à la cheminée

Si la cheminée est reliée à un appareil de chauffage individuel, il revient au résident lui-même de procéder à ce ramonage. A l’inverse, si la cheminée alimente une installation collective, il reviendra à la copropriété de remplir cette obligation.

Cas particulier de la location

Pour le cas spécifique de la location, il faut savoir que généralement, les frais de ramonage sont intégrés dans les charges locatives. Si ce n’est pas le cas, le locataire sera responsable de cette opération.

Les bailleurs ont l’obligation de s’assurer du bon état des conduits de cheminée avant la mise en location du logement. Le locataire peut d’ailleurs demander à ce que lui soit présenté le dernier certificat de ramonage afin de savoir s’il doit effectuer cette opération.

A savoir : des dispositions spécifiques peuvent être applicables selon les localités (exemple : règlement sanitaire départemental). Il convient de se renseigner auprès des services municipaux.

Qui contacter pour réaliser le ramonage ?

Le ramonage doit être réalisé par un professionnel qualifié et disposant d’un agrément spécifique pour délivrer cette prestation (exemple : chauffagiste, …).

Il peut être tentant de faire appel à un proche qui s’y connaît, ou d’effectuer soi-même ce ramonage, mais il faut savoir que cette démarche ne respecte pas le cadre règlementaire.

C’est la qualité de prestataire agréé qui permettra d’attester du respect de l’obligation de ramonage. Un certificat et une facture seront ainsi délivrés par le ramoneur suite à l’opération. Ces éléments seront à conserver précieusement.

Les risques en cas de non-respect de l’obligation de ramonage

Risques pour la santé et la sécurité

Ne pas ramoner son conduit de cheminée avant utilisation peut tout d’abord présenter des risques pour la santé et la sécurité des occupants du logement.

Ramonage et assurance

Par ailleurs, en cas d’incident, d’accident ou de litiges, l’assureur de l’occupant au titre de l’assurance habitation peut tout simplement refuser de prendre en charge les dommages causés par l’installation si la cheminée n’a pas été ramonée conformément à la règlementation. Le chiffrage de ces dommages peut être très élevé, ce risque n’est pas à négliger, et il est préférable d’avoir un certificat de ramonage à présenter en cas de sinistre.

Sanctions pénales

Enfin, l’absence de ramonage est passible de sanction pénale : une contravention de troisième classe peut être appliquée en cas de manquement à cette obligation.

Ramoner sa cheminée : combien ça coûte ?

Le coût d’une prestation de ramonage dépend de différents facteurs :

  • l’installation (taille, niveau d’entretien, etc.)
  • la localisation géographique (les ramonages réalisés en Ile de France sont plus onéreux)
  • le professionnel sollicité.

Les tarifs pratiqués varient généralement de 50 à une centaine d’euros. Il convient de se renseigner auprès de différents prestataires pour obtenir le tarif et le service souhaités.

A lire aussi :