Retraite supplémentaire : comment ça marche ?

Connaître le mécanisme de retraite supplémentaire, les modalités pour en bénéficier et savoir le différencier des autres dispositifs de retraite

Retraite supplémentaire : comment ça marche ?
Augmenter ses ressources en fin d’activité

Tout salarié cotise obligatoirement au titre d’un régime de retraite de base et d’un régime de retraite complémentaire. Depuis 2003, il est également possible de souscrire à une retraite supplémentaire. Faisons le point sur ce dispositif spécifique.

Retraite supplémentaire : de quoi parle-t-on ?

La retraite supplémentaire est également appelée retraite « par capitalisation»,  « épargne retraite », ou encore retraite “surcomplémentaire”.

Elle vient s’ajouter à la retraite de base du régime général de la sécurité sociale et à la retraite complémentaire de l’AGIRC ou de l’ARRCO en créant une troisième source de pension pour le bénéficiaire, ceci afin de lui permettre de majorer ses ressources en fin d’activité.

Contrairement aux deux premières, cotiser à une retraite supplémentaire est facultatif. Il s’agit d’un achat de prestations au même titre que la souscription d’une assurance par exemple.

Comment en bénéficier ?

 

La souscription à titre individuel

Le salarié qui souhaite recevoir une pension de retraite plus importante que celle qu’il est en droit de percevoir au titre des régimes obligatoires peut choisir lui-même, à titre individuel, de souscrire une retraite complémentaire auprès d’un organisme d’assurance privé, d’un établissement financier…

Le bénéfice d’un contrat collectif d’entreprise

La retraite surcomplémentaire peut également être proposée par un employeur, dans le cadre d’avantages institués par accord d’entreprise par exemple. Les cotisations seront alors versées totalement ou partiellement par l’entreprise, indexées sur les rémunérations ou liées à l’ancienneté. Cette souscription est un levier de fidélisation non-négligeable dans la politique salariale de l’entreprise.

A savoir : pour inciter les employeurs à proposer ce dispositif, des allègements fiscaux ont été mis en place par l’Etat.

Quelles prestations ?

Les prestations financières versées au bénéficiaire d’une retraite supplémentaire dépendent des modalités de sa souscription.

Les régimes de retraite collectifs d’entreprise proposent généralement, moyennant le versement de cotisations durant la période d’activité du salarié, l’allocation d’un montant qui s’ajoutera à la pension de retraite obligatoire dont il bénéficie.

Lorsque la retraite supplémentaire résulte d’une souscription individuelle, elle peut renvoyer à des prestations très diverses. Ce sera le cas par exemple :

  • du Plan Epargne Retraite Populaire (PERP) qui consiste à redistribuer au salarié l’épargne qu’il s’est constitué progressivement sous forme de rente viagère,
  • de l’assurance vie qui permet de disposer d’un capital mobilisable en fin d’activité,
  • de la souscription d’un plan d’épargne en actions (PEA) auprès d’une compagnie d’assurances ou d’un établissement bancaire.

A lire aussi :