Les signes qui montrent que votre chef est un mauvais manager

Quels sont les signes qui montrent que votre responsable est un mauvais manager ? Comment apprendre à le gérer et rester productif et motivé, malgré tout ?

Les signes qui montrent que votre chef est un mauvais manager
Comment reconnaître un mauvais manager et le gérer ?

Selon les experts, le mauvais manager est une des premières causes de départ des employés. Comment le reconnaître ? Et quelles conséquences peut-il avoir sur les employés et l’entreprise ?

8 signes qui montrent que votre chef est un mauvais manager

On ne naît pas manager. On le devient. En effet, cela s’apprend. Ainsi, tout cadre qui devient manager n’excellera peut-être pas à ce niveau de poste. D’ailleurs ne dit-on pas que certains ont tendance à s’élever vers leur plus haut niveau d’incompétence ? C’est le syndrome de Peter. Voici donc les signes qui permettent de reconnaître un mauvais manager.

Il souligne les erreurs mais pas les succès

Un chef doit pouvoir faire preuve d’objectivité, parler de ce qui ne va pas pour vous permettre de vous améliorer mais aussi mettre en avant vos succès. Ainsi, un chef qui passe son temps dresser la liste de vos défauts, votre incompétence, est un mauvais manager dans le sens où il focalise sur le négatif, parle peu du positif comme si cela n’était pas important car c’est cela qui est attendu de vous. Il ne vous aide donc pas à vous améliorer.

Pour conserver une atmosphère positive au travail, encourager les collaborateurs est important. Pointer du doigt ce qui ne va pas ne permet pas de contribuer à cela.

Il fait du micro-management

Certains mauvais managers ont tendance à vouloir garder tout sous contrôle, de façon quelque peu exagérée. Ils veulent donc savoir ce que vous faites, ce que vous avez fait, et ce que vous allez faire. Ils veulent des résumés, des notes, des rapports, et vous vous sentez surveillés.

Il vous faudra donc sur-communiquer avec votre manager. Cela va va le rassurer. Peut-être manque-t-il également de confiance et contrôler ainsi ses collaborateurs l’aide à mieux travailler.

Il a des collaborateurs favoris

Avoir des collaborateurs favoris rappelle l’école primaire ou le collège, et cette impression que le professeur avait des “chouchous” dans la classe. Le manager qui a des chouchous ne voit pas le travail que vous fournissez, et cela quoi qu’il advienne.

Vous pourrez essayer de souligner ce que vous avez accompli (missions, tâches), en apportant des notes durant les meetings et évaluations afin de montrer que vous participez aussi au travail d’équipe.

Il fait de l’abus de pouvoir

Un manager qui abuse de son pouvoir est définitivement un mauvais manager. Il pourrait donc sanctionner sans raison valable, imposer des règles injustes voire discriminatoires, diriger ses équipes comme un tyran, ce qui va rapidement démotiver les autres. Cela aura donc au final un impact négatif sur l’entreprise.

Il n’est pas responsable des échecs de l’équipe

Une équipe travaille ensemble. Si les résultats sont positifs, elle célèbre ensemble, et en cas de résultats non convaincants, elle ne cherche pas un bouc émissaire mais essaye de comprendre les raisons de l’échec, pour pouvoir y remédier. Pour un mauvais manager, la faute incombe aux membres de l’équipe. Il ne prend donc aucune responsabilité, ce qui n’est pas professionnel.

Il néglige les feedback

Le mauvais chef ne communique pas de façon bilatérale. Il n’est pas à l’écoute de ses collaborateurs et prend des décisions sans les interroger sur leur ressenti ; ce qui nuit à l’équipe : son bien-être, l’atmosphère qui y règle, sa motivation.

Il n’accepte pas la critique

Un mauvais manager n’accepte pas la critique, ce qui ne lui permet pas de changer comme il ne souhaite recevoir de feedback de personne. Les bons managers vous demanderont toujours si vous avez des questions ou des remarques à leur faire. Les autres n’y penseront pas. Sachez que si tout le monde se plaint de votre manager, il vous est peut-être possible de parler à votre hiérarchie afin que la situation change. À la fin, cela a un impact sur la cohésion de l’équipe, et la productivité.

Vous n’évoluez pas

Avec un mauvais manager, les opportunités d’évolution sont limitées. Il ne prend pas en compte les besoins et désirs professionnels de chaque employé, et ne peut donc les aider à accomplir leur projet professionnel.

Quelles sont les conséquences d’avoir un mauvais chef ?

Il faut savoir qu’un mauvais manager nous aide à évoluer, malgré tout. En effet de nombreux employés indiquent avoir appris à se débrouiller, à sortir de leur réserve pour apprendre à s’opposer, faire entendre leur voix. Si vous parvenez à avancer dans un environnement compliqué, vous vous vous en sortirez dans tous les milieux professionnels par la suite.

Le départ, une mauvaise idée

À moins que la vie ne soit impossible au travail ou que vous fassiez un burn-out, il ne faut surtout pas démissionner à cause d’un mauvais manager, surtout si vous aimez votre travail. Essayez d’abord de trouver des solutions en discutant avec vos collègues ou la hiérarchie. Si vous êtes dans une grande entreprise, tout change rapidement. Il vous faudra donc vous armer de patience car un changement peut arriver plus vite que vous ne le pensiez.

A lire aussi :