Ida Macondo
Ida Macondo
02 Fév, 2018 - 11:29
Comment aborder la question du salaire en entretien ?

Comment aborder la question du salaire en entretien ?

Ida Macondo

La question du salaire en entretien est souvent redoutée. Comment aborder ce point de manière professionnelle et sereine ?

Parmi les éléments les plus redoutés par les candidats, la question du salaire en entretien arrive certainement dans le top 5. Pourtant, il est possible d’aborder ce point de façon sereine. Comment ? En étant préparé. Voici donc tous les conseils des pros pour pouvoir discuter en toute sérénité de cette question qui semble quelque peu épineuse.

Quand aborder la question du salaire en entretien ?

C’est souvent le recruteur qui évoque la question du salaire en entretien. Lorsque vous êtes recruté par une agence ou un chasseur de têtes, on vous posera la question dès le commencement. En effet, on ne vous demandera pas de venir si vos attentes sont trop éloignées de ce que le client ou l’entreprise propose.

On parlera souvent de fourchette. En début d’entretien, l’entreprise veut d’abord s’assurer que votre profil est bien celui qu’elle recherche, que vos compétences, votre motivation, votre personnalité correspondent à ce que l’entreprise attend. et que ce qu’elle à vous offrir vous correspond également. À la fin, et seulement à la fin, on évoquera alors le salaire.

Les experts indiquent que si la question du salaire en entretien n’est pas du tout abordée, le candidat peut lui-même l’évoquer. Attendez la fin du processus dans ce cas-là. Vous ne souhaitez pas indiquer au recruteur que vous êtes venu que pour la rémunération.

Cela dit, le salaire est une question importante, comme vous souhaitez que la rémunération soit égale à vos compétences, votre expérience, votre âge quelques fois. Il ne faut donc pas minimiser cette question.

Faites votre enquête

Avant de vous rendre à un entretien, il faut vous renseigner sur la question du salaire. Quelques fois le salaire est indiqué dans l’annonce, néanmoins, il faut savoir qu’il est quelquefois possible de le négocier. Selon une enquête de l’Apec, “45 % des jeunes diplômés seraient recrutés à un salaire compris dans la fourchette évoquée dans l’annonce, 42 % en dessous, 13 % au-dessus”. Cela signifie donc que face au bon candidat, les entreprises sont prêtes à faire un effort.

La plupart des recruteurs s’attendent à ce que les candidats aient une idée de la rémunération qu’ils souhaitent recevoir. Pour vous faire une idée, vous pouvez utiliser les différentes sources d’informations qui sont à votre disposition :

  • Les évaluateurs de salaires : l’Apec en propose un
  • l’observatoire des métiers du site RegionsJob propose un barème des salaires pratiqué dans différentes branches. Cela peut vous aider à vous situer.
  • le site Glassdoor : d’anciens employés publient de façon anonyme les salaires qu’ils percevaient. Les rémunérations de nombreuses entreprises sont disponibles sur Glassdoor. Le site fait en général une moyenne, par fonction, par entreprise, etc.
  • regardez les autres offres d’emploi dans votre secteur
  • consultez les forums
  • demandez aux autres professionnels.

Apprenez à négocier

La négociation est tout un art. Si vous n’êtes pas né négociateur, vous ne l’apprendrez pas en une journée, néanmoins en matière de salaires, il y a certaines règles à respecter :

  • Commencez par déterminer une fourchette et non un chiffre fixe
  • Parlez en brut annuel (ou mensuel) mais pas en net

  • Proposez une rémunération haute, mais ne soyez pas irréaliste. Justifiez la fourchette que vous donez.
  • Mettez en avant vos compétences, vos qualités, votre expérience afin de conserver votre crédibilité.
  • Vous pouvez également prendre pour référence votre ancien salaire et ajouter les nouvelles compétences que vous avez développées depuis votre dernier poste.
  • Enfin, si votre profil intéresse un autre recruteur, et que vous avez d’autres entretiens, vous pouvez également jouer sur cela.
  • Vous pouvez également décider de revenir sur la question du salaire plus tard, ou demander une réévaluation après la période d’essai, ou encore au bout de quelques mois passés dans l’entreprise.

Les autres éléments à prendre en compte : treizième mois, bonus…

Il faut savoir qu’en dehors du salaire brut, vous pouvez aussi bénéficier de nombreux avantages et autres bonus. Ils sont à prendre en considération. Le plus souvent, il s’agira de ceci :

  • treizième mois
  • primes
  • bonus
  • participation au bénéfice
  • avantages sociaux
  • mutuelle
  • comité d’entreprise
  • formation
  • voiture de fonction
  • télétravail

La négociation se fait donc à tous les niveaux !

Les erreurs à éviter

  • Ne pas se prononcer

Pour bien aborder la question du salaire en entretien, il faut être préparé. Si vous n’avez aucune idée de votre valeur sur le marché, vous risquez d’être sous-évalué, ce qui serait dommage pour la suite de votre carrière !

  • Exagérer

Lors des négociations, il faut être réaliste. Une fois de plus, faites votre étude de marché : autres offres d’emploi, vos compétences, votre expérience, les salaires pratiqués dans votre branche. Si vous exagérez, vous risquez de repartir bredouille !

  • Donner un salaire au hasard

Une fois de plus, il faut préparer cette étape de l’entretien. Montrez que vous avez un esprit analytique. Ne donnez pas n’importe quel chiffre. Vous devez pouvoir argumenter, expliquer les raisons de votre choix, autrement vous perdrez en crédibilité !

  • Être inflexible

Lors des négociations, il faut prendre en considération les autres éléments tels que la voiture de fonction, le comité d’entreprise, les avantages sociaux. Si vous ne parvenez pas à négocier votre salaire à la hausse, pourquoi ne pas négocier ces éléments ?

A lire aussi :