Samantha Soreil
Samantha Soreil
17 Fév, 2015 - 14:40
Chômage et retraite, quel impact sur votre pension ?

Chômage et retraite, quel impact sur votre pension ?

Samantha Soreil

Toutes les périodes de chômage ne sont pas prises en compte dans la validation des trimestres pour la pension retraite.

Chômage et retraite sont deux périodes où l’on peut percevoir des indemnités sans travailler. Il est toutefois possible dans certains cas de continuer à cotiser pour votre retraite future alors que vous êtes au chômage.

Cotise-t-on pour sa retraite lorsque l’on est au chômage ?

Allocation chômage et retraite sont peuvent se compléter. Sous certaines conditions, les périodes de chômages peuvent être prises en compte dans le calcul des trimestres qui doivent être travaillés pour avoir droit à une pension de retraite.

Avant 1980, le principe était simple : tous les trimestres étaient pris en compte, qu’il y ait eu versement des allocations chômage ou pas. Depuis le 1er janvier 1980 les calculs deviennent plus compliqués…

La cotisation se fait alors de cette manière : pour 50 jours d’allocation chômage perçue, l’ancien salarié cotise l’équivalent d’un trimestre travaillé pour sa retraite (4 trimestres par an maximum dans ce cas). Cette cotisation est aussi valable pour la retraite complémentaire.

Les cotisations sont calculées sur le salaire versé lors de la dernière année où l’on a travaillé.

Ce dispositif a cependant une limite : il n’était pas possible de cotiser pour sa retraite sur plus de 4 trimestres de chômage indemnisé.

Chômage et retraite : cotise-ton lorsque l’on est sans emploi et sans indemnité ?

Le cas des périodes de chômage non indemnisé est un peu différent pour le calcul des trimestres, les conditions sont plus restrictives.

Lors de la première période de chômage non indemnisé à laquelle on fait face lors de sa carrière, il est possible de valider des trimestres à condition que cette période de chômage non indemnisée ne suive pas directement une période de chômage indemnisée.

On compte également 1 trimestre pour 50 jours de chômage non indemnisé. La limite de cotisation était fixée à 4 trimestres avant le 1er juillet 2011. Ce chiffre a été relevé à 6 trimestres à partir de cette date.

A la suite de cette première période, il est encore possible de cotiser pour sa retraite lors d’une période de chômage non indemnisé à condition cette fois que cette période sans indemnité suive directement une période de chômage indemnisé. On peut ainsi cumuler 4 trimestres supplémentaires.

Les personnes qui ont plus de 55 ans et qui ont cotisé au moins 20 ans pour leur retraite peuvent voir cette limite relevée à 5 ans afin de ne pas pénaliser les chômeurs plus âgés qui peinent à retrouver un employeur à cause de leur âge.

Sachez que les périodes de chômage non indemnisé ne permettent pas de cotiser pour la retraite complémentaire.

La première période de chômage non indemnisée dans une carrière ouvre droit à 6 trimestres depuis le premier 1 er Juillet 2011. Un moyen de ne pas pénaliser les jeunes qui débutent leur vie active avec des hauts et des bas. Si les périodes de chômage ouvrent droit à des trimestres pour la retraite de base, il n’y a pas de points pour la retraite complémentaire.

A noter

Les arrêts maladie, les interruptions consécutives à un accident de travail et même le service militaire permettent de cumuler des trimestres dits assimilés. 90 jours, c’est le nombre de jours nécessaires aussi bien dans le cadre d’une incorporation dans l’armée, ou d’un arrêt maladie, pour valider un trimestre. Il faut savoir enfin que ces trimestres sont validés si la personne n’a pas atteint le quota nécessaire lors de la liquidation des droits.

A lire aussi :