Comment fonctionne une banque mutualiste ?

Une banque mutualiste est une structure régionale qui se veut proche de ses clients. Ces derniers peuvent prendre part aux décisions de la banque.

Comment fonctionne une banque mutualiste ?
Une banque mutualiste est en partie détenue par ses clients

Une banque mutualiste ressemble, pour le client du moins, à une banque classique. Elles sont soumises aux mêmes obligations que tous les autres établissements bancaires et proposent des produits identiques.

Deux différences subsistent pourtant : leur particularité régionale et la possibilité pour les clients d’acquérir des parts sociales.

Les principes de base d’une banque mutualiste

Les banques mutualistes avaient à l’origine une utilité sociale, elles ont été créées pour permettre à tout le monde et en particulier aux personnes les plus modestes ou vivant dans des villages reculés de détenir un compte bancaire.

Dans les années 60, les différences entre banques traditionnelles et banques mutualiste s’est atténuée mais il faut savoir que derrière une façade identique, quelques différences subsistent.

Une banque régionale avant tout

Une banque mutualiste est souvent dépendante d’un territoire limité. Prenons par exemple le Crédit Mutuel : il y a des banques appelées Crédit Mutuel dans toute la France mais le nom d’une région ou la référence à une zone géographique particulière sera ajoutée après le nom général.

On aura par exemple le Crédit Mutuel Océan pour une partie de la côte Atlantique, le Crédit Mutuel Bretagne sur cette région, etc.

Les caisses régionales sont indépendantes même si elles se réfèrent à une même politique nationale. A

insi, lorsque l’on passe d’une caisse régionale à une autre, il faut effectuer un changement de banque. Ce n’est pas le cas dans les banques nationales telles que BNP Paribas, la Société Générale, etc.

Elles appartiennent à leurs clients

L’autre grande spécificité d’une banque mutualiste, c’est la possibilité pour les clients de détenir des parts sociales de la banque. Ainsi, en plus d’être client, on peut être sociétaire.

En détenant une part du capital, les clients acquièrent certains droits comme celui d’assister aux Assemblées Générales annuelles organisées par ces banques.

D’après le principe de base une personne = une voix, ils peuvent également voter et ainsi prendre part aux décisions de la banque.

Peu importe le nombre de parts que l’on détient, le poids de chacun est identique pour les décisions validées lors de ces assemblées.

Pour les clients qui souhaitent investir dans leur banque, il suffit de demander à son conseiller dans l’un de ces établissements de souscrire à ces parts. Un compte dédié sera alors ouvert.

Les parts donnent droit à une rémunération sous forme d’intérêts. Cette rémunération peut être fixée annuellement lors des assemblées générales. La détention de ces parts n’entraîne pas de frais de gestion.

A lire aussi :

Continuer à lire