Comment faire baisser le taux d'un rachat de crédit ?

Pour faire baisser le taux d'un rachat de crédit il faut rassurer l'établissement en démontrant que sa situation est stable ou en présentant des garants.

Comment faire baisser le taux d'un rachat de crédit ?
Quelques conseils et des arguments à mettre en avant pour faire baisser le taux d'un rachat de crédit

Le rachat de crédit peut concerner tous types de prêts, l’objectif est de regrouper tous les emprunts contractés par une personne en un seul crédit unique. L’effet recherché est une baisse des mensualités, mais le coût peut être très élevé. Il est donc nécessaire de négocier le taux d’un rachat de crédit ainsi que les frais de dossier qui représentent une part non négligeable du coût total de l’opération.

Dans quels cas le rachat de crédit est-il avantageux ?

Contrairement aux idées reçues, le but du rachat de crédit n’est pas de réaliser des économies à long terme. L’objectif de cette opération est de simplifier la gestion des personnes qui ont contracté des prêts dans de nombreux établissements et de regrouper tous ces crédits en un emprunt unique. Une fois tous ces crédits regroupés, la durée de remboursement sera le plus souvent allongée afin de réduire les mensualités.

Le rachat de crédit doit être utilisé pour alléger les mensualités d’une personne ou d’un ménage lorsque la charge mensuelle liée au remboursement de ses dettes est devenue trop importante par rapport à ses revenus. Ce rachat est particulièrement avantageux pour les personnes qui se sont beaucoup endettées mais dont les revenus ont chuté brutalement.

Quel est le taux d’un rachat de crédit en 2018 ?

Il est impossible de donner un taux précis car de nombreux paramètres sont pris en compte par les organismes de prêt pour définir quel sera le cout du crédit. Voici quelques éléments qui peuvent influencer le taux d’un rachat de crédit :

Le profil de l’emprunteur : sa situation professionnelle, personnelle, son taux d’endettement, son historique bancaire, etc. Tous ces éléments vont déterminer le risque que prend la banque à prêter de l’argent à cette personne en particulier. C’est pour cette raison que les simulations peuvent donner des résultats si différents d’une personne à l’autre !

La somme empruntée va également impacter le taux, et indirectement cela va influer sur la durée du crédit (plus il est long, plus le taux sera élevé) qui sera mis en place. Mais c’est très lié au profil de l’emprunteur et à son taux d’endettement ! Le crédit sera fixé sur une durée en fonction de la capacité de remboursement de la personne qui emprunte l’argent.

La politique de la banque aura également un impact sur le taux d’un rachat de crédit. Certaines banques veulent éviter ce type d’opération et proposeront des taux peu attractifs tandis que certains établissements vont essayer de faire du profit sur ce type d’opération et feront un geste commercial pour attirer de nouveaux clients.

En moyenne, pour des rachats de crédit conclus entre 24 et 60 mois, on trouve des taux autour de 3-4 %. Mais suivant votre profil, vous pouvez avoir de bonnes ou de mauvaises surprises.

Quels arguments avancer pour négocier le taux d’un rachat de crédit ?

Lorsque l’on souhaite faire racheter ses crédits, c’est que l’on est en difficulté financière passagère. Il est donc primordial de rassurer l’établissement de prêt sur son sérieux et sur la solvabilité afin de ne pas être catalogué comme un emprunteur à risque. Un emploi stable et / ou la présence de garants jouera évidemment sur le coût du crédit proposé.

Un historique bancaire irréprochable est un autre argument en faveur de l’emprunteur car la plupart des établissements demandent au futur emprunteur de présenter ses 3 derniers relevés de compte courant.

La première chose à faire est de comparer les offres des différents établissements qui proposent des rachats de prêts. Les taux peuvent varier considérablement de l’un à l’autre mais comme nous allons le voir, il ne faut pas s’arrêter au taux annoncé pour comparer efficacement les offres.

Si l’organisme de rachat de crédit propose d’autres services (comptes courants, cartes de crédit, assurances diverses…), le fait d’adhérer à l’un de ses services peut être une contrepartie intéressante pour l’établissement, ce qui permet de négocier le taux à la baisse.

Dans certains cas, il est possible de solder ses prêts au lieu de les faire racheter : par exemple si l’on a acheté une voiture et que l’on peut se contenter d’un modèle moins cher, le fait de vendre le véhicule pour solder le prêt va réduire le capital à emprunter et donc le taux.

Il faut noter qu’il n’est pas avantageux de faire racheter des prêts qui sont presque intégralement remboursés car la part des intérêts est faible dans chaque mensualité sur l’emprunt en cours. Si l’on demande à une banque de racheter un crédit qui est presque remboursé, elle prendra de nouveaux des intérêts dessus, ce qui reviendra à payer deux fois les intérêts sur un même capital.

Faire appel à un courtier peut parfois permettre de faire baisser le taux sur un rachat de crédit.

Les éléments supplémentaires à prendre en compte

Le coût du rachat de crédit ne se limite pas au taux, et un TAEG qui semble avantageux peut cacher bien des surprises. Il est donc indispensable de prendre en compte le coût global de l’opération avant de choisir un établissement de crédit et d’évaluer les frais d’assurance, les frais de dossier ainsi que les éventuelles pénalités de remboursement anticipé sur les emprunts en cours qui devront être soldés.

A lire aussi :