Eric Lemattre
Eric Lemattre
02 Fév, 2017 - 12:53
Le social business : l'entreprenariat solidaire et responsable

Le social business : l’entreprenariat solidaire et responsable

Eric Lemattre

Le social business diffère énormément de l’entreprenariat traditionnel. Exit les intérêts financiers et individuels. Dorénavant, place à l’intérêt collectif !

L’entreprenariat social, aussi surnommé social business, est une autre manière d’entreprendre. Plutôt que faire de l’enrichissement un objectif, elle place l’efficacité économique au service de l’intérêt général.

Ainsi, les préoccupations majeures sont de répondre à des besoins sociaux et environnementaux. Nous vous disons tout sur cette forme d’entreprenariat plus humaniste et proche des citoyens.

Qu’est-ce que le social business ?

Quelle que soit sa forme juridique, l’entrepreneuriat social fait du profit un moyen, pas une fin en soi. Les grandes valeurs du social business sont la solidarité, le souci de l’environnement et la viabilité des projets économiques dans la mesure où ils doivent servir l’intérêt de tous les citoyens. Ce modèle est donc très différent de l’entreprenariat traditionnel, qui est par nature égocentrique.

On notera que les secteurs concernés par l’entreprenariat social sont divers et variés : accès aux soins, accès aux énergies, réduction du gaspillage alimentaire, lutte contre la pauvreté, les exemples sont nombreux, mais toutes les actions sont régies par un pilier fondamental : la gouvernance participative.


Les critères de l’entrepreneur social

Peu importe le format de l’entreprise (coopérative, association, SAS, SARL etc), un projet de loi unique portant sur l’Économie Sociale et Solidaire définit les critères indispensables de l’entrepreneur social. Est considéré comme tel, tout dirigeant d’une structure oeuvrant pour le développement durable, la préservation de l’environnement et procédant à une juste répartition des salaires.


Comment le devenir ?

S’il existe des formations en école ou à l’université, poursuivre des études de social business ne semble pas indispensable. On peut devenir entrepreneur social par le biais d’une démarche individuelle résultant d’une prise de conscience. Bien souvent, le fait d’être sensible à une cause peut suffire à passer à l’action. Recyclage des emballages, envoi de fournitures ou de vêtements aux personnes défavorisées, récupération des eaux, tout est possible du moment que l’entreprise est au service des autres. De quoi vous donner des idées peut-être ?


Les qualités de l’entrepreneur humaniste

Parmi les grandes qualités de l’entrepreneur humaniste, on trouve la détermination. En effet, il faut une motivation exemplaire pour pouvoir lutter contre les problèmes sociétaux. Il est aussi nécessaire de savoir s’entourer des bonnes personnes, car seul, vous aurez probablement du mal à avancer. De plus, si vous souhaitez vous lancer dans le social business, n’hésitez pas à solliciter des demandes d’accompagnement. Les aides sont nombreuses dans ce domaine !



A lire aussi :