Nos conseils pour une simulation de prêt immobilier réussie

Avant de choisir un établissement pour son emprunt, il peut être judicieux de réaliser une simulation de prêt immobilier. Voici comment procéder.

Nos conseils pour une simulation de prêt immobilier réussie
Pour comparer les offres, rien de tel qu’une simulation de prêt immobilier

Le coût d’un emprunt immobilier est reflété par le taux, mais pas seulement ! Les simulateurs en ligne peuvent aider les futurs emprunteurs à définir les conditions idéales du crédit et à trouver l’établissement qui propose la meilleure offre. Dans les lignes qui suivent, nous vous disons tout sur la simulation de prêt immobilier.

Pourquoi faire une simulation de prêt immobilier ?

Le marché du crédit compte énormément d’acteurs (banques traditionnelles, banques en ligne, organismes de crédit, assurances, etc.) qui proposent tous des crédits immobiliers dans leur portefeuille de services et de produits. Dans ce contexte, il est tout à votre avantage de comparer ces différents prestataires afin de trouver la meilleure offre qui soit adaptée à vos besoins.

Comment faire une simulation de crédit ?

Avant de choisir une offre pour emprunter, il est préférable d’en comparer plusieurs. La première étape est de définir quelle sera la durée du crédit et la mensualité que l’on souhaite verser, la seconde consistera à trouver l’établissement bancaire le plus compétitif. Dans tous les cas, une simulation de prêt immobilier se déroule en trois étapes :

  • On commence par indiquer le salaire dans l’espace prévu à cet effet. On indiquera aussi le montant du capital emprunté, le taux estimé et la durée souhaitée.
  • Dès lors, le simulateur calculera la mensualité à régler. Ce chiffre devra être égal ou inférieur à la mensualité maximum que peut verser l’emprunteur.
  • Une fois les conditions idéales du crédit définies, il faudra comparer les offres des différents établissements en utilisant des comparateurs en ligne ou en demandant des devis personnalisés dans différents établissements.

Une simulation de crédit passe-t-elle uniquement par internet ?

En théorie, cela n’est pas le cas. En effet, rien ne vous empêche de faire du démarchage auprès des banques implantées dans votre localité ou région. Toutefois, soyons réalistes, de telles démarches peuvent être fastidieuses. Aussi, Internet et les simulateurs que nous vous proposons semblent être les solutions les plus avantageuses.

En quelques secondes, de manière simple, intuitive et gratuite, vous pouvez faire une simulation de prêt immobilier et jouer avec les différentes variables afin de trouver la solution la plus adaptée à vos besoins.

Quel est le coût réel d’un emprunt immobilier ?

On s’arrête trop souvent au taux d’intérêt annoncé par la banque pour choisir dans quel établissement souscrire son emprunt immobilier. Or, la véritable donnée à prendre en considération, c’est le coût global du crédit !

Voici quelques éléments auxquels il faudra faire particulièrement attention avant de signer :

  • Le taux d’intérêt bien sûr, mais lequel ? Le TAEG (Taux Annuel Effectif Global) représente le coût global du prêt et comprend les intérêts, les frais de dossiers et le coût de l’assurance si elle est obligatoire. C’est normalement l’indicateur qui permet de comparer les prêts entre eux, toutes les banques ayant l’obligation légale d’annoncer le TAEG à leurs clients.
  • L’assurance pour un emprunt immobilier est obligatoire et permet d’assurer le remboursement du crédit si l’emprunteur n’est plus en mesure d’honorer ses dettes. Ce que l’on sait moins, c’est qu’il est possible de demander une délégation d’assurance et de la souscrire dans un autre établissement que celui qui octroie le crédit si l’on trouve une offre plus avantageuse chez un concurrent.
  • Les IRA (Indemnités de Remboursement Anticipé) peuvent également faire partie de la négociation lorsque l’on s’apprête à souscrire un emprunt immobilier. Ces pénalités dues par l’emprunteur en cas de remboursement du prêt avant son terme peuvent être supprimées mais cela fait généralement monter le taux.

A lire aussi :

Continuer à lire