Samantha Soreil
Samantha Soreil
15 Mar, 2018 - 04:18
Comment choisir son assurance complémentaire santé ?

Comment choisir son assurance complémentaire santé ?

Samantha Soreil

La complémentaire santé n’est pas obligatoire, excepté dans certains cas spécifiques, mais elle est fortement recommandée. Est-ce avantageux de choisir la complémentaire santé de son employeur ? Quel niveau de garantie choisir ? Dans quel cas peut-on la refuser ? Voici tout ce qu’il faut savoir !

L’article continue en dessous de cette annonce

L’assurance complémentaire santé permet de compléter les remboursements qui sont faits par la sécurité sociale. Vous versez chaque mois une cotisation à votre assureur et en échange vous avez le droit à un certain niveau de remboursement sur vos dépenses de santé suivant la formule que vous avez choisie.

L’assurance complémentaire santé est-elle obligatoire ?

La mutuelle ou complémentaire santé n’est généralement pas obligatoire. Il s’agit seulement d’une garantie supplémentaire qui vous permet d’obtenir un niveau de remboursement supérieur à celui qui est proposé par la sécurité sociale.

Pour de petites dépenses ou pour les soins qui sont très bien remboursés par la sécurité sociale, l’impact sera faible. Lorsque les dépenses deviennent importantes (dans le cas d’une hospitalisation par exemple) ou pour les soins qui sont mal remboursés (soins dentaires ou optiques), il est quasi indispensable d’avoir une mutuelle car sans elle, le coût de certaines interventions serait prohibitif.

Comme on ne sait jamais quand un évènement nécessitant une intervention urgente doit intervenir, mieux vaut choisir une assurance complémentaire santé. Les personnes qui ont un budget très limité pourront opter pour les formules les plus économiques qui couvrent au moins les frais essentiels en cas d’hospitalisation.

L’assurance complémentaire santé est obligatoire dans un cas : pour les salariés de certaines entreprises qui imposent une mutuelle à leur personnel. Dans ce cas, les salariés seront généralement obligés de choisir la mutuelle proposée par leur employeur, sauf s’ils ont une dérogation.

Quel niveau de garantie choisir ?

Il n’est pas toujours nécessaire de choisir les offres les plus chères pour être bien protégé ! Il faut seulement choisir une prestation adaptée à ses besoins. Si vous consultez fréquemment un dentiste par exemple, un renfort dentaire peut être nécessaire.

Si vous ne consultez que très rarement votre médecin et que vous ne suivez aucun traitement, il n’est pas utile de choisir le meilleur niveau de garantie.

Il est possible de jouer sur 2 paramètres : le niveau de couverture global et les options.

L’article continue en dessous de cette annonce

Le niveau général de votre assurance concerne le niveau de remboursement sur les soins généraux, les consultations chez le généraliste ou les spécialistes, les hospitalisations, les médicaments, etc. Ensuite, quel que soit le niveau d’assurance choisi, on pourra choisir un renforcement optique ou dentaire suivant ses besoins.

Ces options permettent de personnaliser son assurance santé suivant ses problématiques. Certaines complémentaires santé proposent en plus l’ajout de certaines options comme un forfait médecines douces qui rembourse une partie des consultations chez les acupuncteurs, ostéopathes, naturopathes, etc.

Est-ce avantageux de choisir la complémentaire santé de son employeur ?

Les entreprises proposent désormais systématiquement une complémentaire santé à leurs salariés. Sauf si vous bénéficiez déjà d’une formule très avantageuse, c’est une offre à étudier car l’employeur en paie au moins la moitié à la mutuelle. Pour les personnes ayant de faibles revenus, l’aide au paiement d’une complémentaire santé permet aussi d’alléger la note.

Les employés du secteur privé se voient proposer par leur employeur une complémentaire santé à un tarif avantageux. L’entreprise doit proposer cette couverture santé à tous les salariés et se voit dans l’obligation de la prendre en charge 50 % au minimum. Ainsi, cette solution est toujours très avantageuse pour les salariés qui paient moins cher leur mutuelle.

L’adhésion à cette mutuelle par le salarié est obligatoire sauf si vous bénéficiez par ailleurs d’une couverture santé plus avantageuse (celle de votre conjoint par exemple) et / ou si vous êtes en contrat à durée déterminée de court terme dans l’entreprise (3 mois ou moins), ou encore si vous travaillez moins de 15 heures par semaine dans l’entreprise.

Les autres cas où il est possible de refuser la complémentaire santé de l’entreprise

Les employés en CDD peuvent le plus souvent refuser la mutuelle proposée par l’entreprise, mais pour les CDD de plus de 3 mois, il faut vérifier le règlement de l’entreprise concernant l’adhésion à la complémentaire santé. De même, les apprentis pourront dans la plupart des cas, refuser d’adhérer à la mutuelle proposée par l’entreprise.

L’entreprise doit laisser le choix aux anciens employés. Les salariés qui étaient présents dans l’entreprise avant que la complémentaire santé obligatoire n’ait été mise en place, ils peuvent choisir de ne pas adhérer au dispositif. En effet, leur contrat de travail ne prévoyait pas l’adhésion à une mutuelle d’entreprise.

L’employeur ne peut donc pas les y contraindre si c’est l’entreprise qui a pris seule la décision de mettre en place cette mutuelle et que l’employé doit verser une partie des cotisations ou si le contrat prévoit cette possibilité de dispense.

L’article continue en dessous de cette annonce

Aide à la complémentaire santé : qui peut en bénéficier ?

L’aide au paiement d’une complémentaire santé (ACS) est un dispositif qui permet aux personnes n’ayant pas de gros moyens de bénéficier d’une mutuelle. Cette aide permet d’obtenir une réduction sur sa cotisation de mutuelle. Des plafonds de revenus sont fixés et permettent de définir qui peut profiter de ce dispositif.

Nombre de personnes dans le foyerRessources sur l’année
111 776 euros
217 664 euros
321 197 euros
427 730 euros
Personne supplémentaire4 710 euros

Le montant de l’aide peut aller de 100 à 550 euros par an et par personne. Cette somme varie suivant l’âge du bénéficiaire, plus ils sont âgés et plus le montant de l’ACS augmente.

A lire aussi :

Share Tweet Pin Email WhatsApp