Comment fonctionne l'’e-carte bleue ?

Mieux que la carte bancaire classique, l’e-carte bleue permet de sécuriser ses paiements lors d’achats en ligne. On vous explique comment…

Comment fonctionne l'’e-carte bleue ?
Une e-carte bleue virtuelle

Aussi simple d’utilisation qu’une carte bancaire classique, l’e-carte bleue offre l’avantage de sécuriser davantage les transactions. Et pour cela rien de très compliqué… C’est une carte virtuelle qui génère pour chaque achat un numéro unique et provisoire.
 

E-carte bleue : mode d’emploi

1) Vous souhaitez disposer d’une e-carte bleue ? Il suffit d’en faire la demande auprès de sa banque. Celle-ci fournira alors un identifiant et un mot de passe à insérer sur l’interface accessible via le logo téléchargé sur son bureau d’ordinateur par exemple. Il est également possible d’y accéder sur le site de l’établissement bancaire.

2) Vous allez au préalable faire votre shopping sur la toile en choisissant un ou des articles. Il vous faudra ensuite noter le montant global. Alors pourquoi est-ce important ? Tout simplement car c’est ce montant qui servira de plafond. La e-carte bleue ne permettra pas de régler beaucoup plus que le montant qui sera inséré afin d’obtenir le numéro de carte virtuel, une date de validité et un cryptogramme à trois chiffres. Ces informations seront ensuite introduites sur le site du marchand (comme une carte classique).
 

La e-carte bleue : que des avantages ?

Sécurité ! C’est le point névralgique de l’e-carte bleue et son principal avantage. Mais comme rien n’est parfait ! On peut relever certains inconvénients que certains pourront considérer comme secondaires :
 
  • L’utilisation de la ecarte bleue nécessite de rajouter à son répertoire numérique un nouveau mot de passe et identifiant. Ce qui peut être contraignant pour ceux qui font régulièrement leurs achats sur la toile,

  • Il ne faut pas se tromper de montant puisque la transaction ne pourra dépasser que de 20% le montant indiqué sur l’interface e-carte bleue. Il faut donc faire ses calculs avant d’ ajouter un article à la dernière seconde dans le panier. Sinon, le paiement est refusé.

  • The last but not least, celle-ci coûte une dizaine d’euros par an.
In fine, pas de sécurité sans quelques contraintes. Si c’est le prix pour acheter sereinement sur le net, pourquoi pas ?


A lire aussi :

Continuer à lire