Assurance vie : fonctionnement, avantages et inconvénients

Connaître le fonctionnement d’un contrat d’assurance vie ainsi que les avantages et inconvénients de ce placement pour mieux épargner.

Assurance vie : fonctionnement, avantages et inconvénients
Souscrire une assurance-vie

A quoi sert un contrat d’assurance vie ? Tout épargnant qui a cherché à optimiser ses placements s’est questionné sur le fonctionnement de l’assurance vie, plébiscitée par de nombreux ménages. Produit financier atypique, ce compte présente de nombreux avantages.

Focus sur son fonctionnement pour bien choisir son support financier et capitaliser de façon efficace.

Assurance vie : qu’est-ce que c’est ?

L’assurance vie est un contrat de « capitalisation » qui permet à chacun de se constituer une épargne, mais également de profiter d’un cadre fiscal avantageux pour transmettre son patrimoine.

Ce support est alimenté par un versement initial de l’épargnant, suivi éventuellement de versements complémentaires, programmés ou non, et ce, sans aucun plafond.

Les sommes placées sont ensuite affectées par l’établissement financier :

  • à des fonds en euros fléchés ensuite vers l’achat d’obligations d’état ou émises par les entreprises
  • en unité de comptes (investissement en SICAV, SCI, FCP, etc.).

L’épargne reste disponible.

Pour en savoir plus : service-public

Quels sont ses avantages ?

Une épargne garantie

L’assurance vie est un placement considéré comme « sécurisé » par les épargnants, et ce, à juste titre : les fonds investis sont protégés des fluctuations de la bourse et l’épargne est garantie.

Une rémunération assurée

Chaque année, l’épargnant perçoit les intérêts liés au placement. Leur montant varie d’un contrat à l’autre, mais dès lors qu’ils ont été acquis, ils le restent.
1 000 euros investis génèrent 1 000 + intérêts

A savoir : les nouveaux contrats d’assurance vie peuvent prévoir l’application de frais de gestion au capital investi (et non en plus) ce qui implique un taux de retour légèrement inférieur aux sommes placées.

Une fiscalité avantageuse

L’assurance vie bénéficie d’un cadre fiscal intéressant pour l’épargnant à compter de 8 ans de détention.

Les intérêts ne seront assujettis à l’impôt sur le revenu que lors du retrait des fonds. Les prélèvements sociaux, quant à eux, resteront dus.

A savoir : Une flat tax, correspondant à un prélèvement forfaitaire unique (PFU) de 30% créé par la loi de finances 2018, s’applique aux contrats de plus de 150 000 euros d’encours. Les contribuables assujettis à cette flat tax pourront choisir entre l’application du régime d’imposition au titre de l’impôt sur le revenu ou le PFU. Ainsi, ceux qui se trouvent dans la tranche marginale d’imposition de 41 ou de 45 % auront tout intérêt à choisir le prélèvement unique.

Un contrat transmissible à ses héritiers

Le contrat d’assurance vie est une façon de transmettre son patrimoine, sans aucun frais, à ses héritiers ou au bénéficiaire identifié dans le contrat.

Un placement qui peut être converti en rente viagère

Pour l’épargnant qui souhaite se constituer une épargne pour sa retraite, l’assurance est un support parfait : les fonds placés peuvent en effet être convertis en rente viagère et venir abonder les ressources du retraité (pensions de retraites notamment).

Quel rendement pour l’assurance vie ?

Le rendement de l’assurance vie dépend de la compagnie auprès de laquelle a été souscrit le contrat mais reste, dans tous les cas, supérieur aux autres produits de placements comme le Plan Epargne logement, le livret A ou le Livret de Développement Durable et Solidaire.

Chacune publie annuellement ses taux de rendement, tout en sachant que ces valeurs doivent être prises avec précaution : pour comparer la rentabilité de son placement, il faut prendre en compte les taux de rendement nets, c’est-à-dire après déduction :

  • des frais de gestion facturés par l’établissement
  • des prélèvements sociaux.

La rentabilité moyenne tourne autour de 1,5 % nets en 2017, mais l’augmentation de la CSG à compter du 1er janvier 2018, fera légèrement baisser ce rendement sur 2018.

Attention ! Si l’épargnant choisit de passer par un intermédiaire (courtier, conseiller en gestion de patrimoine, etc.), la rentabilité devra être calculée en prenant en compte les frais d’intermédiation.

Les inconvénients de l’assurance vie

Ce support présente peu d’inconvénients.

Taux de rentabilité et prélèvements sociaux

Le taux de rentabilité de l’assurance vie dépendra du taux des prélèvements sociaux qui y est appliqué. L’augmentation de ceux-ci en 2018 fait d’ores et déjà légèrement chuté le rendement. Cependant, il n’existe pas de produit financier s’affranchissant de ces prélèvements.

Des contrats qui comportent nécessairement une fraction en unités de compte

Les nouveaux contrats d’assurance vie ont tendance à proposer une affectation d’une fraction en unités de compte, investis indirectement sur le marché boursier, ce qui peut freiner les épargnants qui préfèrent un placement 100% sécurisé.

Points de vigilance avant de choisir son assurance vie

Pour bien choisir un contrat d’assurance vie, il est recommandé :

  • De consulter la rentabilité du contrat sur les exercices précédents

Le classement des rendements des différents contrats est régulièrement publié par les revues et sites spécialisés : Le Revenu, L’Express votre argent, etc.

  • D’être vigilant sur les modalités des frais de gestion appliqués par la compagnie

Les frais de gestion peuvent fortement impacter la rentabilité du placement. Ainsi, pour placer son épargne de façon optimale, il convient de bien en lire les modalités. Frais de gestion annuels fixes, frais de gestion supplémentaires en cas de versement, etc.
A titre indicatif, un taux de 0,60% par an est raisonnable.

A lire aussi :