Qu’est-ce que la taxe Tobin ?

La taxe tobin ne date pas d’hier ou devrait-on dire le projet de taxe sur la finance en est toujours au stade des négociations. Taxer ou ne pas taxer certains produits ? Telle est la question.  

Qu’est-ce que la taxe Tobin ?
Une taxe Tobin sur les produits financiers

Après la crise financière de 2008, la taxe Tobin semble plus que jamais au goût du jour mais pas au goût de toutes les parties prenantes. Décryptage…

Taxe tobin : définition

Lancée en 1972 par l’économiste James Tobin1, la taxe du nom éponyme visait dès l’époque la gestion de la volatilité des taux de change sur les marchés internationaux de devises. Avec pour objectif de freiner la spéculation. Dans sa vocation première, chaque pays devait être imposé selon des taux identiques. Ces derniers reversant ensuite ces recettes fiscales à un organisme fiscal dont la gestion relève du fond monétaire international (FMI), de la banque mondiale et de l’ONU. Aurait-elle permis d’éviter la banqueroute de banques américaines et la spirale des spéculateurs ? Nul ne peut en être certain.

Les détracteurs, des économistes opposés au projet, eux, rétorquaient déjà non à l’époque. Quoi qu’il en soit, elle continue d’alimenter les débats. Aujourd’hui, les états veulent créer une taxe sur les transactions financières sous réserve que les pays européens se retrouvent sur une même longueur d’onde. Ce n'était pas gagné. Le Royaume Uni s’était opposé à la première proposition de la commission européenne en 2011.

Un enjeu : les produits dérivés

Là où il y a divergence d’opinions, c’est sur les modalités pratiques. A savoir, comment taxer les produits financiers y compris les produits dérivés ? La France taxe déjà les actions depuis 2012. Il faut dire que l’enjeu financier est colossal. Et comment faire pour que chaque place financière ne soit pas lésée par la taxation ? Promesse de campagne du président François Hollande, ce dernier a récemment proposé une taxe globale.

ONG vs secteur financier

Rappelons que les recettes de cette taxe seront destinées à financer des causes environnementales, etc. Les organismes non gouvernementales (ONG) surveillent de près les propositions et fustigent celles qui iraient à l’encontre de cet intérêt général. Ce fut le cas lorsque la France avait proposé de ne pas taxer les dérivés actions. Du côté des professionnels de la finance, son de cloche différent (évidemment). Pour eux, taxer les produits dérivés impacterait négativement le secteur, et ce, dans toute l’Europe.

En résumé

Ce qui freine la mise en place d’une taxe tobin, c’est principalement l’assiette. Avec une question centrale : faut-il taxer les produits dérivés ? Entre les défenseurs et les détracteurs de la finance, les politiques doivent encore proposer et échanger. Alors, cela aboutira-t-il à la création d'une taxe tobin d’ici 2016 ? Cela reste pour l’heure une inconnue. Affaire à suivre…

1Prix Nobel d’économie en 1981

A lire aussi :

Continuer à lire