Comment obtenir un crédit sans CDI ?

Les banques sont toujours aussi exigeantes sur la situation de leurs emprunteurs. Alors, peut-on espérer obtenir un crédit sans CDI ? Voici la réponse…

Comment obtenir un crédit sans CDI ?
Possible ou pas ?

Si le contrat de travail constitue un facteur déterminant dans la décision d’octroi d’un l’emprunt, il existe d’autres paramètres tout aussi importants. C’est pourquoi un crédit sans CDI peut parfois être accordé par les banques sous certaines conditions.

Peut-on obtenir un crédit conso sans avoir de CDI ?

Le prêt à la consommation permet de financer des projets très variés (achat de véhicule, travaux, etc.) dans la limite de 75 000 euros. Les établissements bancaires ont adapté leurs offres aux personnes en situation précaire. C’est l’une des solutions pour emprunter sans être en CDI. Des crédits ciblés destinés à répondre à des besoins courants peuvent ainsi être proposés (ex : crédit automobile sous réserve d’un certain volume horaire de travail, échéances de remboursement modulables, etc.) et parfois même sans apport. Si le CDI n’est pas toujours exigé, la banque jugera tout de même de votre solvabilité en cherchant à savoir si vous percevez des revenus réguliers (emploi en CDD, intérim, revenus des indépendants, etc.).

Et un prêt immobilier ?

Si obtenir un crédit conso lorsque l’on est en CDD n’est pas forcément chose aisée, le crédit le plus difficile à obtenir sans CDI est sans nul doute le prêt immobilier. Cela paraît logique au regard des dizaines de milliers d’euros en jeu. En effet, un salarié en CDD n’a aucune garantie de revenus pérennes.

A l’issue de son contrat, il peut se retrouver aux minima sociaux. Et les fonctionnaires qui ne sont pas encore titularisés peuvent connaître la même problématique. Mais les projets immobiliers sont-ils pour autant inaccessibles pour les salariés de l’intérim ou en contrat à durée déterminée ? Pas forcément, d’autres critères peuvent entrer en jeu.

Le profil de l’emprunteur

Les banques ne ferment pas totalement leurs portes à des salariés expérimentés qui travaillent en intérim depuis plusieurs mois (plus d’un an et demi) en continu et qui exercent leur profession dans un secteur d’activité qui ne connaît pas la crise ou qui est vecteur d’emplois pour les années à venir. Par ailleurs, les critères d’octroi ne se limitent pas au contrat de travail.

C’est pourquoi un salarié en CDI peut très bien voir son dossier refusé pour les raisons suivantes :

  • Une gestion de compte ponctuée par de nombreux incidents de paiements
  • L’absence d’apport personnel suffisant au regard de la situation spécifique de l’emprunteur
  • L’absence de garanties suffisantes au regard de la somme à emprunter.

Par conséquent, un crédit sans CDI peut très bien être accordé à un salarié qui dispose d’un apport personnel adéquat, d’une bonne gestion de compte et de garanties (cautions, hypothèques, etc.)

Le FASTT, une aide aux adeptes du travail en interim

De quoi s’agit-il exactement ? Le Fastt est le fond d’action sociale du travail temporaire. Créé il y a plus d’une vingtaine d’années, il a pour objectif d’aider les professionnels du travail temporaire dans leur accession au crédit à la consommation ou encore au crédit immobilier.

Les solutions financières innovantes

Des solutions financières spécifiques ont vu le jour pour permettre aux particuliers, y compris aux demandeurs d’emploi, d’emprunter sans être en CDI. C’est le cas par exemple du micro crédit social déployé par les acteurs associatifs (le site internet de la Caisse des dépôts et consignations publie une liste actualisé des interlocuteurs territoriaux). Ce prêt permet aux personnes ayant de faibles revenus d’emprunter de petites sommes d’argent pour se réinsérer dans la vie active ou pour faire face à des dépenses imprévues mais primordiales. Les prêts entre particuliers peuvent également être une solution pour ceux qui veulent emprunter sans avoir de CDI, à condition que le dossier soit accepté par l’intermédiaire ou par les prêteurs.

Dans tous les cas, il ne faut pas oublier que quelle que soit la nature du crédit souscrit, il convient de s’assurer de ses capacités de remboursement avant de s’engager dans une démarche d’emprunt, notamment quand la pérennité des revenus n’est pas assurée.

A lire aussi :

Continuer à lire