Cécilia Dos Santos
Cécilia Dos Santos
20 Août, 2019 - 17:00
vodka boisson

Atomik : la Vodka distillée à partir d’éléments recueillis à Chernobyl

Cécilia Dos Santos

Bien qu’elle soit faite à base de grains recueillis dans la zone d’exclusion, la boisson n’est pas radioactive garantissent les scientifiques.

Elle se nomme Atomik, mais elle ne l’est pas, racontent les producteurs. La nouvelle « Vodka artisanale » sur le marché est faite de grains et d’eau de la zone d’exclusion de Chernobyl, et elle est le premier produit de consommation fait dans cette aire abandonnée située autour de l’usine nucléaire endommagée en 1986. 

Selon la BBC, l’équipe de chercheurs et de producteurs a commencé le projet de Vodka en cultivant des cueillettes dans une ferme de la zone. L’objectif était de montrer que l’agriculture est viable et sûre sur certaines aires abandonnées autour de Chernobyl, dans le but de rendre l’exploitation artisanale, une entreprise d’aide à la communauté locale. 

Le magasine « R7 » argumente que l’unique Vodka de Chernobyl produit jusqu’à maintenant, est le résultat d’une étude de trois ans sur le transfert de radioactivité sur les produits agricoles plantés à l’intérieur de la plus grande zone de contamination. 

Selon les chercheurs, une fois cueillis, les grains présentaient certains niveaux de radioactivité. Mais le processus de distillation a permis d’éliminer ces résidus et baisser les niveaux de n’importe quelle boisson spiritueuse. 

Après l’accident de 1986, les résidents ont eu l’ordre d’évacuer la Zone d’Exclusion et aussi une « Zone de Réinstallation Obligatoire ». Dans cette dernière, il y a eu des refus et certaines personnes y vivent encore de nos jours, mais les scientifiques affirment que la radioactivité dans cette zone n’est pas un problème (mais par contre le manque de besoins en est un). 

Les chercheurs croient que cette production artisanale pourra être une importante source de rendement, et planifient de commercialiser la vodka Atomik prochainement.  

A lire aussi :