Comment renégocier le taux d’un prêt immobilier ?

Adopter la bonne méthode pour renégocier le taux d’un prêt immobilier et atteindre son objectif : diminuer le coût de son emprunt.

Comment renégocier le taux d’un prêt immobilier ?
Les clés pour réussir l’opération

Renégocier son prêt immobilier est une démarche qui se prépare sous peine de ne pas générer le gain escompté. Quelques méthodes et astuces sont à connaître pour réaliser de vraies économies, y compris en temps et en énergie !

Pourquoi doit-on renégocier son prêt immobilier ?

Il y a quelques années, il n’était pas rare que les taux proposés par les banques en matière de crédit immobilier approchant les 3 à 4 %. Depuis, le marché du crédit bancaire a évolué et les taux pratiqués pour les emprunts immobiliers avoisinent aujourd’hui les 1,5 %.

Dans ce contexte, la renégociation de crédit s’est largement répandue.

Son objet : aboutir à une révision du taux d’intérêt du prêt consenti, ceci afin de diminuer la durée du remboursement du crédit et/ou de diminuer le montant des échéances de remboursement de celui-ci.

Quand renégocier son prêt immobilier ?

Deux éléments doivent être pris en compte : l’évolution des taux et le nombre d’années écoulées depuis la mise en place de votre crédit.

Il est intéressant de négocier lorsque l’on a contracté un crédit à taux élevé et qu’actuellement les taux sont nettement plus faibles que ce qui était proposé à l’époque.

Il est plus intéressant de renégocier un crédit conclu il y a peu de temps qu’un prêt qui a été remboursé en quasi-totalité. En effet, les intérêts sont remboursés en grande partie au début du crédit : si vous concluez un nouveau contrat de crédit, vous vous exposez à payer plus d’intérêts que nécessaire ! Bien sûr il faut faire un calcul : voyez combien il vous reste à régler en intérêts sur votre crédit actuel et quel serait le montant des intérêts après renégociation.

Les leviers pour négocier son prêt immobilier

Le client devra mettre en avant des arguments pertinents pour justifier sa demande car une renégociation de crédit fait perdre de l’argent à l’établissement financier qui se rémunère sur les intérêts perçus.

Les leviers qui peuvent être utilisés par le client à l’appui de sa démarche consisteront notamment à :

  • Mettre en avant la forte diminution des taux de crédits immobiliers depuis la signature du crédit immobilier (argument socle de la renégociation du crédit)
  • Proposer de souscrire à de nouveaux services
  • La banque raisonne en termes d’objectifs et de chiffres : pour ouvrir la renégociation, il est important de valoriser l’engagement du client sur les produits proposés (ouverture d’une assurance vie, assurance auto, assurance santé, etc.).
  • La contrepartie proposée par le client peut également consister à rapatrier un compte détenu auprès d’un autre établissement que la banque prêteuse.
  • Valoriser le patrimoine financier apporté (capacité d’épargne, etc.) : plus le client est rentable, plus la banque fera d’effort pour le conserver
  • Évoquer les offres proposées par la concurrence et l’hypothèse d’un rachat de crédit par un autre établissement.

3 points clé à exposer à son banquier

Une baisse des taux a eu lieu depuis la mise en place du prêt

Cet argument est celui qui est le plus souvent avancé par les clients qui ont contracté un crédit immobilier alors que les taux étaient très élevés et qui voient le coût du crédit chuter depuis quelques années. Un argument recevable mais qui ne suffira pas à inciter le banquier à renégocier.

La banque ne souhaite pas perdre un bon client

Chaque client rapporte une certaine somme d’argent à la banque chaque année. Plus le client est rentable, moins elle souhaitera le perdre… Si vous avez la chance d’être l’un de ses clients, il y a fort à parier pour que le banquier accepte de renégocier. N’hésitez pas à signaler que vous avez comparé plusieurs offres et que vous n’hésiterez pas à changer de banque si besoin.

Proposer une contrepartie au banquier

La banque perd souvent de l’argent sur les renégociations, mais on peut proposer une contrepartie afin de faire pencher la balance en sa faveur. Si l’on a plusieurs banques, le fait de rapatrier un compte sur la banque qui renégocie le prêt peut aider. Le fait d’y souscrire ses contrats d’assurance auto, ou d’assurance santé, etc. est aussi une contrepartie intéressante pour le conseiller. Insistez sur votre volonté de rester dans cette banque si vous êtes satisfait de ses services, mais précisez que si elle vous propose des conditions moins intéressantes que les concurrents, vous serez contraint de changer d’établissement.

La clé d’une renégociation réussie : connaître le marché

Lorsque l’on souhaite renégocier un prêt immobilier, il est souvent plus facile d’obtenir une offre avantageuse en changeant d’établissement bancaire. Il s’agit ici d’un principe de bon sens commercial : les propositions sont plus attractives pour les nouveaux clients.

Pour pouvoir engager une négociation sur des bases solides, il est recommandé de commencer par collecter les offres des autres établissements financiers avant de présenter ces offres au conseiller financier de sa banque actuelle.

Que le client opte pour une renégociation ou un rachat de crédit immobilier, l’opération doit être menée de façon organisée pour être bénéfique. Une diminution de 1 % du taux du crédit immobilier aura un effet important sur le coût total de celui-ci mais tant qu’à négocier, autant optimiser le résultat.

Les étapes :

  1. Comparer les offres de rachat de crédit immobilier grâce aux comparateurs en ligne
  2. Définir ses nouveaux besoins et sa capacité de remboursement
  3. Démarcher les établissements financiers pour obtenir une simulation personnalisée et faire jouer la concurrence pour bénéficier des meilleures conditions
  4. Solliciter un rendez-vous auprès de l’établissement prêteur en mentionnant expressément que cet entretien vise la renégociation des conditions du crédit accordé
  5. Comparer l’offre proposée avec celles des autres établissements financiers en prenant soin d’intégrer tous les coûts directs et indirects liés au rachat de crédit (indemnités de remboursement anticipé, frais de dossier, frais de garantie, etc.).

La différence entre un rachat de crédit et une renégociation de taux

On confond souvent ces deux opérations qui ont pourtant quelques différences bien marquées.

Le rachat de crédit concerne davantage les crédits à la consommation : lors d’un rachat, la nouvelle banque rembourse tous les crédits en cours pour le compte de son client et crée un nouvel emprunt avec une mensualité unique. Le but est de réduire les mensualités en allongeant la durée de l’emprunt afin d’alléger la charge mensuelle du client.

Dans le cas de la renégociation, on ne cherche pas à faire un nouveau prêt, on ne peut donc pas changer sa durée : seul le taux va varier. La renégociation n’est possible qu’avec les crédits immobiliers.

A lire aussi :