Helder Santos
Helder Santos
16 Fév, 2017 - 11:00
Gilet jaune à moto : ce qu’il faut savoir

Gilet jaune à moto : ce qu’il faut savoir

Helder Santos

Cela fait un an que le gilet jaune est obligatoire à moto. Nous vous proposons un récapitulatif des éléments à connaitre.

Depuis l’année dernière, les motards ont l’obligation d’avoir un gilet jaune en moto. En effet, les autorités renforcent de plus en plus les mesures de sécurité à l’encontre des motards. Cette année par exemple, le port de gants est également devenu obligatoire. Mais c’est du port du gilet dont nous vous parlerons. Conditions d’usage, sanctions, nous allons vous récapituler l’essentiel à savoir sur le sujet.

Gilet jaune à moto : un accessoire à ne pas oublier

Que dit la loi ?

Il s’agit du décret n° 2015-514 du 7 mai 2015 relatif à la détention et au port du gilet de haute visibilité. Son objectif étant d’étendre aux conducteurs de 2, 3 ou 4 roues à moteur et non carrossés, cette obligation qui était réservée auparavant aux automobilistes.

Les motards doivent l’avoir dans un espace de rangement de leur véhicule ou dans certaines conditions le porter sur eux. Toutefois, le choix n’existe plus lorsque celui-ci descend de sa moto, alors que celle-ci est immobilisée suite à un accident, une panne ou un autre type d’arrêt d’urgence. Dans ces cas-là, il devra obligatoirement le porter sur lui. Cette mesure étant faite pour que le motard soit vu par les autres usagers.

Afin de s’assurer du respect de cette règle, le pilote pourra être contrôlé par les autorités et sanctionné en cas de non-respect de ce décret.

Les sanctions

Voici les types de contraventions à retenir :

  • Si le motard n’est pas en mesure de montrer son gilet aux autorités, il risque une amende de 1ère classe pour non-détention de gilet haute visibilité. Celle-ci s’élève à 11 euros ;
  • Si le pilote de la moto ne porte pas son gilet réfléchissant suite à un arrêt d’urgence, il risque une amende plus lourde. Une contravention de 4ème classe de 135 euros.

Et en pratique ?

Comme le dit la réglementation, le gilet ne doit être porté que lorsque le motard descend de sa moto en cas d’urgence ou d’accident. Cependant, cet accessoire peut s’avérer très utile en cas de mauvais temps comme lors d’une forte pluie ou de brouillard, voire la nuit. Cela offre un degré de sécurité en plus au pilote car celui-ci sera mieux repéré par les autres usagers.

À noter également que le gilet haute visibilité ne doit pas être obligatoirement jaune, en effet, des variantes orangées ou rouge sont tolérées. La seule obligation est qu’il doit être aux normes européennes, comme par exemple la norme EN 1150.

A lire aussi :