Épargne solidaire : comment ça marche ?

Se familiariser avec le principe de l’épargne solidaire et ses déclinaisons pour décider des finalités à donner à ses placements financiers

Épargne solidaire : comment ça marche ?
L'objectif et les produits associés

Epargner est une bonne chose, faire fructifier ses capitaux tout en adoptant un comportement altruiste est encore mieux. Grâce à l’épargne solidaire, donner une utilité sociale à son épargne est possible.

Voyons comment gérer ses placements lorsque l’on souhaite leur donner cette dimension solidaire.

Epargne solidaire : qu’est-ce que c’est ?

L’épargne solidaire est une modalité de placement de ses ressources financières qui contribue à servir des causes d’utilité sociale, aux premiers rangs desquels figurent par exemple l’insertion en emploi, le logement social, le financement de l’agriculture responsable, etc.

La finalité principale de cette épargne renvoie à sa vocation de solidarité et de générosité, plus qu’à sa rentabilité financière.

Les produits associés

Les produits financiers qui permettent de s’engager dans une démarche solidaire correspondent tant à des produits classiques d’épargne aménagés (orientés vers une utilité sociale) qu’à des supports spécifiques à l’épargne solidaire.

Les produits classiques

 

  • Le livret A proposé par le Crédit coopératif

Le livret A est un produit communément présenté par les banques.

La spécificité du Livret A du Crédit coopératif consiste à proposer à l’épargnant de partager une partie des fruits de ce placement en offrant une partie de ses gains à une association en charge de l’amélioration de l’accès au logement. Le pourcentage reversé reste librement défini par l’épargnant.

  • L’assurance-vie solidaire

Il s’agit d’un contrat d’assurance vie classique mais pour lequel une partie des sommes placées est investie en faveur de structures ayant des missions de solidarité (exemple : contrat solidaire du Crédit agricole, « contrat responsable et solidaire » de la MAIF, etc.).

A savoir : la fraction placée au sein de structures d’utilité sociale varie d’un support à l’autre.

Les produits solidaires

Certains produits d’épargne solidaire permettent de flécher des fonds vers des projets de proximité librement déterminés par l’épargnant (exemple : compte « prêt de chez moi) » tout en proposant un taux de rendement plus intéressant que le livret A ( de 1,50% à 1,95%).

Le fonds de placement « Insertion emploi dynamique » de Natixis oriente les fonds vers des organismes solidaires tout en offrant une rentabilité financière intéressante.

Risques et avantages ?

 

Risques

Les principaux risques de l’épargne solidaire sont inhérents à l’ensemble des placements financiers : dans certains cas (PEA, prêts, etc.), le capital investi ne sera pas garanti.

Les épargnants altruistes mais frileux pourront toujours se diriger vers des supports qu’ils ne financent pas directement mais par l’intermédiaire de leur banque (exemple : achat de parts sociales auprès d’une société finançant des projets solidaires telle Spear).

Avantages

Au-delà de la générosité de la démarche, l’épargne solidaire est un placement financier qui génère des gains pour l’épargnant, et qui peut ouvrir droit à des déductions fiscales (exemple : la part d’intérêts du Livret A du Crédit coopératif léguée aux associations est déductible au titre de l’impôt sur le revenu).

A lire aussi :

Continuer à lire