Barème kilométrique 2018 : à vos calculatrices !

Le barème kilométrique 2018 sera bientôt connu, l’occasion pour nous de vous rappeler les différentes règles relatives à la prise en compte des frais de déplacements domicile-travail.

Barème kilométrique 2018 : à vos calculatrices !
Valoriser ses dépenses sans faire fausse route grâce au barème kilométrique !

Le barème kilométrique 2018 sera bientôt publié par l’Administration Fiscale. Il constitue la référence en matière d’indemnisation des déplacements professionnels. Quels sont les changements à espérer en cette nouvelle année ? Le nouveau barème kilométrique s’inscrira-t-il dans la continuité du précédent ? Nous vous disons tout ce que nous savons.

Qu’est-ce que le barème kilométrique ?

Le barème kilométrique correspond à un chiffrage établi par voie réglementaire et qui vise à calculer le montant des frais professionnels engagés par les salariés dans le cadre des déplacements effectués avec leur véhicule personnel. Les trajets concernés sont les trajets domicile-travail.

L’utilisation (et donc l’utilité !) de ce barème dépend de chaque situation. En effet, sur la déclaration de revenus, il est proposé au contribuable d’opter :

  • Soit pour une déduction forfaitaire de ses frais professionnels (10 % de son revenu net imposable) ;
  • Soit pour une prise en compte de ses frais professionnels sur la base du barème kilométrique.

Le saviez-vous ?
Ce barème peut également être utilisé par l’employeur pour défrayer le salarié amené à utiliser son véhicule personnel dans le cadre de déplacements professionnels (visites en clientèle, rendez-vous extérieurs, etc.). Le remboursement des frais kilométriques par l’employeur est réalisé sur la base du présent barème.

Barème kilométrique 2018 : quelle finalité ?

À ce jour, on ne connaît pas encore le barème kilométrique 2018. Néanmoins, ce dernier devrait être publié par l’administration fiscale dès le mois de février, comme cela est traditionnellement le cas. Il faut savoir que le barème kilométrique 2017 était également le même que celui de 2016. Aussi, il n’y a aucune raison pour que le nouveau barème ne soit pas calqué sur le modèle de celui en cours.

Dans l’article suivant, nous vous présentons l’éventuel barème 2018 utilisable pour les propriétaires d’automobiles. Aussi, si vous vous déplacez en deux-roues dans le cadre de votre travail, c’est à un autre barème kilométrique, celui des motos, que vous devez vous reporter.

Le barème kilométrique 2018, qui sert, nous vous le rappelons, à calculer les frais kilométriques, peut être reporté sur votre déclaration d’impôt 2018, notamment afin de déduire les frais réels. Voilà à quoi il devrait ressembler.

Nb de CV Moins de 5 000 km 5 001 à 20 000 km Plus de 20 000 km
3 CV et moins 0,41 x d ( 0,245 x d) + 824 0,286 x d
4 CV 0,493 x d ( 0,277 x d) + 1 082 0,332 x d
5 CV  0,543 x d (0,305 x d) + 1 188 0,364 x d
6 CV 0,568 x d (0,32 x d) + 1 244 0,382 x d
7 CV et plus 0,595 x d (0,337 x d) + 1 288 0,401 x d

On notera que dans le tableau suivant, d signifie la distance parcourue. Selon la puissance du véhicule (CV), le coefficient augmente, toujours dans la limite de 7 CV.

Comment calculer les indemnités kilométriques ?

Les indemnités sont calculées en fonction de la puissance fiscale du véhicule utilisé pour les déplacements et de la distance parcourue (distance parcourue annuellement pour le cas le plus courant de l’utilisation du barème kilométrique à des fins de déclaration fiscale).

Ainsi, par exemple, un salarié travaillant 190 jours par an à 20 kilomètres de son domicile et utilisant pour se rendre sur son lieu de travail une automobile de 5 chevaux fiscaux pourra valoriser au titre de ses frais professionnels le chiffrage suivant :

20 x 2 (aller-retour quotidien) = 40 kilomètres
40 x 190 : 7 600 kilomètres annuels
(0.305 x 7600) + 1 188 = 3 506 euros

Le saviez-vous ?
Un barème kilométrique spécifique existe pour les deux-roues à moteur, et les vélos ! Pour en savoir plus : service-public.gouv

Et les autres dépenses liées à l’utilisation du véhicule personnel ?

Le barème kilométrique 2018 prend en compte de façon forfaitaire la perte de valeur du véhicule (dépréciation), les frais d’entretien et de réparation courantes, les dépenses de carburant ainsi que celles relatives à l’assurance.

Si le contribuable souhaite valoriser d’autres dépenses (réparations lourdes, aménagement spécifique du véhicule pour des raisons professionnelles, etc.), il pourra ajouter ces dépenses réelles aux indemnités chiffrées grâce au barème kilométrique.

Cela dit, pour que ce chiffrage soit valable, le contribuable devra certainement fournir des pièces justificatives et proratiser la dépense au regard de l’utilisation professionnelle de son véhicule.

Exemple : une personne qui effectue 4 000 € de réparation sur son véhicule, mais qui utilise ce dernier à 70% pour des déplacements professionnels pourra valoriser 70% de 4 000 euros, soit 2 800 euros.

A lire aussi :