Dans quels cas doit-on renégocier un prêt à la consommation?

Il est toujours possible de renégocier un prêt à la consommation. Cependant, rien n’oblige le prêteur à le faire. Alors, comment procéder et quand doit-on prendre cette initiative ? Nous vous répondons…

Dans quels cas doit-on renégocier un prêt à la consommation?
Dans quels cas renégocier un prêt à la consommation ?

Si vous avez souscrit un prêt à la consommation qui, à l’époque, présentait un taux élevé, il est peut-être temps de le renégocier. Cette opération permet à votre banque de remplacer le crédit actuel par un autre et, si vous changez de banque, nous parlons alors de rachat ou de regroupement de crédit.

Pourquoi renégocier un prêt à la consommation ?


Depuis plusieurs années, le marché de la finance et du crédit se comportent de manière imprévisible. Ainsi, les taux d’intérêt ont varié de forme étrange et beaucoup de ménages ont souscrit des crédits qui, à l’heure actuelle, s’avèrent très onéreux. Dans ce contexte, renégocier un prêt à la consommation s’avère une sage décision. Toutefois, il est important de savoir deux choses :
  • La banque n’est tenue de baisser le taux d’intérêt que pour la catégorie des prêts aidés par l’État. Cela veut donc dire que, pour les autres formes de crédit, votre banque se réserve le droit de refuser votre demande.
  • Il ne faut pas confondre la renégociation d’un crédit avec le rachat de crédit. Dans le premier cas, vous renégociez le crédit avec votre banque. Dans le second, vous quittez votre banque et c’est la nouvelle qui rachètera votre ou vos crédits.

Comment renégocier un prêt à la consommation ?


Il n’y a pas de secrets. En effet, pour renégocier un prêt à la consommation, vous pourrez jouer soit sur le taux d’intérêt, soit sur la durée du crédit afin de baisser/augmenter vos mensualités selon le cas.

Renégocier un prêt à la consommation grâce au taux d’intérêt :
Si vous souhaitez renégocier à la baisse votre taux d’intérêt, qu’il soit fixe ou variable, vous devrez trouver un accord avec votre banque. En effet, les deux parties doivent s’entendre à ce sujet. Si l’établissement refuse, vous avez deux possibilités qu’il vous faudra étudier soigneusement :
  • Procéder à un remboursement anticipé, mais cela peut entrainer une pénalité, qui ne sera pas nécessairement compensée par le gain espéré par le taux du nouveau crédit que vous aurez pu contracter
  • Procéder à un rachat de crédit mais, là aussi vous aurez à régler une pénalité de remboursement anticipé à votre prêteur en cours

Renégocier un prêt à la consommation en jouant sur la durée :
Si cette possibilité est prévue dans votre contrat initial, votre établissement prêteur ne peut pas s’y opposer. Dans le cas contraire, il peut parfaitement s’y opposer. En réalité, c’est moins la durée de votre crédit que la mensualité qui sera modifiée, selon que votre contrat prévoit explicitement une faculté d’augmentation ou de diminution de la mensualité. Contractuellement, s’il y a accord des deux parties, cet accord se traduira par un avenant au contrat initial qui fixera le taux effectif global, le nouvel échéancier d’amortissement et le coût total du crédit calculé sur les échéances et frais à venir.

Continuer à lire