Qui a droit au RSA ?

Si vos revenus ne dépassent pas un certain plafond, vous pouvez bénéficier du RSA, et ce, même en travaillant. A condition de le vouloir aussi…

Qui a droit au RSA ?
Les clés pour savoir qui a droit au RSA

Ils ne le savent pas ou le savent mais n’en veulent pas, ils seraient ainsi plus de 1.5 millions de foyers à pouvoir bénéficier d’un complément de salaires versé par l’état. Alors qui a droit au RSA ? On fait le point…

Le RSA a remplacé le RMI

Le Revenu de solidarité active (RSA) a remplacé le Revenu minimum d’insertion (RMI). Destiné à apporter un minimum vital pour ceux qui ne travaillent pas ou un complément de revenus pour les autres, il est versé par la CAF (Caisse d’Allocations Familiales).

On parle respectivement de RSA socle et activité. Il a ainsi une double vocation : aider les personnes à peu de moyens financier mais aussi inciter au retour à l’emploi.

Autrement dit : qui a droit au RSA ?

Le public qui a droit au RSA s’est élargi. Autrefois exclus du dispositif, les jeunes de moins de 25 ans peuvent en bénéficier à condition d’avoir travaillé deux ans durant les trois dernières années ou avoir un enfant né ou à naître. Plus ou moins de 25 ans, les demandeurs doivent résider de façon permanente en France. Par conséquent, les étrangers doivent disposer d’un titre de séjour depuis au moins 5 ans.

Les ressources à ne pas dépasser

Vous vous en doutez, le revenu de solidarité active est attribué sous conditions de ressources, et ce, quelle que soit sa situation, chômeurs ou salariés. La règle est la suivante : il ne faut pas dépasser le salaire minimum interprofessionnel de croissance (smic) pour une personne seule et 1.4 fois le smic pour un couple.

C’est la moyenne mensuelle des ressources des trois derniers mois précédant la demande qui est pris en compte. La composition du foyer entre également en ligne de compte.

Pour plus d'informations et pour estimer vos droits rendez vous sur le site de la CAF 

Des droits et des devoirs

Em 2016, le montant du RSA  s'élève à : 

  • pour un personne seule : 524,68 euros
  • avec un enfant : 782,02 euros
  • avec deux enfants : 944,43 euros
  • par enfant supplémentaire : 209,86 euros
Le bénéficiaire il doit en contrepartie se soustraire à quelques obligations. Le bénéficiaire qui ne travaille pas ou dont les revenus d’activité sont inférieurs à 500 euros par mois en moyenne, doit s’inscrire dans une démarche d’insertion professionnelle. Autrement dit, rechercher un emploi ou se lancer dans la création de sa propre activité.

 

Droit au RSA : une aide ne fait pas bonne figure

Le RSA, tout comme le RMI à son époque, ne font pas bonne figure. Si le nouveau dispositif tend à éffacer quelque peu l’étiquette d’assistanat, il n’en demeure pas moins que certains se refusent à en bénéficier non par méconnaissance mais plutôt par la crainte d’être « étiqueté ». Bref, le droit au Rsa oui mais entre pouvoir et vouloir ? Il semble y avoir plus qu’un pas à franchir.


 A lire aussi :

Continuer à lire