Le CV anonyme, comment ça fonctionne ?

Le CV anonyme était intéressant pour lutter contre les discriminations à l'embauche mais il n'a jamais été rendu obligatoire dans les entreprises françaises.

Le CV anonyme, comment ça fonctionne ?
Le CV anonyme, un projet qui n'a jamais pu voir le jour.

Le CV anonyme a été voté par une loi du 31 mars 2006 pour l’égalité des chances dans les entreprises de plus de 50 salariés, mais n’a jamais été rendu obligatoire car le décret l’imposant n’a jamais été publié. Si les candidats ont la possibilité de déposer un CV anonyme, cela reste une pratique marginale car les candidats savent bien que les recruteurs privilégieront toujours un CV sur lequel le candidat est bien identifié !

Le principe du CV anonyme

Le CV anonyme, contrairement aux CV classiques, ne comporte pas d’informations pouvant identifier le candidat :

  • Le nom, le prénom
  • L’adresse e-mail
  • L’adresse postale
  • Le sexe
  • La nationalité
  • L’âge
  • Le lieu de naissance
  • La situation familiale
  • La photographie

Les seules informations sur lesquelles le recruteur peut se baser pour faire son choix sont la formation et le parcours professionnel de la personne qui postule.

Pour adresser un CV anonyme, vous pouvez postuler auprès d’une agence ou d’un cabinet de recrutement. Lorsque ce sont les entreprises qui demandent des CV anonymes, elles utilisent un logiciel qui détecte les données personnelles du candidat (les informations relatives à son identité) et les efface. Le CV est ensuite transmis aux ressources humaines.

Un dispositif testé par plusieurs entreprises

Le CV anonyme était surtout destiné aux entreprises ayant plus de 50 employés. Ainsi, dès novembre 2009, une expérimentation concernant sept départements a commencé : le CV était testé en Seine-Saint-Denis, Nord, Rhône, Bouches-du-Rhône, Bas-Rhin, Loire-Atlantique et dans la ville de Paris.

50 entreprises étaient volontaires. Les éléments suivants étaient supprimées des CV : le nom, le prénom, l’âge, la date et le lieu de naissance, la nationalité, la situation de famille et la photographie, ainsi que l’adresse et l’email.

Le CVA comme on l’appelait alors est devenu obligatoire dans les entreprises d’au moins 50 salariés. Cela étant, malgré son adoption par certains grands groupes tels que AXA, en 2013 le CV anonyme était utilisé par seulement 4 % d’entreprises. Les autres doutaient de son efficacité. Par ailleurs, aucun décret ne précisait les modalités de son application. Son utilisation est devenu facultatif.

Des études en France comme dans les autres pays européens indiquent que le CV anonyme améliore les chances des travailleurs plus âgés d’être recrutés, ainsi que celles des femmes et des candidats issus de l’immigration.
Certains spécialistes évoquent donc la nécessité de relancer le débat.

Quels étaient les objectifs ?

Le but principal du CV anonyme, dans le cadre de la loi sur l’égalité des chances, était d’éviter toute discrimination lorsque l’entreprise recherchait un candidat. L’objectif affiché de cette pratique était de permettre aux recruteurs de choisir le candidat idéal pour un poste sans aucun préjugé sur son origine ni sur l’endroit où il vit. Une lutte contre les discriminations qui est louable mais il ne s’est jamais généralisé.

Bien évidemment, si le CV anonyme n’est pas rendu obligatoire, il ne sera adopté par personne car les candidats qui refusent d’indiquer sur leur CV des informations personnelles courent le risque d’être écartés avant même d’avoir pu mettre en avant leur expérience professionnelle.

L’anonymat : un système utilisé au Baccalauréat

Comme le site Internet Slate.fr l’indique, masquer certaines informations pour ne pas fausser le jugement n’est pas nouveau. En effet, cette technique est utilisée lors des épreuves du Baccalauréat ou des concours d’entrée dans certaines grandes écoles.
Et selon un sondage de l’Ifop réalisé pour le site defenseurdesdroits.fr, les Français sont favorables à cette idée d’anonymat pour réduire les inégalités dans le recrutement.

Mais ceux qui n’adhèrent pas au dispositif disent que si la discrimination n’a pas lieu lors de la lecture du CV anonyme, elle pourra bien être appliquée pendant l’entretien d’embauche. Le CV anonyme dans ce cas-là n’est pas une solution et il faudrait analyser d’autres éléments pour mieux comprendre la discrimination à l’embauche et ainsi proposer des solutions efficaces.

Quelles sont les alternatives au CV anonyme pour lutter contre les discriminations ?

Des campagnes de testing ont été menées afin de mettre en évidence les discriminations à l’embauche. La méthode est simple : des CV ont été envoyés à plusieurs entreprises, certains d’entre eux étant identiques au niveau du contenu (expérience professionnelles et niveau d’étude équivalents pour un même poste) mais les informations personnelles (nom, prénom, âge, origine) sur les candidats différaient.
L’objectif est de vérifier comment le département des ressources humaines traite les candidatures.

La désignation d’un référent “égalité des chances” pourrait également être décidée dans les entreprises afin de prendre en charge les personnes qui pensent être victimes de discrimination à l’embauche dans l’entreprise. Un projet qui n’a encore rien de concret et qui n’apportera pas de solution concrète aux personnes dont les candidatures ont été écartées.

Les conseillers pôle emploi ont également été sensibilisés à cette problématique et doivent désormais informer les demandeurs d’emploi sur leurs droits.

A lire aussi :