Allocation veuvage : conditions, demande, montant

Dans certains cas, il est possible de percevoir ce que l’on appelle l’allocation veuvage. Le point sur les modalités d’obtention de cette aide.

Allocation veuvage : conditions, demande, montant
Tout savoir sur l’allocation veuvage

L’allocation veuvage est une aide financière qui permet de venir en aide aux personnes les plus démunies venant de perdre leur conjoint. Toutefois, cette aide est attribuée sous certaines conditions, que nous allons détailler. Réservée aux jeunes veuf(ve)s, cette aide permet d’assurer un revenu minimum au conjoint survivant en attendant de pouvoir percevoir la pension de réversion qui est réservée aux personnes âgées d’au moins 55 ans.

Comment faire une demande pour percevoir l’allocation veuvage ?

L’attribution de cette aide n’est pas automatique et dans certains cas, le conjoint survivant n’y a pas droit. Elle est réservée aux personnes vivant de manière habituelle sur le sol français. Des renseignements peuvent être obtenus en contactant la caisse de retraite concernée ou la mutualité sociale agricole (MSA) en fonction du régime qui était celui de la personne décédée.

Pour les personnes de moins de 55 ans

Vous pouvez percevoir l’allocation veuvage si vous venez de perdre votre conjoint ou votre conjointe à condition que vous ne soyez pas âgé de plus de 55 ans. Au-delà de votre 55ème anniversaire, si vous êtes veuf ou veuve, vous devrez plutôt vous orienter vers une pension de réversion. Notez que si vous vivez de nouveau en couple, l’allocation veuvage est supprimée.

Des revenus plafonnés pour bénéficier de l’aide

Pour prétendre au versement de cette allocation, vous ne devrez pas dépasser un certain plafond de ressources, limité à 2 278,28 € par trimestre, soit 759,43 € par mois (plafonds de revenus fixés pour l’année 2018).

À savoir : l’étude des revenus concerne la période des 3 derniers mois civils précédant votre demande.

Une durée minimale de cotisation

Afin d’espérer pouvoir en bénéficier, votre conjoint décédé doit avoir cotisé pendant au moins 3 mois auprès de l’assurance vieillesse au cours de l’année précédant la date de son décès. Notez que ces 3 mois pouvaient être continus ou non.

Faire une demande d’allocation veuvage suite au décès du conjoint

Pour pouvoir l’obtenir, vous devez déposer votre demande auprès de la caisse du dernier lieu de travail de votre conjoint décédé. Pour cela, vous devez remplir le formulaire Cerfa qui est disponible sur le site de l’Assurance Retraite.

Attention toutefois, pour être recevable, votre demande doit être adressée dans les 2 ans qui suivent le 1er jour du mois du décès.

Quelles sont les conditions de cette aide ?

Quel montant mensuel est versé au conjoint survivant ?

Le montant de l’allocation veuvage s’élève à 607,54 € par mois (montant pour l’année 2018). Cette aide mensuelle peut être réduite suivant vos autres revenus. Si vous reprenez une activité professionnelle, il est possible dans certaines limites de durée et de montants de continuer à percevoir l’allocation veuvage.

Pendant combien de temps l’aide est-elle accordée ?

Du moment que vous ne dépassez pas l’âge de 55 ans et que vous remplissez les autres conditions mentionnées, vous pouvez la percevoir pendant une durée de 2 ans maximum.

Pensez à prévenir la caisse dont vous dépendez si votre situation change (vie en couple ou mariage, changement d’activité professionnelle, changement dans les revenus, etc.).

Peut-on cumuler l’allocation veuvage avec d’autres revenus ?

Vous pouvez cumuler le versement de l’allocation veuvage même en cas de formation rémunérée ou de reprise d’activité professionnelle, sous certaines conditions qu’il vous revient de vérifier auprès de la caisse de retraite concernée.

Quelles sont les autres aides qui peuvent venir en complément ou en remplacement ?

À partir de 55 ans, une pension de réversion peut être accordée au conjoint survivant. Les conditions sont moins strictes que pour l’allocation veuvage. Ici, l’objectif est de permettre au conjoint survivant de limiter la perte de revenus en récupérant une partie de la pension de retraite de la personne décédée. Il faut en faire la demande à la caisse de retraite.

Qui pourra bénéficier de la pension de réversion ?

Contrairement à l’allocation veuvage, ici, l’ex conjoint peut recevoir la pension même s’il s’est remarié. Notez que le versement de la pension n’est possible que si les conjoints étaient mariés : pour les partenaires de pacs ou les concubins, aucune aide ne sera versée.

Plafond de ressource pour recevoir la pension de réversion

Si le conjoint survivant vit seul, le plafond de ressources est fixé à 20 550,40 euros. S’il vit désormais en couple, ce plafond est porté à 32 880,64 euros.

Montant de la pension de réversion

L’allocation veuvage est une somme fixe versée chaque mois au bénéficiaire, mais la pension de réversion est variable et dépend des revenus que percevait le conjoint décédé. Son montant est fixé à 54 % de ses dernières pensions reçues. Cette somme sera ensuite revalorisée de la même manière que les pensions vieillesse. Si le conjoint a moins de 65 et qu’il a encore des enfants à charge, cette pension pourra alors être majorée. Sous certaines conditions, les plus de 65 ans peuvent également profiter d’une majoration.

A lire aussi :