Comment fonctionne l'allocation aux adultes handicapés (AAH) ?

Quelles sont les conditions pour bénéficier de l'allocation aux adultes handicapés (AAH) ? Quel est le montant de cette aide ? Comment faire la demande ?

Comment fonctionne l'allocation aux adultes handicapés (AAH) ?
Bénéficiaires et spécificités

L’allocation aux adultes handicapés (AAH) est une aide financière très particulière. Fin 2017, plus d’1,3 million de personnes ont pu bénéficier de ce soutien financier. Faisons le point sur ses conditions d’attribution, ses spécificités et sur sa récente revalorisation.

L’allocation aux adultes handicapés (AAH) : de quoi s’agit-il ?

L’allocation aux adultes handicapés (AAH) est une aide financière allouée aux personnes atteinte d’un handicap générant une incapacité à hauteur de 80%, ou compris entre 50 et 79% mais engendrant une restriction substantielle et durable d’accès à l’emploi, reconnue par la CDAPH.

L’AAH constitue une aide financière complémentaire, c’est-à-dire qu’elle ne permet pas à son bénéficiaire de subvenir à l’ensemble de ses besoins. Ce n’est pas un revenu de remplacement mais bien une aide, qui peut être articulée avec d’autres prestations destinées aux personnes handicapées.

Les conditions pour en bénéficier

L’AAH, peut être versée aux personnes handicapées physiques ou mentales dès lors qu’elles remplissent certaines conditions liées à l’âge et au niveau de ressources.

Pour pouvoir prétendre à l’allocation aux adultes handicapés, le demandeur doit :

C’est la CAF qui détermine si le plafond de revenus est atteint et si l’allocation peut être versée.

  • être atteint d’un taux d’incapacité au moins égal à 80 %
  • ou être atteint d’un taux d’incapacité compris entre 50 et 79% provoquant une restriction substantielle et durable d’accès à l’emploi.

C’est la Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH) qui appréciera si la personne qui demande cette allocation remplit ces conditions.

  • respecter les conditions d’âge

L’AAH est versée à partir du 20e anniversaire mais dans certains cas elle peut être accordée à partir de 16 ans (si le jeune n’est plus à la charge des parents pour bénéficier des prestations familiales).

  • résider en France de façon permanente.

Le montant de l’aide

Un montant récemment revalorisé

Annoncée par le gouvernement l’an passé, la revalorisation de l’AAH a pris effet au 1er novembre. Comme promis, l’AAH à taux plein à été revalorisée de 5% au 1er novembre 2018 et s’élève désormais à 860 euros mensuels pour une personne vivant seule, contre 819 euros antérieurement à ce coup de pouce gouvernemental.

Ce versement mensuel majoré sera effectivement perçu par les bénéficiaires au titre du mois de décembre.

Une seconde revalorisation est prévue pour la fin de l’année 2019, le montant attribué à un bénéficiaire touchant l’AAH et vivant seul devant atteindre à cette échéance 900 euros.

Un montant conditionné par des plafonds de ressources

La revalorisation 2018 de l’AAH 2018 est accompagnée d’une évolution des plafonds de ressources des bénéficiaires de l’AAH qui vivent en couple. Ce plafond passe de 2 fois l’AAH à 1,89.

Le montant alloué au bénéficiaire sera calculé en fonction de ses revenus. En effet, les différentes pensions qui peuvent déjà être versées entraineront une réduction de l’allocation aux adultes handicapés.

À savoir : pour le versement de cette aide, ce sont les revenus du foyer qui sont pris en compte.

Un versement conditionné par des obligations de déclarations de la part du bénéficiaire

Le montant de l’allocation aux adultes handicapés est recalculé tous les 3 mois. Cet ajustement entraîne donc, pour le bénéficiaire, l’obligation de déclarer à la CAF le montant des ressources perçues ainsi que tout changement de situation professionnelle ou personnelle. A défaut, les versements seront réduits de 50% et prendront la forme d’une avance remboursable par le bénéficiaire qui ne respecterait plus les conditions.

L’AAH et les autres aides

D’autres aides peuvent venir compléter l’allocation aux adultes handicapés.

Un complément de ressources peut ainsi être versé aux personnes qui ne travaillent pas depuis un an. En 2018, le montant maximal de ce complément de ressources s’élève à 179,31 euros mensuels.

De même, la majoration pour la vie autonome (MVA) est prévue pour les personnes sans revenus professionnels et ne pouvant plus travailler. Ce soutien financier est plafonné à 104,77 euros mensuels en 2018.

Attention ! Pour percevoir cette aide complémentaire, il faut également habiter un logement indépendant et être bénéficiaire de l’aide au logement.

Ces deux aides ne sont pas cumulables : si le demandeur remplit les conditions pour les deux, seul le complément de ressources sera versé en complément de l’allocation aux adultes handicapés.

À savoir : l’AAH ne peut plus être cumulée avec l’allocation de solidarité spécifique (ASS). Les personnes bénéficiant de ce cumul avant le 31 décembre 2016 voient cependant leurs droits maintenus.

En pratique : demander l’AAH

Pour demander l’allocation aux adultes handicapés (AAH), le demandeur devra compléter un document spécifique téléchargeable sur le site service public.

La demande devra ensuite être adressée en lettre recommandée avec accusé de réception à la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH).

A lire aussi :