Travail du dimanche : où en sommes-nous ?

Nous faisons le point sur la Loi Macron d'août 2015, celle liée au travail du dimanche.

Travail du dimanche : où en sommes-nous ?
Travailleurs du dimanche : combien sont-ils ?

À l’époque de sa parution, la loi sur le travail du dimanche avait fait couler beaucoup d’encre. Les journaux ne cessaient de relater l’opposition entre syndicats, employeurs et gouvernement sur certains points de la loi. En ce qui concernait l’opinion publique, il y a un an, un sondage Odexa, demandé par le journal Le Parisien, révélait que 68 % des interrogés étaient favorables à l’ouverture des magasins le dimanche. En contrepartie, 53 % ne voulaient pas travailler si ça les concernait.

Et aujourd’hui, qu’en est-il de cette loi ? Nous tentons d’y répondre.
 

Travail du dimanche : le bilan


Que dit cette loi ?

Avant de voir si elle est appliquée, voici un bref rappel de celle-ci.

Selon le site du Ministère du Travail, de l'Emploi, de la Formation Professionnelle et du Dialogue Social, un travailleur ne peut pas travailler plus de 6 jours par semaine. Il doit bénéficier d’un jour de repos hebdomadaire, soit 24 heures d’affilées. En théorie, ce jour de repos est censé être le dimanche. C’est le principe du repos dominical. À noter qu’à cette journée sans travail, s’ajoute une obligation 11 heures de repos consécutives quotidiennes.

La loi Macron du 6 août 2015, appelée aussi « loi pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques » apporte des modifications. Elle permet sous certaines conditions à des commerces d’être ouverts le dimanche dans des zones où cette mesure peut créer de l’activité.

En échange, l’entreprise doit compenser les salariés travaillant ces jours-là. En général, le choix des employés qui travaillent le dimanche se base sur le volontariat. Ceux qui refusent ne peuvent pas être sanctionnés. Cependant, certains syndicats avaient révélé que sous certaines pressions déguisées des salariés se sentaient obligés d’accepter.
 

Et aujourd’hui ?

On pourrait affirmer que cette loi n’est pas un énorme succès. Prenons quelques chiffres pour le démontrer.

Elle autorise donc l’ouverture des magasins dans certaines zones actives. Parmi elles, 21 zones touristiques internationales (dont 12 à Paris). Selon un reportage diffusé par France 2, l’année dernière, il n’y avait que 15 % des magasins situés dans ces zones qui étaient ouverts le dimanche et ce sont généralement des grands magasins comme les Galeries Lafayettes, le Bon Marché ou Darty.

La raison du peu d’application de cette loi dans ces zones est que les entreprises ont besoin d’un accord syndical pour faire travailler ses employés le dimanche. Les négociations sont compliquées, comme par exemple à la Fnac.

Des statistiques publiées par le Ministère du Travail indiquent aussi qu’en 2015 seuls 18 % d’employés sont allés travailler au moins un dimanche par mois.



A lire aussi :