Hintigo
Hintigo
31 Août, 2018 - 00:00
Le Diesel a ses jours comptés : voici tout ce qu’il vous faut savoir

Le Diesel a ses jours comptés : voici tout ce qu’il vous faut savoir

Hintigo

Pour le moment, les restrictions de circulation s’appliquent aux véhicules les plus anciens et les plus polluants, mais à partir de 2025, de nombreuses villes européennes interdiront définitivement les véhicules diesel.

Les moteurs à combustion sont condamnés. C’est du moins la volonté de nombreux gouvernements européens. Après s’être engagé dans une réduction drastique des émissions de CO2 et des niveaux de NOx (ou oxydes d’azote) depuis l’accord de Paris, faute de quoi la facture sera élevée, l’interdiction des voitures diesel est l’une des solutions sur la table.

Les villes qui ont déjà restreint l’entrée de voitures diesel

Comme à Lisbonne, par exemple, il existe déjà de nombreuses villes européennes qui commencent à limiter la circulation des véhicules anciens et polluants (ceux vendus jusqu’en 2014) et une promesse de banir définitivement les véhicules diesel d’ici à 2025.

Paris, Madrid et Athènes ont déjà accepté d’interdire les moteurs diesel à partir de 2025 et les Espagnols envisagent d’interdire le diesel au centre de leur capitale d’ici 2020. Le gouvernement français a même décidé d’interdire la vente de voitures à moteur thermique (essence ou diesel) après 2040.

À partir de 2020 à Londres, il n’y aura plus de voitures diesel en circulation et 35 autres villes anglaises sont en train de rejoindre ce boycott diesel. Bruxelles a déjà annoncé un “adieu” au diesel cette année, au moins pour les véhicules mis en circulation avant 1998. L’Allemagne, l’un des principaux exportateurs de voitures – dans une industrie employant plus de 800 000 personnes – a vu des villes comme Munich, Stuttgart (le berceau de Mercedes et Porsche) et Hambourg se sont engagés à l’interdiction totale des véhicules diesel d’ici 2025.

Même en Italie, notamment à Milan, Rome et Turin, il existe déjà des interdictions de circulation dans le centre-ville en raison des émissions de CO2.

Ainsi, au total, au moins 15 villes (européennes et autres) ont déjà restreint la circulation des voitures diesel sur leurs routes, à savoir :

paris
  • Paris
  • Bruxelles
  • Londres
  • Oxford
  • Madrid
  • Athènes
  • Rome
  • Milan
  • Turin
  • Berlin
  • Hambourg
  • Stuttgart
  • Munich
  • Oslo
  • Copenhague

Au revoir au diesel : que disent les constructeurs ?

voitures

Dans ce scénario, les fabricants sont clairs. Ce qui est en jeu, ce n’est pas la qualité des motorisations mais leur capacité dans un futur proche de respecter les normes environnementales strictes à des coûts élevés.

Autrement dit, le problème ne concerne pas le manque de technologie, mais la capacité d’achat du consommateur. L’investissement des fabricants pour équiper les voitures des nouvelles technologies nécessaires pour réduire les émissions aura un impact important sur le prix des véhicules donc sur la capacité d’achat des consommateurs. C’est pourquoi, depuis quelques années les véhicules hybrides et électriques séduisent de plus en plus le grand public, se sont des véhicules peu polluants tout en étant financièrement accessibles.

Depuis le scandale industriel et sanitaire de l’affaire Volkswagen (Dieselgate), les constructeurs automobiles ont pour objectif de réduire de leur ligne de production les véhicules diesel en faveurs des véhicules hybrides ou électriques. Certains fabricants sont aller plus loin comme Volvo, qui a pour objectif de produire uniquement des véhicules hybrides et électriques à partir de 2019.

Technologie vs coûts de consommation

Dans le cas des véhicules diesel, et afin de réduire de manière significative les émissions de NOx, les systèmes de traitement des gaz d’échappement ont impliqué l’adoption généralisée de filtres à particules et, plus récemment, de systèmes de réduction catalytique sélective de la part des constructeurs.

La mise à niveau de la technologie des moteurs diesel a entraîné une augmentation de prix d’achat de ces véhicules, au point de rendre injustifiable le choix d’un moteur diesel au lieu d’un moteur à essence.

Et appliqué aux voitures des segments inférieurs, à savoir les véhicules urbains et utilitaires, ces valeurs deviendraient insupportables pour le consommateur. Pour cette raison, les véhicules à la technologie hybride gagnent de plus en plus des parts de marché. Pour le moment il s’agit de l’unique solution pour respecter les 95g / km de CO2 exigés par le gouvernement.

Hybride, électriques ou nouvelles technologies, seul l’avenir nous dira comment résoudre et respecter les lois environnementales !

A lire aussi :