Hintigo
Hintigo
27 Jan, 2015 - 11:00
Auto-entrepreneur : un statut privilégié ?

Auto-entrepreneur : un statut privilégié ?

Hintigo

Le statut d’auto-entrepreneur est, sans conteste, un moyen simple de se lancer dans le monde de l’entreprise tout en bénéficiant de multiples avantages…

L’article continue en dessous de cette annonce

Depuis 2009, la création du

statut d’auto-entrepreneur

, un régime simplifié du l’entreprise individuelle, a quelque peu facilité l’accès au monde de l’entreprise pour bon nombre de français. Et ce, quelque soit leur statut professionnel ou social. Voici le panorama de tous les avantages…

Le statut d’auto-entrepreneur de façon générale

  • Un statut unique pour (presque) tout le monde : Jeunes, étudiants, retraités, salariés, chômeurs et même fonctionnaires. Pour exercer une ou plusieurs activités qui peuvent être commerciales, artisanales ou professions libérales. L’une d’entre elles sera qualifiée de principale, l’autre secondaire.
  • Une facilité pour créer son entreprise. Le statut d’auto-entrepreneur est attribué en se déclarant sur le net via le site du centre des formalités des entreprises (CFE). La personne recevra automatiquement un numéro d’identification Siret.

Au niveau fiscal et comptable

  • Une comptabilité réduite au strict minimum. L’imputation des recettes, l’indication du type d’encaissements (chèque, espèces ou virement) suffisent.
  • L’exonération de la TVA est aussi un point positif. Pourquoi ? Car même si cela ne permet pas de récupérer la TVA sur les achats, elle offre la possibilité de vendre ses produits ou services à moindre coût.
  • L’autre avantage du statut concerne le chiffre d’affaires. Un professionnel qui ne réalise aucun encaissement ne paiera tout simplement aucune charge.
  • La simplification se situe aussi au niveau des charges sociales et fiscales. En effet, l’auto-entrepreneur bénéficie du régime micro social simplifié à condition que le chiffre d’affaires hors taxe ne dépasse pas :

– 82 200 euros pour les activités de commerce et de fourniture de logement (hôtels, meublés de tourisme, etc.) ;
– 32 900 euros pour les activités de services et les professions libérales.

Le statut auto-entrepreneur selon le type d’activité

Le taux forfaitaire appliqué varie selon le type d’activité. En 2015, il est de :

– 13, 3 % pour les ventes de marchandises,
– 22,9 % pour les prestations de services, les professions libérales (RSI et Cipav).

Ses revenus sont imposés au titre de l’impôt sur le revenu dans la catégorie des micro-Bic ou BNC (bénéfices non commerciaux). Sur la déclaration annexe de revenus (cerfa 2042-C), le chiffre d’affaires indiqué bénéficiera d’un abattement fiscal pour frais professionnels comme suit :

  • 71% pour une activité commerciale,
  • 50% pour les autres activités,
  • 34% pour les bénéfices non commerciaux.

Le professionnel peut opter le prélèvement libératoire de l’impôt. Il règle ainsi en une seule fois les cotisations sociales et les impôts. Pour une activité de ventes, le taux de prélèvement est de 14, 3% dont 1% pour les impôts.

Enfin, le dispositif Accre (Aide aux chômeurs créant ou reprenant une entreprise) exonère des charges sociales durant un an. La demande est à effectuer au centre de formalités des entreprises sur le site www.guichet-entreprises.fr

Le statut d’auto-entrepreneur est un moyen assez privilégié d’avoir une activité indépendante pour ceux qui n’envisagent pas de développer leurs chiffres d’affaires.

L’article continue en dessous de cette annonce

A lire aussi :
Share Tweet Pin Email WhatsApp