Réforme des retraites : à quoi s’attendre ?

La réforme de retraites est un chantier conséquent, annoncé par Emmanuel Macron, attendu par de nombreux français et prévu pour cet été.

Réforme des retraites : à quoi s’attendre ?
Comprendre les pistes annoncées

Le gouvernement a rendu public son projet de réforme des retraites. Le système de redistribution actuel va être refondu, avec l’objectif délicat de réussir à articuler équilibre financier des caisses de retraite et équité de répartition des pensions. Calcul des pensions de retraites, pensions de réversion, … Quelles évolutions sont attendues ? Comment s’y préparer et anticiper une gestion adoptée de son patrimoine ?

Réforme des retraites : pourquoi ?

Le système de redistribution des pensions de retraite de base existant actuellement ne permet pas d’assurer l’équilibre financier des caisses à long terme et met ainsi en péril l’assurance retraite des prochaines générations.

Le principe de l’attribution de la retraite de base repose sur des conditions de durée d’activité (trimestres cotisés) et d’âge auxquelles s’ajoutent des variables en fonction de la rémunération perçues. Des dispositifs spécifiques (minimum contributif, ASPA) viennent corriger les situations qui ne permettraient pas aux bénéficiaires des pensions de vieillesse d’atteindre un seuil minimum de revenus.

Plusieurs réformes ont d’ores et déjà tenté de trouver une solution aux enjeux liés à ce système de retraite dit par répartition. La prochaine est prévue pour l’été 2019.

La principale difficulté : le ratio actifs – retraités

Le système de répartition actuel repose sur un mécanisme de solidarité intergénérationnelle : ce sont les cotisations des actifs qui financent les pensions des retraités, cependant, ils sont proportionnellement de moins en moins nombreux que les bénéficiaires.

La difficulté est que cette situation n’est pas prête de s’arranger, et ce, malgré le report de l’âge légal de départ à la retraite : la population est vieillissante, le défi consiste donc à trouver un système que cette tendance ne mettra pas en danger.

Les grandes lignes de la réforme : ce qui s’annonce

Les contours de la réforme des retraites de la mi-année sont déjà posés et permettent de comprendre le fonctionnement d’ensemble du nouveau système attendu. Ont notamment été annoncés :

Le passage à un système de cotisations universel et unique

Ce volet renvoie à la disparition des régimes spéciaux (plus d’une quarantaine aujourd’hui !).

L’objectif affiché par Emmanuel Macron est d’aboutir à un système plus juste ou chaque euro cotisé ouvrira les mêmes droits à retraite, et ce, quel que soit le statut de la personne concernée.

Un système fonctionnant par points

Le régime de retraite de base fonctionne aujourd’hui par annuités (ce sont des durées de cotisations qui génèrent les droits à la retraite).

Les régimes complémentaires que ce soit pour les salariés du secteur privé ou pour les travailleurs non-salariés fonctionnent déjà via un système de points.

C’est ce système par points qui va être généralisé : les cotisations permettront d’obtenir des points qui, sur la base d’une valeur prédéfinie et revalorisée par voie règlementaire, seront convertis en pension en fin de carrière professionnelle.

La révision des système d’attribution des pensions de réversion

Le mécanisme de pension de réversion permet au conjoint survivant de percevoir la pension de retraite du cotisant prédécédé. Dans un contexte de refonte intégrale du système de retraites, les conditions pour bénéficier de cette pension vont de fait également être revues. L’objectif poursuivi est ici encore d’assurer une répartition plus équitable des pensions versées, en tenant compte notamment des revenus du conjoint survivant.

A savoir : les évolutions ne concerneront que les futurs bénéficiaires de pension de réversion. Les droits actuels restent acquis. Cette réforme sera déployée de façon progressive. Elle reste à suivre de près.

Comment préparer sa retraite et anticiper la diminution des pensions ?

La seule alternative qui permettra aux futurs retraités de demain, c’est-à-dire aux actifs d’aujourd’hui, de conserver un niveau de vie décent après la fin de leur activité professionnelle consiste à s’assurer d’autres sources de revenus (revenus locatifs, épargne, valeurs mobilières, etc.). C’est ce qui est communément appelé la capitalisation.

Toutefois, ce mécanisme est bien moins équitable pour les ménages qui disposent d’une faible capacité d’épargne ou d’investissement. Anticiper sa retraite en capitalisant alors que le budget quotidien présente déjà peu de souplesse peut se révéler très compliqué.

Des dispositifs étatiques encouragent la mise en place d’épargne retraite privée ou collective, notamment par des allègements fiscaux (assurance vie, PERP, …). Les investissements locatifs, notamment ceux qui ouvrent droit à des mesures de défiscalisation immobilière (investissements en SCPI, Loi Pinel, …), sont également une piste intéressante pour préparer sa retraite tout en optimisant sa facture fiscale.

Par ailleurs, au-delà des systèmes de retraite complémentaire, s’est développée une offre de retraite sur complémentaire. Elle permet de majorer le montant de sa pension de vieillesse par un mécanisme de cotisation de type assurantiel.

Articuler différents modes de financement pour obtenir une pension de retraite correcte, diversifier ses sources, telle semble être la clé pour préparer sa retraite dans la sérénité financière.

A lire aussi :