Emily Sousa
Emily Sousa
25 Juil, 2019 - 09:03
intelligence artificielle

Tesla veut implanter des capteurs dans le cerveau des gens

Emily Sousa

La startup d’Elon Musk développe une technologie visant à connecter les hommes et les machines via Bluetooth.

La science-fiction se rapproche de plus en plus de la réalité et la nouvelle machine présentée par Neuralink en est la preuve. Le but est de connecter les machines au cerveau humain et ainsi développer davantage notre espèce.

Le système de Tesla qui peut garantir l’avenir de l’humanité

La start-up d’Elon Musk, détenue par Tesla, a mis au point un système qui consiste à utiliser des fils plus fins que des cheveux implantés dans le cerveau, pour permettre aux humains de contrôler les ordinateurs et les téléphones portables, par exemple.

Cela peut être très utile pour ceux qui souffrent d’une sorte de paralysie, mais pas seulement. La société affirme que la technologie peut être utilisée par les victimes d’AVC, les patients atteints de cancer et ceux qui ont besoin d’améliorer leur mémoire.

« C’est pour la bonne cause, qui est de guérir les maladies et de garantir l’avenir de l’humanité », a ainsi déclaré Elon Musk.

Les puces sont en cours de test sur des souris et disposent d’un accès USB-C, mais l’objectif de Neuralink est que, pour les humains, cette technologie soit accessible sans fil et qu’elle soit liée à une application iPhone. Afin d’implanter ces équipements dans le corps humain, la société conçoit également une machine capable de le faire avec précision, en évitant les veines et les artères et toujours sous la surveillance d’un chirurgien.

« L’interface de la puce est sans fil, nous ne verrons donc aucun fil sortir de notre tête. C’est très important », dit Musk.

En plus des souris, l’homme d’affaires a laissé entendre que la technologie avait déjà été testée sur un singe et qu’il était « capable de contrôler un ordinateur avec son cerveau ».

Selon la chaîne d’information américaine « CNN », des tests sur l’homme sont prévus pour 2020 et le processus de délivrance de licence est en cours par les autorités américaines.

A lire aussi :