Hintigo
Hintigo
03 Déc, 2015 - 17:50
Quelles conséquences économiques des attentats du 13 Novembre 2015 ?

Quelles conséquences économiques des attentats du 13 Novembre 2015 ?

Hintigo

Nous vous proposons aujourd’hui de mieux comprendre les conséquences économiques des attentats, qu’il s’agisse des conséquences sur la consommation, les investissements ou sur les marchés financiers

Les attentats terroristes du 13 Novembre 2015 ont traumatisé la France entière. Il peut paraitre de mauvais goût, face à cette tragédie humaine, de s’intéresser à l’impact économique. L’objectif des terroristes est cependant aussi de fragiliser l’économie des pays qu’ils attaquent. Il est donc utile de se pencher également sur les conséquences économiques des attentats. Si certains risques existent, l’impact du terrorisme sur l’économie reste toutefois limité sur le long terme.

Les conséquences économiques à court terme

Les principaux risques économiques suite aux attentats concernent la consommation des ménages français et le tourisme.

L’industrie du tourisme représente un part importante du PIB français, environ 7% selon le Conseil de Promotion du Tourisme. Suite à la peur provoquée par les attentats, la fréquentation des sites touristiques parisiens a évidement fortement diminué. Certains craignent même que cet impact puisse provoquer une diminution des investissements dans le secteur hôtelier en France, comme le rapporte CNBC.

La deuxième conséquence économique des attentats est son impact sur la consommation. Les consommateurs ont peur de fréquenter les espaces publiques tels que les cafés, restaurants ou les grandes surfaces. Les marchés de Noel de certaines villes ont même été annulés. Sur le plan psychologique, l’humeur peu propice à l’optimisme facilite encore moins l’envie de consommer.

Les conséquences économiques sur le long terme

Néanmoins ces conséquences économiques négatives ne sont peut être que du court terme. Selon The Economist, les marchés financiers sont restés relativement stables suite aux événements. En effet, ils anticipent que ce recul de la consommation puisse n’être que temporaire. L’activité économique, momentanément perturbée, devrait repartir une fois le choc absorbé. De plus, Citigroup’s economists explique dans les colonnes de The Economist que la baisse de confiance des ménages nuit au PIB français mais qu’en contrepartie l’augmentation des dépenses gouvernmentales pour les forces policières et militaires peut avoir un impact positif dessus. Selon eux, les conséquences économiques sur long terme ne seront donc que “modestes”.

Les conséquences économiques au-delà de la France

Ce n’est pas seulement la France qui souffre de cet impact psychologique. La menace de Daesh inquiète aussi dans tous les pays d’Europe et peut donc également avoir des conséquences sur la consommation dans d’autres pays européens. Le magazine Forbes a ainsi rapporté que certains britanniques ont choisi d’éviter les centre commerciaux le week-end suivant les attentats. Ce phénomène s’est néanmoins estompé dans les semaines suivant les événements.

Le risque économique majeur concerne une potentielle augmentation des contrôles au niveau des frontières de l’espace Schengen. L’Accord de Schengen a généré des gains économiques importants en facilitant la circulation des marchandises d’un pays à l’autre et en réduisant ainsi les coûts de transport pour les entreprises. Si les conséquences politiques des attentats conduisent à une restriction de la liberté de circulation au sein de l’espace Schengen, cela pourrait ainsi donner lieu à des conséquences néfastes sur le plan économique.

A lire aussi :