Comment changer de banque ?

Changer de banque est une démarche qui reste très classique et qui, depuis peu, a largement été simplifiée dans sa mise en œuvre. Voici comment s'y prendre.

Comment changer de banque ?
Une mobilité facilitée

On s’imagine souvent que changer de banque est compliqué d’un point de vue administratif et chronophage. Cependant, depuis le 6 février 2017 (loi Macron), cette mobilité est devenue beaucoup plus simple : transférer ses comptes se fait désormais de façon plus fluide et rapide. Le client ne s’occupe de rien, tout est géré entre les établissements bancaires concernés. Il lui reste seulement à choisir le nouvel établissement et surtout, à procéder par étapes.

Pourquoi changer de banque ?

La relation commerciale avec un établissement bancaire peut ne plus satisfaire le client. Que ce soit du fait des frais bancaires, des services proposés, ou de la qualité de ceux-ci, les raisons qui poussent un client à envisager un changement de banque peuvent être très diverses.

Ainsi par exemple, l’obtention d’un crédit immobilier auprès d’un établissement bancaire autre que celui d’origine du client peut conduire au transfert des rémunérations sur un autre compte domicilié au sein de la nouvelle banque prêteuse. C’est souvent tout naturellement que le client transfère dans un second temps l’ensemble de ses comptes bancaires dans ce nouvel établissement d’accueil. Dans la même logique, les rachats de crédits peuvent également conduire à changer de banque.

Par ailleurs, le secteur bancaire reste un environnement très concurrentiel. Les banques en ligne y ont opéré une percée remarquée que ce soit en termes de tarifs pratiqués ou de services proposés et contribuent à la mobilité bancaire des clients.

Conseil : avant de changer d’établissement bancaire, analysez les différentes offres sur le marché et choisissez la banque qui vous correspond le mieux (traditionnelle, en ligne), notamment en termes de services et de coûts. Déterminez quels sont les services bancaires que vous utilisez le plus et quel sera votre besoin dans les années à venir afin de cibler les recherches.

Comment s’y prendre pour changer de banque ?

Pour changer de banque, les démarches sont simples et gratuites. Le client doit juste amorcer le changement en contactant la banque qu’il souhaite intégrer.

Il devra ensuite compléter un formulaire (en ligne si la demande est réalisée via internet, au format papier elle est effectuée en agence).

À ce formulaire, devra être joint le le RIB du compte à fermer et la liste des virements et prélèvements actuellement en place sur le compte bancaire initial afin qu’ils puissent continuer à être honorés.

A savoir : la banque d’origine devra transférer le ou les compte(s) concerné(s) sous 22 jours à compter de la demande du client (délai maximum légal). La nouvelle banque pourra ensuite grâce à un mandat de mobilité bancaire procéder au transfert des comptes en contactant directement l’ancienne banque.

Attention : si le solde du compte est négatif au moment de la demande de transfert, la dette n’en sera pas pour autant annulée ! Le client devra régulariser le découvert en remboursant les sommes dues à la banque d’origine avant de pouvoir effectuer le transfert de compte courant.

Qu’en est-il des chèques émis depuis l’ancien compte ?

Si des chèques ont été émis avec le chéquier correspondant au compte bancaire clôturé, la banque d’origine sera tenue d’informer le client lorsque l’un d’entre eux sera présenté par le créancier.

Le client devra ensuite prendre contact avec lui afin de régler sa dette.

A savoir : si la banque ne prévient pas le client, le chèque émis sera rejeté, ce qui aurait pour conséquence une interdiction bancaire. Il est donc recommandé de toujours compléter le talon du chéquier avec les dates, bénéficiaires et montant des chèques émis, ceci afin de disposer d’une traçabilité qui sera bien utile en cas de changement de banques !

La simplification de la mobilité bancaire s’applique-t-elle à tous les types de comptes ?

La loi Macron simplifie uniquement les modalités de transfert des comptes courants.

Pour les autres types de comptes, les livrets ou autres produits d’épargne, rien ne change. Les produits règlementés ne sont transférés que si les deux établissements donnent leur accord.

Par ailleurs, il faut savoir que les livrets défiscalisés et les contrats d’assurance-vie ne peuvent pas être transférés (il faut clôturer puis ouvrir un nouveau livret, ceci entraînant la perte de l’antériorité fiscale des produits et donc des avantages qui y sont associés). C’est donc la plupart du temps la nouvelle banque qui s’occupera des formalités administratives et des transferts de comptes.

10 conseils pratiques pour changer de banque en toute sérénité

  1. Etudier le marché pour trouver l’offre de services et le prix les plus adaptés aux besoins
  2. Sélectionner un établissement et négocier les conditions tarifaires des transferts des comptes types PEL, CEL, etc.
  3. Procéder à l’ouverture du compte au sein du nouvel établissement choisi
    Attention ! Les délais d’ouverture de comptes varient d’un établissement à l’autre. Une ouverture de compte auprès d’une banque en ligne est généralement plus rapide (délai moyen constaté : 5 jours ouvrés).
  4. Effectuer un virement depuis le compte d’origine afin d’approvisionner le nouveau compte bancaire
  5. Utiliser les nouveaux moyens de paiement (chéquier et carte) dès leur transmission afin de commencer à imputer les opérations sur le nouveau compte bancaire
  6. Signer le mandat de mobilité qui autorise la banque d’accueil à demander les transferts depuis la banque d’origine
  7. Prendre le temps de vérifier la liste des opérations courantes (prélèvements automatiques, versements, etc.) que la nouvelle banque aura répertorié avec de sécuriser le transfert de ceux-ci
  8. Avoir le réflexe de transmettre son nouveau RIB aux interlocuteurs pouvant être concernés (exemple : locataire, employeur, etc.).
  9. Clôturer les comptes auprès de la banque d’origine (dans un délai suffisant pour permettre aux paiements susceptibles de se présenter de ne pas être rejetés)
  10. S’assurer que la banque d’origine dispose bien des coordonnées téléphoniques et postales actualisées afin de prendre contact en cas de besoin (présentation d’un chèque après la clôture du compte, etc.)

A lire aussi :