Taux CSG : prélèvements sociaux, déductibilité et calcul de la retraite

Le taux CSG, le taux CRDS et les prélèvements sociaux sont susceptibles de varier en fonction de la nature des revenus et des plus-values réalisées.

Taux CSG : prélèvements sociaux, déductibilité et calcul de la retraite
Tout savoir sur le taux CSG, la CRDS et les prélèvements sociaux !

En France, les taux CSG (contribution sociale généralisée) et CRDS (contribution au remboursement de la dette sociale) sont des contributions obligatoires prélevées sur les salaires, indemnités de chômage et autres pensions de retraite. Ces dernières ont pour objectif de combler le déficit des régimes sociaux. Mais comment sont-elles calculées et existe-t-il des exceptions ?
 

De l’importance des taux CSG et CRDS

En France, les revenus et plus-values sur investissements générées par les personnes physiques sont soumis à des prélèvements sociaux nombreux et divers.

Parmi les prélèvements dont il est question, on trouve la CSG et la CRDS, lesquels s’appliquent aux revenus du travail (c’est-à-dire les salaires et revenus de remplacements) mais aussi aux revenus du patrimoine et aux produits de placement.

La CSG et la CRDS visent à financer la sécurité sociale. Il s’agit donc d’un maillon important du dispositif d’auto-financement de l’État.
 

Quel taux pour la CSG ? Quel taux pour la CRDS ?

En fonction des revenus du travailleur et de sa situation sociale, son taux CSG se situera entre 6,2% et 8,2%. Le taux CRDS est plus facile à définir puisque quelle que soit la situation ce dernier restera toujours le même : 0,5%.
 


Le calcul de la CSG et de la CRDS

Le taux CSG, on l’a dit plus haut, est susceptible de varier selon les cas. En effet, ce taux va de 6,2% à 8,2% en fonction de la nature du revenu.

À titre d’exemple, le taux CSG est de 7,5% pour les revenus d’activité, de 7,5% pour les primes sur salaire, de 6,2% pour les indemnités chômage, de 6,6% pour les pensions de retraite, de 6,6% pour les pensions d’invalidité et de 7,5% pour les allocations pré-retraite.
 


La question de la déduction de la CGS

On peut déduire la CGS à hauteur de 5,1%. Toutefois, encore une fois, tout dépendra du type de revenu concerné. Ainsi, la déduction maximale autorisée sur les pensions de pré-retraite sera de 4,2% ; elle sera uniquement de 3,8% pour le reste des revenus de remplacement.

En ce qui concerne le taux CGS sur les revenus du capital (recettes foncières, plus-values immobilières, rentes viagères etc.), une déduction est aussi envisageable. On notera tout de même que le taux CGS applicable sur de tels revenus est de 8,2%.


À cela s’ajoute également :
  • 0,5 % de CRDS,
  • 4,5 % de prélèvement social,
  • 0,3 % de contribution additionnelle,
  • 2 % de prélèvement de solidarité.
Comparativement au taux de la CSG global qui s’élève à 15,5%, on peut déduire la contribution sociale généralisée à hauteur de 5,1% de l’impôt sur le revenu.

A lire aussi : 

Continuer à lire