Le fonds en euros : est-ce un placement dangereux ?

La sûreté des fonds en euros est aujourd'hui remise en cause. En cas de chute du rendement nous ne savons pas si les banques pourront garantir le capital versé.

Le fonds en euros : est-ce un placement dangereux  ?
Les fonds en euros sont-ils toujours un placement aussi sûr pour une assurance vie ?

Lorsque l'on souhaite souscrire un contrat d'assurance vie, il faut généralement choisir ses supports de placement. Deux options sont alors possibles : le fonds en euros ou le placement en unités de compte. 
 


Définition du fonds en euros

Il s'agit d'un fonds de placement qui est géré par l'entreprise qui propose le support de placement (banque, assurance). Un gestionnaire de fonds décide des placements à effectuer avec l'argent versé par les souscripteurs.

L'objectif sur ce type de support est de sécuriser l'épargne. Les gestionnaires de fonds en euros ne cherchent pas à faire un record de performance mais à préserver le capital qu'on leur a confié de l'inflation.

​Le risque étant directement corrélé au rendement, un placement si peu risqué ne peut pas promettre des gains importants. C'est pour cette raison que les personnes qui choisissent de souscrire une assurance vie dans le but de faire fructifier une partie de leur capital ne miseront pas tout sur le fonds euros et ajouteront une plus grande proportion d'unités de compte.
 

Est-il dangereux d'investir sur un fonds en euros ?

C'est certainement le placement le plus sûr dans l'état actuel des choses. La plupart des banques et des assurances garantissent le capital versé sur le fonds. En d'autres termes, il n'est théoriquement pas possible de perdre le moindre centime. 

La seule ombre au tableau est la perspective d'un bouleversement dans cet équilibre. Les banques devraient alors faire face à une baisse conséquente du rendement et à un retrait massif des capitaux placés sur les fonds en euros.

Elles ne pourraient donc pas honorer la garantie du capital qui est normalement assurée. Un scénario catastrophe qui a tout de même peu de chances de se produire.
 

L'alerte de la Banque de France qui fait douter les investisseurs

Mi-2016, la Banque de France avait demandé aux assureurs de ne pas verser la totalité des gains réalisés aux investisseurs afin de se protéger en cas de baisse brutale des rendements.

Cette alerte concernait essentiellement les fonds en euros, d'où la panique de certains titulaires de contrats d'assurance vie. L'idée d'une réduction de la liquidité de ces placements a été émise, ce qui a alimenté le vent de panique.

Le FMI et L'OCDE ont également communiqué dans ce sens : pour assurer la liquidité des contrats, il est urgent de diminuer les intérêts garantis.

Au vu de ces éléments, les deux risques majeurs qui peuvent être mis en évidence pour le moment sont la baisse du rendement de ces contrats et l'incapacité temporaire à retirer les sommes placées.


A lire aussi :