Combien coûte un appareil dentaire ?

La pose d'un appareil dentaire, notamment à l’âge adulte, est un traitement coûteux. Comment limiter la dépense ? Quelle est la prise en charge ?

Combien coûte un appareil dentaire ?
Conditions de prise en charge et conseils pratiques

Lorsque la pose d’un appareil dentaire est nécessaire, cela peut faire grincer des dents ! Si les traitements orthodontiques des jeunes de moins de 16 ans sont pris en charge partiellement par l’assurance maladie, pour les adultes, l’addition reste salée ! Combien coutent la mise en place et le suivi d’un appareil dentaire ? Comment limiter les dépenses ?

Un appareil dentaire à tout âge ?

La pose d’un appareil dentaire n’est pas limitée aux jeunes. Quel que soit l’âge, notamment parce que la dentition évolue (dents de sagesse qui deviennent gênantes, etc.), les habitudes également (certaines personnes vont se mettre à serrer des dents la nuit à l’âge adulte, etc.), il est possible de bénéficier d’un traitement orthodontique et de la mise en place d’un appareil dentaire. C’est la raison pour laquelle de grands progrès ont été réalisés sur les questions du confort et de l’esthétique (appareil invisible, etc.).

Combien de temps ça dure ?

La durée totale du traitement correctif par appareil dentaire dépend de l’état de la dentition du patient et du résultat attendu. D’une manière générale, il faut compter au minimum 6 mois, pour des déplacements mineurs, et le traitement peut durer jusqu’à 4 ans dans le cas de gros défauts dentaires.

Attention : il faut ajouter à cela le fait qu’après le retrait de l’appareil dentaire, il est obligatoire de passer par une phase de « stabilisation » afin d’éviter que les dents ne reprennent leur place initiale. Il faudra donc ensuite porter la nuit ou durant la journée un appareil dentaire amovible que l’on nomme appareil de contention. Cette phase allonge la durée du traitement de plusieurs mois, sachant que plus cette période est longue, meilleurs seront les résultats.

Combien ça coûte ?

Des prix qui varient d’un praticien à l’autre

Pour comprendre les tarifs pratiqués pour les appareils dentaires, il convient de rappeler que les prix des traitements orthodontiques sont librement fixés par les praticiens, contrairement aux consultations et soins dentaires classiques. D’un chirurgien à l’autre, le coût peut donc fortement varier.

A titre indicatif, selon l’importance du traitement à réaliser et le type d’appareil dentaire choisi, la dépense pourra aller de 450€ à 2 000€ par semestre.

Transmission obligatoire d’un devis avant tout démarrage de traitement orthodontique

Avant tout démarrage de traitement orthodontique, le praticien remettra au patient un devis détaillé présentant :

  • le descriptif de la prestation et des matériaux qui seront utilisés
  • le montant des honoraires
  • le remboursement qui sera accordé par la sécurité sociale
  • le montant des suppléments tarifaires éventuels.

A savoir : plusieurs consultations chez l’orthodontiste seront nécessaires pour préparer le traitement (radiographies, moulages dentaires, etc.) puis en suivre la progression (séances dites « de surveillance »). Le tarif de ces séances est également fixé par chaque praticien.

Quelle prise en charge ?

Prise en charge par la sécurité sociale

Le remboursement proposé par la sécurité sociale s’élève à 193,50€ par semestre, durant 6 semestres maximum, dès lors que le patient a moins de 16 ans.

Attention : pour que ce remboursement soit assuré, le patient devra obtenir un accord préalable par l’organisme avant la pose de l’appareil. Pour cela, un formulaire spécifique (formulaire S3155) devra être complété puis adressé à la caisse d’assurance maladie de rattachement.

A titre exceptionnel, un adulte pourra bénéficier d’un remboursement au titre d’un semestre maximum.

Le détail des remboursements de ces prestations est à consulter sur le site de la Sécurité Sociale

Prise en charge par la mutuelle complémentaire santé

En plus de cette prise en charge par le régime général de la sécurité sociale, le patient pourra se voir allouer un remboursement complémentaire par sa mutuelle santé.

Les conditions de ce remboursement varient selon chaque contrat. Il est conseillé de se renseigner auprès de son organisme de mutuelle complémentaire afin de connaître ces modalités et d’anticiper financièrement les dépenses qui resteraient à charge.

Pour bénéficier d’un état des lieux détaillé des prises en charge proposées, le patient pourra adresser le devis établi par son chirurgien-dentiste à sa mutuelle complémentaire.

Reste à charge trop important : que faire ?

Pour limiter les dépenses générées par la pose d’un appareil dentaire, voici quelques conseils pratiques pour procéder par étapes.

Avant toute chose, lorsque la nécessité d’un traitement orthodontique est confirmée, il est fortement conseillé de solliciter au moins deux devis relatifs à la mise en œuvre de celui-ci.

Comme expliqué ci-dessus, les prix sont librement définis par chaque praticien et les prises en charge accordées par la sécurité sociale et la mutuelle ne couvriront pas l’intégralité des dépenses engagées : pouvoir comparer les coûts sera donc essentiel pour choisir la prestation la plus adaptée à ses moyens.

Dans un second temps, le patient devra se rapprocher de l’assurance maladie et de sa complémentaire santé pour chiffrer le montant exact restant à sa charge.

Si ce reste à charge est considéré comme trop important par le patient, il pourra être opportun d’étudier la possibilité de changer de mutuelle complémentaire, ou tout simplement de niveau de garanties auprès de sa mutuelle actuelle, l’objectif étant de bénéficier de remboursements plus importants tout en ayant un niveau de cotisations correct au regard du budget domestique.

Pour comparer les remboursements proposés par les mutuelles sur les traitements orthodontiques : lelynx.fr, assurland.fr, …

A lire aussi :