Impôt sur le revenu 2019 : calcul et barème

Le barème de l'impôt sur le revenu pour 2019 a légèrement été revalorisé par rapport à 2018. Focus sur ce à quoi il faut s’attendre d’un point de vue fiscal

Impôt sur le revenu 2019 : calcul et barème
Les clés pour comprendre le mécanisme d’imposition

L’impôt sur le revenu se calcule sur la base d’un barème progressif car c’est un impôt évolutif : plus les ressources sont élevées, plus l’impôt l’est mécaniquement. Le barème d’imposition de 2019 a été quelque peu modifié par rapport à l’année précédente, pour tenir compte de la variation de l’indice des prix hors tabac. L’évolution majeure en cette année 2019 reste cependant la mise en place du prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu. Comment se calcule l’impôt sur le revenu 2019 ? Comment fonctionne le barème progressif ? Que change le prélèvement à la source ? Voici tout ce qu’il faut savoir.

Impôt sur le revenu 2019 : grande nouveauté avec le prélèvement à la source

Depuis le 1er janvier 2019, les modalités de recouvrement de l’impôt sur le revenu (anciennement IRPP) ont été totalement revues : celui-ci est désormais prélevé à la source, avant versement des revenus au contribuable.

La réforme fiscale charge en effet les tiers qui versent des revenus aux français, quelle qu’en soit la nature, de prélever au passage l’impôt sur le revenu calculé sur la base d’un taux communiqué en amont.

Le prélèvement à la source présente l’avantage de supprimer le décalage temporel qui existait entre l’encaissement des revenus et l’imposition qui y était liée.

Concrètement, ce passage d’une imposition sur la base de l’année N – 1 à une imposition en année courante (année N) nécessite quelques ajustements : ainsi, en 2019 les contribuables paient leur impôt par rapport aux revenus de l’année en cours et non par rapport à ceux de 2018. Seuls les revenus exceptionnels restent imposés de façon traditionnelle pendant cette période de transition.

Quel est le barème de l’impôt sur le revenu ?

Le barème de l’impôt sur le revenu est divisé en 5 tranches de revenus.

A chacune de ces tranches est associé un taux d’imposition qui augmente par palier. Ce taux s’applique à la tranche marginale du revenu, c’est-à-dire uniquement sur la fraction de revenus qui excède le plancher de la tranche concernée.

Tranche d’imposition Taux d’imposition correspondant
(appliqué sur la fraction de revenu de la tranche uniquement)
1 Tranche de revenus allant de 0 à 9 964 € 0 %
2 De 9 964 € à 27 519 €  14 %
3 De 27 519 € à 73 779 €  30 %
4 De 73 779 € à 156 244 €  41 %
5 Au-delà de 156 244 €  45 %

 

Ainsi par exemple, un contribuable qui perçoit 35 000 euros au titre de 2019 sera imposé comme suit :

  • 0 % jusqu’à 9 807 €
  • 14 % de 9 808 € à 27 086 €
  • 30 % 27 087 € à 35 000 €.

Ces taux d’imposition aboutissent à un impôt brut, c’est-à-dire avant l’application des réductions et crédits d’impôts éventuels (crédit d’impôt pour la transition énergétique, dons aux associations, emploi de personnels à domicile, etc.).

Comment estimer le montant de son impôt sur le revenu ?

L’administration fiscale met à disposition du contribuable un simulateur permettant de calculer le montant indicatif de son impôt sur le revenu. Cet outil permet de traiter de nombreux cas, dès lors que les revenus perçus restent « classiques » (salaires, pensions, revenus fonciers, …). Il est proposé sous une forme simplifiée.

Si des revenus d’activité spécifiques doivent en outre être déclarés (revenus perçus dans le cadre de l’exercice d’une d’activité commerciale ou libérale, …), une version plus affinée est également proposée.

En plus de ce simulateur, du fait de l’entrée en vigueur du prélèvement à la source, l’administration propose un simulateur de calcul du taux de prélèvement mensuel.

A savoir : ce taux de prélèvement sera également communiqué aux contribuables en fin de process de déclaration de revenus en ligne.
Pour rappel, à compter de 2019, tous les contribuables doivent déclarer leurs revenus en ligne, et ce, quel que soit le monteur de ces derniers.

Ce que vous pouvez déclarer pour réduire votre imposition sur le revenu

Mais là où les contribuables peuvent tous espérer faire des économies fiscales, c’est au niveau des charges. A condition de ne pas omettre de les déclarer.

Les biens loués

Les contribuables qui ont acheté un logement neuf en vue de le louer disposent d’une réduction d’impôt pouvant aller jusqu’à 300 000 euros pour ceux qui disposent d’un patrimoine important. Mais cela concerne les agglomérations de plus de 250 000 habitants ou en zone dite éligible. La location doit être d’une durée de 6, 9 ou 12 ans. Avec respectivement des taux progressifs de 12, 18 et 21%. C’est le dispositif de la loi Pinel.

Le crédit d’impôt

Le crédit d’impôt pour la transition énergétique permet aux contribuables réalisant des travaux visant à diminuer les dépenses énergétiques (isolation thermique, chaleur provenant d’une énergie propre).

Il faut uniquement déclarer le prix des matériaux TTC sans la main d’oeuvre.

Les autres réductions d’impôts

Il faut savoir que d’autres charges ouvrent droit à réduction d’impôts. Il s’agit des dons aux associations ou à un parti politique, les employés à domicile.

Dans ce dernier cas par exemple, le dispositif cerfa permet d’obtenir un crédit d’impôt lorsque l’on emploie un aide à domicile ou une personne qui vient donner des cours chez vous. Par exemple, si vous ou vos enfants suivez des cours de musique, si vos enfants ont besoin d’un soutien scolaire, si vous payez une femme de ménage… Vous pouvez déduire une partie de ces dépenses. Si vous n’êtes pas imposable, un remboursement sera effectué afin de ne pas pénaliser les ménages les plus modestes.

A savoir : vous pouvez soit déclarer tous vos revenus sur une unique feuille d’imposition, ou déclarer vos revenus fonciers à part. N’hésitez pas à faire les calculs nécessaires pour savoir quelle est option la plus avantageuse.

Quel est la date limite pour effectuer sa déclaration d’impôts sur le revenu ?

La date limite pour déclarer ses revenus de l’année 2018 dépend du lieu de résidence. Le délai varie entre le 22 mai et le 5 juin 2018 selon le département de résidence :

  • jusqu’au 22 mai minuit pour les départements n° 1 à 19 et les non-résidents
  • jusqu’au 29 mai minuit pour les départements n° 20 à 49
  • jusqu’au 5 juin minuit pour les départements n° 50 à 976.

Les dates limites de déclaration étant connues par avance, il est conseillé d’anticiper cette saisie en ligne pour ne pas être pris de court.

A lire aussi :