Les Iles Galapagos : une terre 100% nature et sauvage

Connaissez-vous les Iles Galapagos? Cet archipel équatorien est la destination idéale pour observer des espèces endémiques dans un décor de rêve.

Les Iles Galapagos : une terre 100% nature et sauvage
Le guide de voyage des Iles Galapagos

Avis aux amoureux de la nature : ne cherchez plus où partir pour votre prochain voyage, les Iles Galapagos sont la destination qu’il vous faut! Au cœur de paysages volcaniques superbes, vous pourrez y admirer des espèces qu’on ne trouve nulle part ailleurs et faire de la plongée dans un des plus beaux sites du monde.

Les Iles Galapagos, un archipel mythique

Quand et comment y aller ?

Iles-Galapagos-quand-y-aller

Le climat idéal n’existe pas aux Iles Galapagos. Les mois de novembre à mai, correspondant à la saison chaude, amènent avec eux une forte humidité et des pluies très fréquentes. A l’inverse, de fin mai à fin décembre, c’est la saison sèche qui s’impose. On assiste à peu de précipitations mais un épais brouillard vient souvent recouvrir le toit des îles.

Les mois de janvier à mai sont donc le meilleur moment pour visiter les Galapagos car même si il y a beaucoup de fortes averses, c’est aussi la saison où l’on peut profiter de longues périodes d’ensoleillement.

Pour se rendre aux Iles Galapagos, il n’y a qu’une seule solution : prendre l’avion depuis Quito ou Gayaquil, afin de rejoindre les aéroports des îles de Santa Cruz et de San Cristóbal. Sur place, pour vous déplacer d’îles en îles, il vous faudra prendre le bateau, à l’exception de l’île d’Isabela qui n’est accessible seulement par avion.

Bon à savoir

Iles-Galapagos-monnaie

Les Iles Galapagos sont une destination chère. Comptez entre 300€ et 400€ minimum pour un billet d’avion aller-retour depuis l’Equateur. Sur place, les prix sont environ deux à trois fois plus élevés que sur le continent.

La monnaie nationale de l’Equateur et donc des Iles Galapagos est le dollar américain, prévoyez d’avoir beaucoup d’espèces sur vous, surtout si vous envisagez d’aller dans les îles les moins fréquentées.

Avant d’enregistrer vos bagages à l’aéroport, vous devez vous rendre au guichet Ingala (Institut National des Galapagos) afin de payer une taxe de transit d’un montant de 12$.

En arrivant sur les Iles Galapagos, vous devrez vous acquitter du paiement d’une taxe de 100$ pour les adultes et de 50$ pour les enfants de moins de 12 ans, à régler en espèces uniquement.

A noter également qu’il y a une heure de décalage horaire, en moins, sur les îles que sur le continent.

Pour plus d’informations pratiques, consultez le site du Routard.

Les îles

iles-Galapagos-Tortuga-Bay

Essayez de passer environ une semaine sur les Iles Galapagos afin de pouvoir visiter plusieurs îles.

A Santa Cruz, ne manquez pas la plage de Tortuga Bay ainsi que la station internationale de Darwin qui n’est autre qu’une réserve de tortue géante. A Seymour Nord, vous pourrez faire la connaissance du fameux fou à pattes bleues et du fou à pattes rouges sur l’île de Genovesa.

Mettez ensuite le cap sur les paysages volcaniques des îles Bartolomé, San Salvador et Isabela, où l’on peut escalader les sommets des volcans, voir des piscines naturelles et rencontrer des flamands.

Pour plus de sites à voir sur les Galapagos, consultez le blog Voyageperou.

Faire de la plongée

Iles-Galapagos-plongee-snokerling

Les Galapagos sont réputées pour être un des meilleurs spots de plongée dans le monde.

Selon les endroits et les îles, plusieurs espèces de requins peuvent y être observées comme le requin de récif à pointe noire, le requin marteau halicorne ou le requin des Galapagos, ainsi que des mérous, vivaneaux, baleines, tortues, pingouins et autres iguanes marins.

En raison de courants particulièrement forts, la plongée peut parfois être difficile sur les Galapagos, où certains spots sont réservés aux plongeurs expérimentés. Vous trouverez sur le site Padi, toutes les informations sur les différents sites de plongée.

A préciser également qu’il est possible de plonger en snorkeling sur de nombreux sites et que l’on peut apercevoir de belles espèces sans forcément plonger à la bouteille.

A lire aussi :